Dialogue en coulisse et couloir d’un mémoire à venir…

Dialogue d’une étudiante en Master 2 Recherche DFLE et une professeure :

Au détour des couloirs du département de didactique du Français Langue Etrangère de l’université de la Sorbonne, en fin d’après-midi, par une journée d’octobre encore très ensoleillée, avant de reprendre les transports en commun qui mèneront jusqu’au retour chez soi, on entend la conversation d’une professeure et d’une de ses étudiantes chercheuses. L’étudiante semble contrariée et inquiète.

L’étudiante : Pouvons-nous parler un moment, sans que cela vous dérange bien sûr.

La professeure : Bien sûr, de toute façon ma journée se termine bientôt, nous pouvons donc en profiter pour parler un peu de votre projet de recherche. Venez, par ici.

L’étudiante : je vous remercie. En fait, j’aimerai vous faire part de mes inquiétudes. Vous nous avez demandé de réfléchir afin de trouver un lien entre les notions théoriques du cours et nos axes de recherche. Je pressens, j’ai comme l’intuition qu’il y a en effet possibilité de faire le pont entre la théorie, les concepts du cours et mon expérience professionnelle, mais je vous avoue que pour l’instant, j’ai un peu de mal.

La professeure : Vous m’avez fait part en effet, par courriel, de vos inquiétudes, de vos questionnements et j’ai pris le temps de lire votre dossier de Validation d’Acquis Personnel et Professionnelle, alors c’est vrai, entre vos questionnements relatifs à la pertinence ou non de l’utilisation des TIC et ceux relatifs aux enjeux d’ordre socioculturels, épistémologiques et anthropologiques, psychologiques au travail par rapport aux parcours de vie des apprenants que vous avez côtoyé, les liens ou les ponts peuvent sembler difficile à trouver. Cependant,  dans votre parcours, il y a quelque chose qui m’a intéressé, c’est la dimension du bien-être de l’humain, c’est peu conventionnel mais cela pourrait en effet être intéressant de poser cette question : quel bien-être apportons-nous aux apprenants ?  C’est une vrai question est ce que l’on fait du bien aux apprenants au-delà de l’accompagnement pédagogique et de l’acquisition des savoirs, des compétences ?

L’étudiante :  c’est vrai, cette dimension de bien-être me semble très importante, car avant d’avoir à faire à des apprenants, je me suis retrouvée face à des êtres humains éprouvant au-delà des difficultés de la langue, beaucoup de difficultés à mener à bien des projets ;  que ces projets soient d’ordre personnel ou professionnel,  pour certains,  l’accumulation d’échecs personnels et/ou professionnels, leur histoire familiale etc. ne facilitaient aucunement le maintien d’une dynamique d’apprentissage. Beaucoup de doutes sur eux-mêmes, de processus de dévalorisation qui ont fait parfois obstacle au bon déroulement des séquences d’apprentissage.  Il m’est arrivé donc d’utiliser des outils « bien-être » et de développement personnel pour accompagner des apprenants qui m’en avaient fait la demande, afin de les accompagner dans leur choix de transformation.

La professeure : une chose à laquelle j’ai pensé par rapport à l’utilisation des TIC, certaines personnes ont dû rencontrer des difficultés d’accès à l’utilisation des ces technologies, donc l’aspect anthropologique, la relation langue culture et « culture informatique » pourrait là aussi être exploitée.

L’étudiante : c’est vrai, je n’y avais pas pensé sous cet angle là, mais il est vrai que c’est une piste très intéressante, entre code, décodage lexical de tout ce qui tourne autour de l’ordinateur, d’internet, d’une plateforme d’apprentissage en ligne. En effet, bon nombre de mes apprenants, mais aussi de mes collègues formateurs n’avaient pas vraiment eu contact avec les outils informatiques. Il a fallu que je donne des cours à mes collègues mais aussi aux apprenants avant même de commencer le cours de FLE, ou de remise à niveau en français. Sans oublier le public analphabète. J’ai d’ailleurs changé beaucoup de choses sur mon interface de plateforme d’apprentissage en ligne afin de leur faciliter la navigation et l’utilisation de celle-ci.

La professeure : En tout cas,  j’entrevois aussi  une posture, un positionnement  à l’image d’une « clinicienne en maïeutique » qui semble aussi ressortir dans la manière dont vous avez présenté votre exposé, vos réflexions,  sur la recherche-action, par rapport à l’article de Jean-François Berthon. Dans la manière dont vous rendez compte de votre expérience professionnelle, il serait certainement intéressant de creuser aussi de ce côté-là.

L’étudiante : vous savez, je suis heureuse d’être inscrite dans ce projet de recherche, mais il est vrai que ces 15 années d’interruption d’études font que je demeure parfois encore inquiète sur ma capacité ou non à rendre compte « scientifiquement » et surtout qualitativement de mes expériences professionnelles. Cette richesse d’expériences de terrain qui m’habite a encore du mal à accoucher à l’heure d’aujourd’hui.

La professeure : je comprends vos inquiétudes, mais vous allez y arriver, n’oubliez pas d’écrire, de rédiger, car même la plus petite idée, la plus petite réflexion,  c’est en quelque sorte le terreau dans lequel vont germer vos graines d’hypothèses, et comme dirait Bernard LATOUR : « tout est données » Après on peut s’interroger sur la notion de données, la notion d’acteur-réseau dans vos expériences professionnelles, mais je suis sûre que vous ne manquerez pas de réfléchir et d’élargir votre champ de vision là-dessus.

L’étudiante : je vous remercie en tout cas, d’avoir bien voulu m’accorder cette discussion, je ne vais pas vous prendre plus de temps, je suppose que votre journée n’est pas encore complètement terminée.

La professeure : Elle n’est pas complètement terminée, mais elle s’achève néanmoins. Je vous dis à mardi prochain.

L’étudiante : Oui, je vous souhaite une bonne fin de journée. A Mardi prochain. Au revoir.

La professeure : Merci, Au revoir, excellente fin de journée à vous aussi.

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.