Une réflexion sur « Atlas de Nouvel An, découverte des évidences invisibles »

  1. Merci, cher Farbod, pour cet atlas qui nous fait voir sous le habits rouges du Père Noël le vert d’une gastronomie iranienne à partager ici et ailleurs…
    Vous citez l’ouvrage de Raymonde Carroll, Evidences invisibles, Américains et Français au quotidien, publié au Seuil en 1987. Ouvrage pionnier sur bien des aspects… Une très bonne lecture à cette adresse même si la conclusion ne me satisfait pas vraiment : http://www.exergue.com/h/2011-09/tt/raymonde-carroll.html. On ne peut penser qu’aux travaux actuels de Chauvier et de beaucoup d’autres (je pense en particulier à Alban Bensa)…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.