Une langue, une catégorie de pensée

Fin d’après-midi, une étudiante sortant d’un cours magistral, rencontre son professeur de recherche à l’entrée de l’université Paris-Sorbonne. L’étudiante semble inquiète.

 – L’étudiante : Bonjour monsieur, j’ai vu votre réponse par mail hier. Si j’ai bien compris, vous n’êtes pas d’accord avec mon hypothèse concernant mon sujet de mémoire. Avez-vous un petit moment pour en parler ? Si vous n’avez pas de cours après bien évidemment ?

– Le professeur : Ah non non pas du tout. Je comptais juste aller chez Gibert-Joseph pour acheter quelque chose avant de rentrer. Rien de bien important et d’urgent. D’accord, profitons en pour parler un peu de votre mémoire. Venez, mettons-nous à l’abris dans le couloir, ici il fait un peu froid.

– L’étudiante : Merci beaucoup monsieur.

L’étudiante et le professeur entrent dans le couloir de l’immeuble.

– Le professeur : Alors si je me souviens bien, vous m’avez exposé dans votre dossier quelques hypothèses pour expliquer l’origine des erreurs que les étudiants chinois commettent dans le corpus que vous m’avez envoyé. Je ne suis pas très convaincu par l’une de vos hypothèses qui relève le niveau culturel. Pour moi, une erreur linguistique peut être due à diverses raisons dont la différence culturelle effectivement peut faire partie. Mais cet aspect culturel n’explique pas tout. Votre hypothèse ne me semble pas assez solide. Selon vous, un étranger qui commet une erreur, s’explique toujours par la différence de culture avec sa langue maternelle? Ce n’est pas du tout convainquant.

– L’étudiante : Ce n’est pas exactement ça, je pense que je me suis mal exprimée dans le dossier. Pour cette hypothèse, je suis partie sur une analyse comparative entre les systèmes éducatifs chinois et français. C’est la formation que l’on reçoit qui forme notre personnalité et nous fait devenir tel ou tel type de personne. Et la culture exerce une influence sur l’éducation appliquée dans chaque pays. Les raisons culturelles et philosophiques des similarités et des différences entre l’enseignement de ces deux pays déterminent les raisons qui conduisent aux archétypes différents, par exemple, de talents observables dans les deux sociétés. Cela explique aussi les erreurs que l’on commet en utilisant une nouvelle langue étrangère, je pense.

– Le professeur : Les talents observables dans les deux sociétés?… Selon vous, ce sont lesquels ?

– L’étudiante : En Chine, ‘l’éducation pour les examens’ forme des enfants qui connaissent par coeur leurs livres, sont forts en calcul et en langue, mais dépourvus de sens de l’innovation. En France, l’accent de l’enseignement élémentaire est mis sur l’incitation à l’envie et au plaisir d’apprendre et encourage l’originalité et la diversité des enfants, car chaque enfant possède un don particulier. À partir de ce principe, j’ai remarqué que les apprenants chinois sont très forts pour faire des exercices grammaticaux canoniques, mais qu’ils font beaucoup d’erreurs lorsqu’il s’agit de composer un petit paragraphe en français. Ils font plus d’erreurs dans les exercices où l’on doit exposer des arguments ou même des exercices de traduction. Quand on leur donne une tache assez innovante qui demande un peu plus de réflexion, ils sont perdus. C’est quand même lié à la formation qu’ils ont reçu depuis qu’ils sont petits. La culture derrière exerce une influence je pense.

– Le professeur : C’est vrai qu’entre apprendre aux enfants des capacités élémentaires comme écrire, lire, calculer ou celles de réfléchir et résoudre des problèmes en toute autonomie ainsi que d’assumer les conséquences de leurs actes, le choix ne serait pas difficile à faire. J’avoue que les français soulignent plus le sens d’innovation et d’authenticité. Mais comment pouvez-vous expliquer cela par rapport à la culture ?

