Dialogues parallèles

Deux étudiantes discutent dans les couloirs de l’université.

Maria : « Je viens de commencer à rédiger mon mémoire mais mon directeur de mémoire m’a dit qu’il ne fallait surtout pas que je me lance dans l’écriture avant d’avoir une idée bien précise de ce que je voulais faire par la suite ! »
Alice : « Mais tu as quand même un plan pour ton sujet ? »
Maria : « Eh bien non, pas vraiment… J’ai seulement quelques idées mais si j’ai bien compris, c’est justement ce que mon professeur a voulu dire, que je ne devais pas commencer à écrire sans plan ! »
Alice : « C’est étrange ! Moi non plus je n’ai pas vraiment de plan, ou du moins, rien de précis ! Et pourtant, cela ne m’a pas empêché d’écrire quelques pages ! Au contraire, mon directeur m’a même encouragé à écrire mes idées afin que je réussisse à en dégager un plan, une fois que mes idées seront claires et structurées ! »
Maria : « C’est ce qu’il t’a dit de faire ? »
Alice : « Pas en ces termes, mais c’est ce que j’ai cru comprendre, oui ! »
Maria : « Je ne sais pas comment faire, Monsieur V. m’a dit tout le contraire ! »
Alice : « Monsieur V. ? Mais c’est de lui dont je parle, c’est aussi mon directeur de mémoire ! »

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts


Une réflexion sur « Dialogues parallèles »

  1. lol très bonne chute ;)!
    moi je dirais qu’il faut au moins avoir un semblant de plan avec les lignes principales pour commencer à rédiger, et que les petites sous-parties se créeront d’elles-mêmes. Sachant que de toute façon, le plan sera soumis à de très nombreux changements et corrections, et que celui de janvier ne sera pas du tout semblable à celui de juin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.