Quand le mot « glaner » interroge la recherche

L’intonation et la moue du visage changent du tout au tout la perception-réception de cette locution somme toute très courante dans les sphères littéraires. Littéraires dites-vous ? Mais si l’on se réfère à l’étymologie du mot, nous voilà en pleine moisson, en pleine campagne, quand vient le temps des récoltes et meule de foin au milieu des champs ? Glaner du foin, glaner des informations, ce mot véhicule en quelque sorte des références diverses qui ne sont pas toujours bienvenues dans une conversation aussi protocolaire soit-elle ?

Voilà qu’en entendant glaner, on a l’impression de finir les restes comme si le mot lui-même suffisait à dire sans dire à l’autre qui l’entend, vous n’avez rien d’autre à dire que ce qui finalement a été dit. Vous parlez d’une valorisation de votre travail de rétribution d’informations ou de propos recueillis ! Vous vous sentez alors blessé dans votre effort perfectionniste à rendre compte de tout ce qui a pu être dit ou lu, dans les moindres détails.

En somme, en un tour de glanage voilà tout votre effort intellectuel réduit à fétu de paille à défaut d’une meule de foin ! Au milieu des champs intellectualistes, vous vous sentez comme une paysanne qui dans sa campagne profonde n’entend rien au monde des idées !

« Qu’avez-vous donc encore à glaner ma bonne dame !

 » Et oui à défaut d’être érudite, au moins se consolera t-on d’être au moins « bonne » malgré tout ou malgré rien d’ailleurs »

« Je glane à défaut de créer mais en glanant des paroles, et en les restituant comme telle ne leur fais-je pas honneur, ou hommage à ceux et celles qui nous les donnent  à entendre ? »

Si nous réfléchissons pragmatiquement

« Eh, oui mon bon monsieur, bienheureux sont les glaneurs et glaneuses de champs, car au sommet de votre fonction intellectuelle, dans votre assiette : ce serait disette, et un corps sans nourriture ne pourrait donner force et énergie aux cerveaux pensants que vous êtes. Sans nourriture, quelle nourriture intellectuelle ? ! ? « Je sais que je ne sais rien, et vous ? »

« Et au-delà des glaneuses de champs cultivés, que seraient les champs de recherche possibles si nous ne glanions pas par ci par là, des idées en tant que chercheurs pour s’y confronter à la sueur de notre pauvre front ? »

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook


5 réflexions sur « Quand le mot « glaner » interroge la recherche »

  1. Pour continuer la voix de Valéry Larbaud :

    Je suis agi par les lois invincibles du rythme,
    Je ne les comprends pas moi-même : elles sont là.
    Ô Diane,
    Apollon, grands dieux neurasthéniques
    Et farouches, est-ce vous qui me dictez ces accents.
    Ou n’est-ce qu’une illusion, quelque chose
    De moi-même purement — un borborygme ?

    J’ai envie de déplacer les mots pour l’expérience d’un mémoire

    Je suis agie par les voix irrépressibles des mots
    Dans leurs rythmes indicibles, ils font musique en moi
    Dans l’expérience des sens, ils sont tous sens en moi
    Ô Didi Huberman
    Ô Ivan Jablonka, grands penseurs à penser
    Et « bousculeurs » par touches
    Est-ce vous ici-là, qui me soufflez ces rimes ?
    Ou sont-elles simplement des esquisses de mémoires
    Où des mots bout à bout, présagent d’un « racontage »
    du moi, des mois d’émois et des mois d’écriture !
    Pour mémoire d’intestins qui dit : gère tes pensées !
    Qui se disent, qui s’écrivent, se décrivent, et s’écrient :
    Ah bientôt le printemps, la sieste enfin arrive…!
    Borbartrimes ! Borbartrimes ! Borbartrimes ! Borbartrimes !

  2. Spicilège ! so spacy-spicy and léger à la fois ! Merci Monsieur Martin
    pour cet écho de voix et de regards impressionnistes !

    Dans les coulisses d’un séminaire-atelier,
    un vrombissement de voix qui s’écrivent
    qui s’écrient, se répondent à la fois.

    Et qui cherche et recherche…
    Mais qui cherche et recherche ?
    Et recherche sans chercher ?
    Ici-là, qui se trouve ?

