Les sections langues et cultures méditerranéennes : un dispositif innovant

Conférence du 5 décembre 2014

Huitièmes rencontres de l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue (ADEB) « Place de la diversité linguistique et culturelle dans les formations » – Intervention de Sophie Tardy et Daniel Guillaume

Les sections langues et cultures méditerranéennes ont vu le jour sous l’impulsion de Sophie Tardy et Daniel Guillaume, inspecteurs pédagogiques régionaux de lettres, pour respectivement, les académies de Créteil et de Versailles. Mises en place de manière expérimentale à partir de la rentrée 2011, ces dites sections ont pour buts principaux de valoriser l’apprentissage de la langue arabe, en mettant en lien cette langue avec les enseignements de français, de latin, ainsi qu’avec ceux des cultures de l’Antiquité. Sophie Tardy et Daniel Guillaume sont partis de deux constatations pour bâtir ce projet : tout d’abord, les classes du secondaire comptent très peu de bons arabisants, car la majorité d’entre eux se dirige vers des filières scientifiques. Puis, bien que les Assises de la langue arabe de 2008 aient permis de donner un élan médiatique à cette langue, la situation de son enseignement en France reste problématique. Enfin, outre le souhait de relancer la pratique de l’arabe, ce dispositif devrait également permettre, plus globalement, de relancer la pratique des langues anciennes, en les étudiant de manière transversale et sous l’angle des compétences de communication. Et ce dit dispositif innovant semble plaire, puisque ses effectifs sont en nette progression, passant d’une quarantaine d’élèves en 2011 à plus de 500 en 2014.

Cependant, malgré cet accueil positif, de nombreux défis attendent ces sections. Tout d’abord, étant encore sous statut expérimental, elles bénéficient d’une note du recteur, mais n’ont pas pour le moment de statut juridique. Leur application dans un collège ou dans un lycée se fait donc par négociation avec les autorités départementales, sachant qu’elles apparaissent dans le programme de l’établissement comme faisant partie d’un projet éducatif. De même, elles ne bénéficient pas de validation aux examens ; Sophie Tardy et Daniel Guillaume ont ainsi émis l’idée de les faire apparaître à l’épreuve des TPE. Enfin, subsiste plusieurs questions : à partir de quel niveau faire apparaitre ce projet – faut-il commencer en sixième ? ; où trouver les heures d’enseignements (au moins 36 heures annuelles sont nécessaires) ; comment former les enseignants ?

Mais, un des importants défis de ces sections restera de faire accepter leur utilité auprès du monde éducatif, et notamment de faire accepter les perspectives de transversalité qu’elles véhiculent. Les professeurs de grec et de latin par exemple, ne sont pas forcément enthousiastes à l’idée que leur matière d’enseignement soit mêlée à de l’arabe et à du français. Pourtant, travailler en transversalité, c’est à dire faire cohabiter et parler au sein d’un même espace classe plusieurs langues, permet aux élèves de travailler ensemble et d’apprendre à passer outre cette vision cloisonnée des langues à laquelle ils sont habitués. De même, travailler la diversité linguistique permet de tisser du lien entre passé et présent, de se retrouver, élèves et professeurs, à travers une histoire et une historicité partagées. Concrètement, Sophie Tardy expliquait le succès de ce dispositif dans un lycée de banlieue parisienne réputé difficile, narrant les nombreux échanges linguistiques auxquels elle avait assisté, les élèves parlant et s’activant autour de dictionnaires et s’amusant à analyser et à comparer les langues. Par ailleurs, à travers cette démarche, la dimension actionnelle de l’enseignement des langues fonctionne rapidement : en parlant les langues dans un même espace commun, on devient compétent dans un domaine, on acquiert une compétence linguistique.

Ce dialogue engagé entre les langues et les cultures permettra à l’apprenant de langue de devenir Autre, de se voir différemment: c’est à dire non plus comme un apprenant d’une unique langue, mais comme un apprenant d’une langue qui s’est forgée à partir d’emprunts d’autres langues ; il se sentira alors appartenir à un communauté linguistique globale et non plus cloisonnée.

 

 

 


3 réflexions sur « Les sections langues et cultures méditerranéennes : un dispositif innovant »

  1. Alors, la conférence de l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue a eu lieu au Centre de Ressources Pédagogiques – Office pour l’Éducation de l’Ambassade d’Espagne, situé au 34, boulevard de l’Hôpital (près de la gare d’Austerlitz).
    Vous pouvez trouver des renseignements sur l’ADEB à cette adresse:
    http://www.adeb.asso.fr/index.php

    Concernant les sections langues et cultures méditerranéennes, vous pouvez trouver les principales informations sur :
    http://eduscol.education.fr/pid23221-cid81637/sections-experimentales-lcm.html (site du ministère de l’Education nationale)
    http://www.langue-arabe.fr/spip.php?article1430 (site du ministère de l’Education nationale sur la langue arabe, avec notamment des vidéos des séances)

    Bien sûr, d’autres informations sur ces sections sont disponibles sur d’autres sites…

  2. Un très grand merci, Maeva, pour ce compte rendu à propos d’une expérience qu’on aimerait voir se développer partout rapidement… Pourriez-vous nous donner le lieu de la conférence et des adresses pour trouver des renseignements précis concernant cette expérience – ne serait-ce que celle de l’ADEB ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.