« Et votre terrain de recherche, quel est-il? »

Il s’agit de la première rencontre entre une étudiante en Master 2 et sa directrice de mémoire. Elles se retrouvent à la salle des professeurs pour discuter de l’ébauche de projet de mémoire soumise par l’étudiante. La discussion va bon train, le sujet semble satisfaisant et s’avère pertinent puisque la problématique proposée est actuelle. Toutefois, il existe un problème, soit celui du terrain qui n’est pas du tout défini.

 

P – […] Et votre terrain de recherche, quel est-il? Ce qui est vraiment problématique avec votre projet c’est que vous n’avez pas de terrain de recherche. Serez-vous en stage?

E – Non, je n’aurai pas de stage, j’ai plutôt opté pour le parcours recherche.

P – D’accord. Dans ce cas aurez-vous accès à des corpus oraux puisque vous vous intéressez aux variations du français? Malheureusement pour vous, ce n’est pas ma spécialité et je n’ai pas ce genre de corpus sous la main.

E – Je dois avouer que non… Je me demandais si c’était possible de m’appuyer sur des sources écrites. Toutefois, je n’ai pas vraiment envie de faire un mémoire que théorique. J’ai envie de faire autre chose que du déjà vu, quelque chose de plus appliqué si je peux dire…

P- J’aurais une suggestion pour vous… il serait possible que votre « terrain » soit constitué de manuels scolaires. Les manuels reproduisent l’image que les concepteurs se font de la langue, de son enseignement et des perceptions qui y sont associées. Il serait intéressant de vous pencher sur la place qui y est faite pour les différentes variétés de français selon le pays d’origine du manuel. Pensez-y et voyez si c’est possible… On se revoit dans un mois.



Citer ce billet
Marie Duchemin (2015, 10 janvier). « Et votre terrain de recherche, quel est-il? ». art, langage, apprentissage. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cxyf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.