La syntaxe des propositions complétives

 

« La subordination doit donc recevoir une interprétation sémantique et modale, fondée sur l’analyse syntaxique des phrases matrices et enchâssées. On peut montrer que, à travers la modalisation, la sémantique contrôle le mécanisme syntaxique de la subordination. Lier la subordination à la modalisation permet d’expliquer, entre autres choses, pourquoi nous n’avons pas de complétives derrière les verbes qui expriment intrinsèquement l’aspect (*Il finit que P, *Il commence que P, *Il continue que P) ou encore derrière des verbes tels que manger ou annuler(*Il mange que P, *Il annule que P).»

 

Dans un premier temps, je parlerai de la conception générale de la proposition complétive en tant que type de subordonnée. En m’appuyant sur les recherches effectuées sur le français et le chinois, j’essayerai de faire apparaître les points communs de cette structure dans ces deux langues, comme le montre l’exemple ci-dessus, le mécanisme syntaxique contrôlé par la sémantique à travers la modalisation.

Dans la construction complétive des verbes conjugués du français, le prédicat dominant peut être un verbe, un adverbe, une préposition, un adjectif ou un nom qui peuvent remplir de différentes fonctions syntaxiques, parmis toutes les formes du prédicat dominant en français, il est parfois difficile de trouver l’équivalent en chinois. La comparaison dans la deuxième partie est basée principalement sur la structure prédicative de la construction complétive, les marques de conjugaisons sur les verbes et les marqueurs de surbordination entre la proposition principale et la proposition subordonnée.

Comment elles peuvent s’inscrire dans l’apprentissage des apprenants chinois, comment elles sont acquises par les apprenants, quels sont les différences des manuels utilisés dans les écoles françaises, quels sont les points qui laissent à discuter ? Dans la partie je compte évaluer d’une vision critique les propostitions complétives dans les manuels de français utilisé dans les universités chinoises.

 

Bibliographie :

BALLY, Charles. 1932. Linguistique générale et linguistique française. Berne : Francke.

CHEVALIER Gisèle et LEARD Jean-Marcel (1994), « Le nom subordonnant : les séquences [SN que P] et la modalisation », in : Annie Boone, La subordination, Travaux de linguistique.

SOUTET Olivier, Le subjonctif en français, Paris : Ophrys.

RUWET, N. (1972), Théorie syntaxique et syntaxe du français, Paris.

Shuaijun Mallet-Jiang, la completive objet en chinois, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 7 décembre 2012.

PARIS, M.C. (1983), « Marqueurs et corrélateurs hypothétiques en mandarin », Verbum, VI. 3, pp. 327-342.

TANG, J. (1990), Chinese Phrase Structure and the extended X’ Theory, Cornell University, Thèse de Ph. D.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.