Vers le « je » de méthode avec un historien, Ivan Jablonka

113719_couverture_hres_0

 

Penser nos recherches en observant ce qu’un historien propose quant à l’écriture de l’histoire, voilà notre dernière aventure dans le séminaire…

Je renvoie à ce billet pour parcourir le livre d’Ivan Jablonka : http://ver.hypotheses.org/1338

Je retiendrais seulement un court passage du livre de Jablonka qui permettra d’ouvrir une proposition d’écriture (celle du « contre-moi », p. 288-289) et qui offre une critique de Pierre Bourdieu alors même que l’historien rappelait une de ses belles formules:

« On peut donc dire que l’objectivité dans les sciences sociales réside, collectivement, dans le débat critique et, individuellement, dans l’analyse de sa situation. De même que le refus du moi caractérise le scientisme, de même l’auto-examen du chercheur, l’objectivation de celui qui objective (pour parler comme Bourdieu), appartient à la méthode des sciences sociales. Adopter « un point de vue sur son propre point de vue » permet de rompre avec les non-dits du mode objectif (note de IJ: « Pierre Bourdieu, « l’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 105, décembre 2003, p. 43-58). Il est dommage que Bourdieu n’ait pas appliqué ce « programme d’anthropologie cognitive réflexive » ni dans son article sur les célibataires du Béarn, ni dans son étude d’ethnologie kabyle et à peine dans Homo academicus, où l’expérience personnelle du sociologue – sa « connaissance indigène » – a pourtant été décisive. » (p. 289)

Vers l’écriture d’un billet : Il s’agirait donc maintenant de tenter d’expliciter les motifs (au sens d’anecdotes souvent couvertes par des « valeurs » ou « raisons objectives ») qui m’ont poussé, motivé, conduit à tel sujet de recherche… ce « contre-moi » une fois établi (contexte personnel situé), le « je » de méthode se déploiera plus aisément sans toujours s’empêtrer dans un moi qui ne connaît pas son contre…

Un excellent dossier réalisé et dirigé par Jablonka sur les formes de la recherche: http://www.laviedesidees.fr/Les-formes-de-la-recherche.html

dont voici le sommaire:

Sommaire

- Martin de la Soudière, « L’ethnologie ou le parti d’écrire. Entretien »
- Françoise Zonabend, « Le terrain de soi »
- Christophe Brun, « Élisée Reclus ou l’émouvance du monde »
- Susan Ossman, « Anthropologie visuelle »
- Ivan Jablonka, « Histoire et bande dessinée »

Et aussi :
- Philippe Artières, « Quand l’histoire nous traverse. Entretien »
- Patrick Boucheron, « L’invention de la mondialisation. Entretien »
- Alain Corbin, « L’histoire entre rêve et plaisir. Entretien »
- Carlo Ginzburg, « Les contraintes invisibles. Entretien »
- Paulin Ismard, « Nicole Loraux, l’audace d’être historienne »
- Nicole Lapierre, « Éloge de la bâtardise. Entretien »
- Dossier « Le monde en 2112. Utopies pour après-demain », publié en volume aux PUF avec un texte inédit d’Alexis Jenni
- Dossier « Le livre demain »

Quelques expériences marquantes :
- Les Archives de la planète (1912), fonds photographique et cinématographique réuni par le mécène Albert Kahn et le géographe Jean Brunhes
- Chronique d’un été (1961), un film de Jean Rouch et Edgar Morin
- Le Temps des cathédrales (1978), un documentaire fondé sur l’œuvre de Georges Duby
- La Commission centrale de l’enfance (2008), un spectacle de David Lescot
- Notre Terreur (2010), un spectacle de Sylvain Creuzevault
- L’Asile des photographies. La Maison Rouge (2010), une exposition de Philippe Artières et Mathieu Pernot.

Un  dossier sur ce que fait la bande dessinée aux sciences humaines et donc des idées pour écrire son mémoire dans les conditions d’aujourd’hui (observer dans ces entretiens les contre-moi et les autres qui ont permis qu’un « je » de recherche s’invente en BD) :

http://www.nonfiction.fr/article-6715-dialoguer_avec_le_reel___entretien_avec_etienne_davodeau.htm

 

 

Critiques sur le livre de Jablonka:

http://www.liberation.fr/livres/2014/09/10/l-histoire-est-un-roman-vrai_1097584

Sur les rapports littérature, histoire, un carnet de recherche à visiter: http://crehist.hypotheses.org

A l’occasion des « Rendez-vous de l’Histoire » de Blois 2014, rencontre avec Ivan Jablonka autour de son ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales » aux éditions Seuil.


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

2 réflexions au sujet de « Vers le « je » de méthode avec un historien, Ivan Jablonka »

  1. Quel bonheur de découvrir ensemble à travers la pensée d’Ivan Jablonka cette nouvelle génération d’historiens! Sa conception hybride de la création artistique et de la création scientifique laisse rentrer l’art dans les sciences humaines ce qui pourrait peut-être contrer la crise des humanités. L’art attire, l’art captive, y a-t-il mieux que l’art pour atteindre le public? Insérer ces créations artistiques se fait sans aucun doute par le « moi » de l’auteur alors que la discipline de l’Histoire comme l’explique M. Jablonka tend à neutraliser le « je » de l’auteur et à factualiser la recherche de manière très scientifique. Hors, tout projet de recherche est initié par une expérience personnelle, on le sait bien. Il reste maintenant, je pense, à analyser les différentes formes que cette hybridité pourrait créer sans pour autant minimiser la qualité des travaux des chercheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *