Atlas/réflexion sur la contextualisation de l’enseignement du FLE à l’étranger

Dans sa thèse, Quelles contextualisations pour l’enseignement du français hors de France?Céline Doucet démontre l’importance d’une contextualisation pour l’enseignement du FLE à l’étranger. Elle utilise une démarche empirique qu’elle explique dans l’introduction de sa thèse : au cours de ses années d’enseignement du FLE à l’étranger, Madame Doucet a constaté que l’enseignement du FLE pouvait parfois être considéré comme « universel » avec des objectifs très similaires même si l’enseignement se fait dans des zones géographiques très différentes et éloignées les unes des autres. Pour démontrer l’importance d’une contextualisation de l’enseignement du FLE, Madame Doucet analyse, dans sa thèse, l’enseignement du FLE dans deux contextes différents : en Louisiane et en Australie. Dans l’introduction de sa thèse deux grands questionnements se détachent : 1/ Qu’est-ce que veut dire le terme français langue étrangère et 2/ L’enseignement du français est-il vraiment contextualisé ?

Veuillez trouver ci-dessous un atlas de l’introduction de la thèse de Céline Doucet.

atlas DoucetV2atlas DoucetV2


Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

3 réflexions sur « Atlas/réflexion sur la contextualisation de l’enseignement du FLE à l’étranger »

  1. Une thèse qui a l’air très intéressante! Cependant je me pose une question: est-ce un parti-pris de la part de l’auteure de prendre deux contextes qui, malgré l’éloignement géographique, du point de vue culturel et social ne sont pas si éloignés (à savoir l’Australie et les États-Unis)?. Je pense par exemple au fait qu’ils ont la même langue, une histoire qui peut se comparer, un niveau de vie très similaire…
    J’imagine alors la complexité de comparer deux pays vraiment différents en tous points: des pays où la langue des apprenants serait différente, où le mode de vie, le niveau de vie, la religion, seraient autres… Avec ce contraste, ce serait peut-être d’autant plus intéressant de voir quelles sont les motivations à apprendre le français dans chacun des contextes, et quels objectifs donner à un cours qui est fait en Suède et en Inde, par exemple.
    En tous cas, ça ouvre une interrogation nécessaire autour des différences qui existent (ou qui devraient exister?) dans l’enseignement d’une même discipline selon le contexte. Je me dis que même à l’intérieur d’un pays, jusqu’à l’intérieur d’une ville, par quartiers, l’enseignement d’une même langue ne peut pas se faire de la même façon…

    1. Chère Carla,

      Céline Doucet assume le choix de deux contextes anglo-saxons. En effet, tout au long de sa thèse et notamment dans l’introduction et la conclusion, elle explique à plusieurs reprises pourquoi la Louisiane et L’Australie ont été choisi comme terrains d’analyse. L’idée d’une thèse sur la contextualisation de l’enseignement du français à l’étranger lui vint lorsqu’elle enseignait le français en Louisiane et où elle fut frappée de ne pas remarquer de contextualisation particulièrement à l’enseignement du français en rapport avec l’histoire de la langue française dans cette région. Son idée fut alors de prendre un second terrain de comparaison. Ce second terrain devrait, selon elle, partager des caractéristiques communes afin que les résultats de comparaisons soient authentiques et véridiques. Vous pourrez lire une explication claire et assez précise à la page 455 de sa thèse; dans la conclusion.
      Vous avez raison de dire que la Louisiane et l’Australie sont très similaires au niveau de la langue. En effet, ce sont deux pays monolingues au niveau politique et dont la langue officielle est l’anglais. Cependant, il est important de souligner ici que le niveau de vie n’est pas trop similaire. Certes la Louisiane fait partie d’un pays développé et occidental tout comme l’Australie mais le niveau de vie des Australiens est beaucoup plus élevé. Rappelons ici que la Louisiane est l’un des états le plus pauvre des Etats-unis. Ainsi, si l’on pense aux échanges scolaires et voyages linguistiques qui peuvent se mettre en place, les Australiens seront plus propices à la mobilité de part leur moyens financiers supérieurs aux Louisianais. L’Australie est aussi proche géographiquement parlant d’îles françaises et francophones ce qui peut favoriser les échanges scolaires.
      Votre suggestion de comparer deux contextes complètement différents est très intéressante mais ce serait selon moi le sujet d’une autre thèse. En tout cas je reste d’accord avec vous: « l’enseignement d’une même langue ne peut pas se faire de la même façon… » où que l’on soit. Il y a toujours un contexte à prendre compte quel que soit le contexte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.