– L’étudiante : Deux éducations, deux philosophies entraînent forcément deux types de personnes. Ainsi les Français paraissent-ils individualiste voire égocentrique, critique voire geignard, créatif voire rebelle, confiant voire prétentieux. Les Chinois, eux, sont qualifiés de tenaces, sereins, travailleurs ou respectueux, mais on leur reproche aussi d’être ambigus, menteurs ou mauvais organisateurs. Dans la pensée chinoise, la culture collective et le confucianisme exercent une influence importante. Cela demande une société « unie en harmonie » en Chine. Jusqu’à aujourd’hui, cette idée d’une société unie en harmonie est encore l’une des devises en Chine. L’idée derrière ces deux concepts montre que la société chinoise nécessite une unification des pensées.

– Le professeur : Attention ! L’unification des pensées ne veut pas dire l’unification des erreurs en apprenant une langue hein ?!

– L’étudiante : Oui bien sûr. Pourtant une unification de tout : les pensées, les connaissances, les comportements, etc. J’exagère un peu bien sûr, mais cela montre bien pourquoi les apprenants chinois font souvent mieux les exercices unifiés qui ont une réponse standard, et échouent plus souvent quand ils rencontrent des exercices qui demandent un peu plus d’innovation.

– Le professeur : C’est intéressant oui. Mais ce n’est pas suffisant pour tout expliquer.

– L’étudiante : J’ai évoqué le système éducatif en Chine tout à l’heure. Et bien, cette volonté d’unification a un fort impact sur l’éducation. Les plans d’éducation, les objectifs et les critères de recrutement des élèves sont aussi unifiés partout en Chine.

– Le professeur : Mais en France aussi, on n’a pas un programme de langue vivante en anglais plus détaillé à Paris qu’à Marseille hein…

– L’étudiante : (Rires) Oui c’est vrai. Mais en Chine, on a encore un concept qui nous guide : c’est le collectivisme qui insiste beaucoup sur le développement «Zhong Yong » chez les Chinois. C’est-à-dire, la voie du milieu ou la doctrine du milieu.

– Le professeur : Excusez-moi je ne connais pas assez bien la Chine. Qu’est-ce que c’est cette voie du milieu ?

– L’étudiante : C’est le code de conduite du peuple chinois. Il insiste sur le principe d’un bon savoir-être, c’est à dire “rester dans le milieu” : “n’en fait pas plus ni moins”. Ça ne se fait pas de se distinguer des autres. On est souvent modeste voire trop modeste. On insiste toujours sur cette idée d’harmonie, nous les Chinois. En Chine, on dit que les gens qui adoptent cette conduite réussiront mieux leur vie.

– Le professeur : Alors, selon vous, le collectivisme, le confucianisme, et la voie du milieu mènent tous les apprenants chinois à faire les mêmes types d’erreurs en apprenant une langue étrangère ?

– L’étudiante : Ils ne représentent pas toutes les raisons, mais ils ont un impact très important. Cela explique pourquoi les apprenants chinois font certaines erreurs plus ‘typiques’ que les apprenants d’autres pays. C’est lié à leur langue maternelle, et derrière ça, c’est la pensée. Une langue représente une catégorie de pensée.

– Le professeur : D’accord, ça c’est vrai. Pourtant, je ne dirais pas que la raison culturelle soit très importante. Mais ce serait intéressant si vous ajoutez la culture comme l’un des facteurs. Il vous faut juste bien vous défendre par rapport à cela. En tous cas, la culture chinoise me fascine beaucoup. Je ne vous décourage pas sur ce point là, mais il faut vous diriger plus vers une voie linguistique dans votre analyse. Vous pouvez continuer l’analyse sur la voie cognitive. Ou bien, vous pouvez consulter les ouvrages de Selinker, il a proposé la notion de « interlangue » : « la langue de l’apprenant à un moment donné de l’apprentissage était un système provisoire et intermédiaire qui était différent à la fois de la langue source et de la langue cible. Il était composé non seulement de formes correctes, mais aussi de formes grammaticalement incorrectes. » Ici, la relation de la langue source et de la langue cible, dans votre cas, ce sera le chinois et le français. Ce système intermédiaire pourrait vous aider je pense.

– L’étudiante : Ok, j’ai bien compris Monsieur. Merci beaucoup pour votre conseils! Je vous souhaite de trouver les livres que vous cherchez chez Gibert Joseph. Encore merci. Bonne soirée et à bientôt !

– Le professeur : Bonne soirée à vous aussi. Au revoir.

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.