Faut-il scolariser la tablette ?

 

De nos jours, l’utilisation des TICE constitue un tournant décisif dans l’enseignement des langues vivantes, de plus en plus d’enseignants se sont tournés vers de nouvelles technologies dans leur enseignement, mais comment les intégrer dans une pratique de classe ? Quelles sont les avantages et limites apportés par une nouvelle application ? M’intéressant surtout à ce sujet, j’ai pu assisté à une conférence qui discute de l’application de la tablette dans la classe.

Organisée par le Café pédagogique, la conférence du 26 novembre, qui s’intitule « Faut-il scolariser les tablettes », traite de cette problématique autour des expériences et opinions de plusieurs professeurs dans l’enseignement numérique.

Gaëlle Charcosset, faisant partie des enseignants qui expérimentent la tablette sccod, a présenté un logiciel « manager » qui permet de gérer les tablettes à distance. Ce logiciel cumule des fonctions différentes, telles que diffuser des informations aux élèves, ouvrir une session, déployer un cours, et surtout voir en directe le travail fait sur la tablette.

Yves Cohen, enseignant dans l’école primaire, s’intéresse à la tablette en tant qu’objet numérique qui permet de transmettre la pratique pédagogique. Lors d’une expérimentation, il l’a trouvé tout de suite opérationnelle pour son enseignement qui apport un aspect mobile dans la classe, ce qui n’est pas réalisé par l’ordinateur ou le tableau numérique. Par contre, il signalé la différenciation à la maternelle, primaire ou collège. A son avis, lors du parcours différencié, il faut un moment donné que l’enseignant vérifie où en sont les élèves :en réussite ou en échec, créer un parcours pour qu’il puisse lui-même créer son apprentissage.

 

En posant la problématique « comment les utilisations se mettent en place dans ce contexte avec ces différentes tensions ? », François villemonteix, enseignant-chercheur, revendique la complexité dès lors que l’on introduit une technologie. Intégration repose sur une volonté institutionnelle, un attendu, une intention.


2 réflexions sur « Faut-il scolariser la tablette ? »

  1. A mon avis, l’idée de Gaëlle Charcosset et le logiciel « manager » qui permet de gérer les tablettes à distance est très efficace. Parce qu’ils existent les logiciels très amusants (les jeux,…), sur les tablettes qui peuvent déconcentrer les apprenants. Alors, si l’enseignant peut contrôler et voir en directe le travail fait sur la tablette, il devient un instrument pratique dans les classes.

  2. Personnellement, je ne suis pas tellement pour les tablettes à l’école. Même si cela serait une adaptation à notre société moderne, je pense que la tablette peut être facteur d’inégalités sociales entre les écoles, toutes les écoles de France n’ayant pas l’argent nécessaire pour acheter des tablettes (sauf s’il est décidé de façon gouvernementale que toutes les écoles auront des tablettes). Et puis, dans tous les cas, même si je sais que cela fait vieille école, je ne suis pas sûre qu’il soit réellement nécessaire d’introduire la tablette à l’école maternelle ou primaire. Où est le plaisir de travailler avec des feuilles, d’écrire sur du papier ? – d’ailleurs, je trouve ainsi bien dommageable l’idée de la Finlande de remplacer les cours d’écriture cursive par des cours de dactylographie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.