Les malheurs d’Atlas et le poids des questions en matière d’accompagnement didactique : apprendre à apprendre

Atlas

 


Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook

4 réflexions sur « Les malheurs d’Atlas et le poids des questions en matière d’accompagnement didactique : apprendre à apprendre »

  1. Merci Carla pour cet aller et retour vers le « je » des chercheurs et chercheuses que nous sommes.

    Et si « l’articulation entre implication et distanciation » de ce « je » se jouait, se théâtralisait ? Cela donnerait quoi ? Cela nous ferait imaginer quoi ? quels personnages parlent à qui ? Et de quoi ? Et Pourquoi ? Et comment ?

    Ou si nous étions auteur-compositeur, interprète, allez soyons fous ! Nous sommes chef d’orchestre, ou chef de cœur (car on parle de voix !) : Avec quels instruments, quels rythmes, et en combien de mouvements musicaux envisagerions-nous la construction-création de notre morceau de mémoires ?

  2. Nous devrions tous imprimer cet Atlas et l’afficher dans son espace de travail pour le second semestre. Il est le « rappel » des notions que nous avons vu ensemble dans ce séminaire en rapport avec les interrogations que nous nous sommes posées: qu’est-ce vraiment un mémoire et quelle méthodologie devons-nous employer?
    La citation que relève Carla Campos Cascales est, en effet, en lien directe avec la pensée d’Ivan, Jablonka et cet atlas nous laisse penser qu’il ne faut pas dissocier l’implication de la distanciation en lisant la citation qui suit celle dont Carla nous parle: « La part qui sera donnée aux émotions conduira à relativiser la rationalité de réflexion ». Ainsi, cette citation va encore plus loin que la première puisqu’elle explique que la qualité de la recherche vient de l’auteur, de son ressenti, de sa personnalité et ses émotions. Donc, le pathos ou l’expérience sert à produire une bonne réflexion. ici, il est bon de rappeler que l’implication ne se traduit pas forcément par le « je » ou le « moi » de l’auteur et que l’implication seule peut réaliser ce que suggère cette dernière citation sans forcément donnée une retranscription personnelle du résultat de cette relativité.
    La question que pose Carla est plus compliquée que nous le pensons. En amont, durant le travail de recherche l’implication et la distanciation pourraient, en effet ne pas vraiment être dissociées l’une de l’autre du moins de manière consciente. En revanche, lors du travail de l’écriture, cette articulation doit être dissociée car c’est ce qui fait la richesse de cette recherche. Je pense que le mémoire, lorsqu’on ne parle pas du travail de recherche en amont mais du produit final et écrit (même s’il est difficile de concevoir le mémoire seulement comme un produit final) est une production de passages d’implication et de distanciation. Si l’on ne dissocie jamais l’implication de la distanciation, alors comment les reconnaître et comment produire cette richesse qui provient de cette articulation?

    1. Chère Clémence,

      En porteuse d’une voix, celle de Carla qui en portait une autre celle d’Ayuna, qui elle-même en portait une autre etc, il est bon de toujours dire qui à dit quoi ? qui a parlé à qui ? dans l’ordre d’émission des voix…Les sources des sources des sources, font une grande rivière ? et nous sommes tous et toutes heureux d’être portés par son courant…
      Bonne fêtes

  3. atlas très visuel, intéressant… Je trouve que la citation « il y a eu conflit entre l’engagement du chercheur et la distanciation qu’impose la pratique de recherche scientifique » fait écho au texte qu’on a vu mercredi dernier d’Ivan Jablonka: c’est problématique en effet de savoir jusqu’à quel point il faut tenir compte de notre « je » de chercheur (« situation » propre et bagages à nous confesser à nous-mêmes pour ne pas nous leurrer et nous laisser submerger par nos préjugés inconscients, écrit l’auteur) et à quel moment il faut s’en détacher pour s’approcher d’une objectivité qui ne serait pas le refus de la subjectivité mais une tentative de voir l’objet de loin et surtout compris dans une collectivité de recherche qui pourra infirmer ou contester ce qu’on trouve/ra.
    Bref, une articulation entre implication et distanciation qui n’est pas évidente et qui pose, à mon avis, la question de savoir s’il faut les dissocier: peut-être que la meilleure prise de distance, la plus sincère, serait celle qui reconnait un haut degré d’implication et un non-neutralité de notre point de vue??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.