Tiens, tiens !

« Tiens ! Regarde ! C’est l’affiche du film dont je t’ai parlé l’autre jour! »

« Tiens ! », mon copain prononce ce mot en tenant tout d’un coup ma main.

« Quoi, qu’est-ce qui se passe ? », je tends mon cou dans le froid, et cherche attentivement des indices étranges dans ce monde spectaculaire qui se dévoile devant moi.

« Mais non ! Ce n’est pas dehors mais ici dans ma tête qui se passe quelque chose. Je voulais simplement dire que ça m’y est venu à l’esprit qu’on peut nous même faire un film ! »

« Tiens, tiens. »

« Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? »

« Ben rien. Ce n’est que c’est rare que tu fasses des rêves ridicules. Quand est-ce que t’as la tête dans les nuages ? Tu veux faire un film sur quoi ? »

« Tiens ! »

« Mais quoi encore ?! », un peu énervé, j’en ai marre de ce « tiens » va-et-vient.

« Ben tiens ! J’ai déjà un scénario ! » Il me tend un livre, mais mes mains devenant déjà rigides et insensibles au froid et au « tiens » qui se répète sans cesse, ne peuvent plus tenir ce livre accompagné de ce dernier « tiens ».

 

Ce « tiens » de tous les jours me confond toujours. Il va dans tous les sens. Chaque fois j’entends un « tiens », je fais semblant de ne pas entendre du premier coup pour gagner du temps à observer de quel « tiens » il s’agit, et de réagir en fonction du « tiens » en discours.

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.