Représentations en didactique des langues

can-stock-photo_csp11867724

La représentation est considérée comme une notion centrale dans les sciences humaines et sociales : « Il s’agit d’un concept transversal que l’on retrouve dans plusieurs domaines des sciences humaines, en sociolinguistique, en didactique des langues et des cultures » (Cuq, 2003, p. 214). En plus du terme polysémique de “représentation” (principalement emprunté au domaine de la psychologie sociale), nous allons aborder d’autres concepts opératoires relatifs dans le cadre de cette étude. Avant d’aborder ce sujet, un bref rappel historique s’impose.

Rappel historique de la notion de représentation

Le concept de représentation, prioritairement traité en termes de représentations collectives dans les travaux de Durkheim, a été repris et développé dans plusieurs domaines des sciences sociales notamment l’anthropologie, la sociologie, la psychologie sociale, etc. En 1961, Serge Moscovici a reformulé la théorie durkheimienne en proposant le concept de représentations sociales dans son ouvrage intitulé la psychanalyse, son image et son public. Selon lui, « il n’y a pas de coupure entre l’univers extérieur et l’univers intérieur de l’individu ou du groupe. Le sujet et l’objet ne sont pas foncièrement distincts » (Moscovici, 1969, p. 9). Abric (1994, p. 12) précise qu’« un objet n’existe pas en lui-même, il existe pour un individu ou un groupe par rapport à eux. […] Une représentation est toujours représentation de quelque chose pour quelqu’un ».

La représentation sociale se définit, selon Jodelet (2003, p. 53) comme des « formes de connaissances socialement élaborées et partagées, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ». La représentation est une « organisation signifiante », qui permet à l’individu ou au groupe de donner un sens à ses conduits, et de comprendre la réalité, et qui va déterminer leurs comportements et leurs pratiques (Abric, ibid, p. 13).

Réflexions sur les notions des représentations dans le cadre didactique

Autour des représentations

W. Doise (1989, p. 228) souligne l’imbrication étroite entre plusieurs concepts opératoires proches les uns des autres : « les représentations sociales peuvent être organisées de manières différentes, par exemple comme des opinions, des attitudes ou des stéréotypes ».

Stéréotypes

Nous assistons à un grand débat sur la notion des stéréotypes, il est donc préférable de mentionner plusieurs définitions les concernant.

Les stéréotypes renvoient d’un côté à la généralisation, le réductionnisme, la permanence et l’amalgame (Martine, 1996), ils sont également des « facilitateurs de la communication par leur côté conventionnel et schématique » (Mannoni, 2010, p. 27).

Les stéréotypes sont ainsi « des éléments de la pensée commune qui participent puissamment au système de représentations avec lequel ils entretiennent des rapports certains non seulement de coexistence mais également de consubstantialité » (Mannoni, 2010, p. 28). Boyer (2003, p. 15) considère que le stéréotype est en effet à l’origine « une représentation qui a mal tourné, ou qui a trop bien tourné, victime […] d’un processus de figement inhérent cependant à la nature de la représentation ».

Les stéréotypes occupent une place significative dans la réflexion sur les relations interculturelles et la didactique des langues et des cultures. Selon Dufays (1997), « La stéréotypie exerce des fonctions didactiques essentielles, dont l’ignorance peut s’avérer des plus dommageable tant pour les enseignants que pour les apprenants».

Les représentations stéréotypées, éloignées de la réalité, constituent ainsi un défi pour l’enseignement/apprentissage des langues et des cultures. Il en résulte que leur statut didactique est paradoxal car ils sont à la fois des obstacles à dépasser et des connaissances à maîtriser.

Représentations et attitudes

Ces deux notions, celle de représentation et celle d’attitude, toutes deux empruntées à la psychologie sociale, ne sont pas étrangères l’une à l’autre.

Nicole Guenier (1991, p. 247) indique que la notion de représentation s’est longtemps confondue avec celle d’attitude. Face au flou terminologique, la plupart des chercheurs préfèrent néanmoins les distinguer l’une de l’autre. L’attitude peut se définir comme étant « une prédisposition psychique latente, acquise, à réagir d’une certaine manière à un objet» (Kolde, cité par Lüdi & Py, 1986, p. 97). Les informations dont dispose un agent individuel ou collectif sur un objet donné constituent ainsi son stock de croyances sur l’objet. Ces croyances peuvent être motivées par des informations objectives, comme elles peuvent s’appuyer sur des préjugés ou des stéréotypes. Les attitudes qui organisent des conduites et des comportements plus ou moins stables, peuvent aussi être modifiées et évoluer (Moore, 2005).

Selon Jodelet (1994, p. 36), les attitudes font partie des éléments que l’on peut repérer dans la richesse phénoménale de représentations. Dans le cadre de la didactique des langues, ces deux notions présentent de nombreux points de rencontre et sont parfois utilisées l’une à la place de l’autre (Moore, 2005). Les didacticiens font remarquer l’importance des attitudes dans l’apprentissage des langues : « l’attitude joue un rôle non négligeable dans l’apprentissage des L2 et [qu’] elle le fait d’une façon dynamique et en interaction constante avec d’autres variables tant individuelles que sociales » (Bogaards, 1988, p. 55).

Bibliographie

Abric J.-C., 1994, Pratiques sociales et representations. Presses Universitaires de France : Paris.
Beacco J.-C. & Byram M., 2003, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. Conseil de l’Europe : Strasbourg.

Cuq J.-P., (dir.), 2004, Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. CLÉ International : Paris.

Doise W. & Palmonari A. (dirs.), 1986, L’Etude des représentations sociales. Delachaux et Niestlé : Lausanne.

Gardner R. & Lambert W.-E., 1972, Attitudes and motivation in second – language learning. Newbury House Publishers : Massachusetts.

Jodelet D., 2003, Les Représentations sociales. Presse Universitarie de France : Paris.

Mannoni P., 2010, Les représentations sociales. Presses Universitaires de France : Paris.

Martine A.-P., 1996, Éducation et communication interculturelle. Presses Universitaires de France : Paris.

Moore D., 2005, Les représentations des langues et de leur apprentissage : Itinéraires théoriques et trajets méthodologiques. Didier : Le Mesnil-sur-l’Estrée. Moscovici S., 1961, la psychanalyse, son image et son public. Presse Universitarie de France : Paris.

Rocher G., 1970, Introduction à la sociologie générale. Seuil : Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.