    Pour qui sont ces chercheurs qui chuintent et qui chuchotent…?!?
    Des sujets de chercheurs pour d’autres invisibles…
    Comment donc ces chercheurs analysent les dire-courts ?
    Un brouhaha de mots, qui s’élèvent des discours ?
    Un clair-obscur peut-être d’une toile à venir ?
    La naissance-d’un courant d’une Recherche-avenirs !
    Mais de quelle manière ces écritures-chercheuses
    résonnent dans ces êtres ? Raisonnent dans ces têtes ?

    « Borborygmes ! Borborygmes !… »
    Borborygmes ! Borborygmes !…

    Grognements sourds de l’estomac et des entrailles,
    Plaintes de la chair sans cesse modifiée,
    Voix, chuchotements irrépressibles des organes,
    Voix, la seule voix humaine qui ne mente pas,
    Et qui persiste même quelque temps après la mort physiologique[…]

    Y’en a-t-il aussi dans les organes de la pensée,
    Qu’on n’entend pas, à travers l’épaisseur de la boîte crânienne ?
    Du moins, voici des poèmes à leur image…

    Valéry Larbaud, Les Poésies de A.O Barnabooth, ed Poésie Gallimard

  3. Merci Maeva de permettre la continuité d’un voyage étymologique… Spicilège, ce mot a un côté « spacy » ou encore « spicy » et « léger » à la fois…Des jeux de mots et de sonorités qui nous permettent encore de continuer à voyager…Les champs de pensées spacieuses, épicées, pimentées et légères à la fois, qui permettent de continuer à nous cultiver…Car finit-on un jour de nous cultiver ?.
    Et dans la continuité de ta pensée Maeva, « un mémoire reviendrait en quelque sorte à un être, un grand spicilège ! » En somme, ce grand Atlas à la Didi Huberman que j’aurai envie de nommer ou de titrer ainsi : Mémoires de voix et d’expériences plurielles permet de construire et déconstruire nos représentations et images parfois poussiéreuses de ce qu’est « la recherche ». C’est bizarre, j’ai soudain envie de changer de nombre, et écrire : Les Recherches ; Les mémoires et les Voix des mémoires, mais de quelles mémoires parle-t-on ? Je laisse tes/vos pensées et voix s’écrire à ce sujet…Bonnes fêtes de fin d’année !!!

  4. Je me suis renseignée sur internet sur le mot « spicilège » que je ne connaissais pas, ce qui m’a permis d’apprendre des choses intéressantes.
    Tout d’abord, selon le Larousse, étymologiquement parlant, spicilège vient de spicilegium, qui signifie glaner. C’est aussi pour cela que ce mot a été choisi (comme j’ai pu m’en apercevoir dans la liste des résultats de google) pour dénommer une association paysanne ; cela m’a vraiment semblé amusant, car le mot spicilège nous fait finalement revenir à cette notion de champs cultivées, « que seraient les champs de recherche possibles » comme l’a précédemment cité Ayuna.
    Ensuite, selon la définition du dictionnaire Larousse, un spicilège est « un recueil de morceaux choisis, de documents variés, d’observations ». Cela signifierait qu’en faisant les quatre carnets de Latour, nous faisons nos propres spicilèges ! Ou à plus grande échelle, un mémoire reviendrait en quelque sorte à un être un grand spicilège 🙂 !

  5. Quel texte ! je pense bien évidemment à quelques toiles impressionnistes :
    les meules de Monet… voir par exemple celle de la fin de l’été – fin de la recherche académique et début de quoi? : http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?no_cache=1&nnumid=001178&cHash=88032535a0)
    Mais je pense surtout au film d’Agnès Varda : http://www.dailymotion.com/video/xcyr4b_documentaire-les-glaneurs-et-la-gla_shortfilms
    Voilà un verbe, glaner, qui interroge la recherche exactement comme vous le suggérez avec bonheur… parce que glaner c’est trouver sans gaspiller et aller aux restes qui enferment le plus vivant pour des vivants auxquels on dénie souvent cette force, et aller aux heures et dans les lieux imprévus, voire imprévisibles. Oui, l’académisme de la recherche oublie les glaneurs et préfère les disciplines – quel mot?! Glaner, c’est obliger la recherche à se faire libre, n’est-ce pas ? Merci, Ayuna !
    Encore une piste: http://biblio.recherche-action.fr/document.php?id=607
    et surtout ce travail de Chevallard où l’on trouve ce mot bizarre, « spicilège » (ah, Marcel Schwob…!): http://yves.chevallard.free.fr/spip/spip/IMG/pdf/Didactique_fondamentale_L3_2009-2010.pdf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.