Présentation de l’enseignement de la littérature française dans les universités chinoises

littérature française en Chine

« De 1870 à 1950, l’enseignement et l’apprentissage du français commençaient en Chine en accompagnant des changements sociaux. La littérature française pénétrait en Chine. »(1)(A partir des années cinquante du vingtième siècle, des œuvres français et surtout l’apprentissage de la langue française ont commencé à entrer dans le monde des savants chinois. Certains élèves qui étudiaient en France et qui apprenaient le français accueillaient vivement la littérature française. Ils tentaient des créations innovantes sous l’influence de la littérature française,il est donc évident que la littérature française avait une certaine influence sur l’enseignement de la littérature chinoise et même la création littéraire en Chine. « Pendant le changement du modernisme et le processus historique du vingtième siècle de littérature chinoise, l’influence de la littérature française joue un rôle extrême important. »(2)Des écrivains français qui scintillent comme des étoiles laissent un éclat étincelant dans le ciel de la littérature chinoise du vingtième siècle. Le déversement et l’influence de la littérature française ont commencé à se dresser de grands vagues d’apprendre le français dans les écoles supérieures chinoises. A partir de ce moment-là, beaucoup d’écoles supérieures ont successivement établi l’institut et la faculté du français, et même la spécialité du master qui recherchait spécialement la littérature française etc. Par exemple,un programme appelé ‘programme master-doctorat de la littérature française et la sociologie’ existe à l’Université de Renmin en Chine. L’objectif de cet article est de réfléchir aux avantages et aux défauts de l’enseignement de la littérature française, à travers d’une analyse des objectifs d’étude de la littérature française et ses manuels dans l’enseignement de la langue française dans les universités de Chine, en souhaitant donner un fil des pensées innovantes pour l’enseignement de ce cursus. Il y a une trentaine écoles supérieures qui ont une faculté du français en Chine. Cette recherche concentre sur dix universités représentatives:A. Université de Péking,B. Université des études internationales de Péking,C. Université de Nanjing,D. Université de Nankai,E. Université des études internationales de Sichuan,F. Université des études internationales de Dalian,G. Université des Océans de la Chine,H. Université des études internationales de Shanghai,I. L’Université des Etudes étrangères du Guangdong,J. Université de Shenzhen. Mais il nous faut tienne compte du fait que la plupart des étudiants ne connaissent pas la langue française en entrant à l’Université, par conséquence, l’apprentissage de la littérature française reste sur une phase superficielle.

I Les objectifs d’étude de la littérature française dans différents universités

Entre la fin de la dynastie des Qing et le début de la République de Chine, des écoles ecclésiastiques avaient déjà des cours spécialisés en littérature française. Elles fournissaient des œuvres de la littérature française nécessaires y comprenaient des versions traduites en anglais. Il y a trois pics principaux relatifs à la diffusion de la littérature française en Chine. Le premier est l’époque de la production de la nouvelle littérature du « Mouvement du 4-Mai ». Le deuxième pic est l’époque du développement de la littérature contemporaine chinoise pendant les années trente-quarante. Le troisième est l’époque de la renaissance de la littérature contemporaine chinoise pendant les années quatre-vingt. Parmi ces trois pics, le troisième est le pic qui a la plus grande influence sur l’enseignement de la littérature française dans les facultés du français des universités contemporaines. Dans le programme d’enseignement de la littérature française des écoles supérieures, la littérature française est toujours un « cursus obligatoire » pour les élèves des facultés du français. Parmi les dix universités de ma recherche, l’Université de Nanjing est la seule université qui combine la « littérature française » et la « rédaction française » en un cursus qui s’appelle « lecture sélectionnée des œuvres littéraires françaises et rédactions », les neuf autres organisent toutes un cursus spécial sur la littérature française. Il est évident que la littérature française est une partie très importante dans le processus d’apprentissage du français pour les étudiants chinois.

L’Etat n’a pas stipulé l’objectif de chaque cursus des écoles supérieures, c’est à chaque université de dresser un objectif d’enseignement dans la synthèse d’enseignement de chaque cursus pour encadrer les activités d’enseignement des professeurs, chaque université a donc son règlement d’enseignement unique. Toutefois, l’enseignement de la littérature en Chine dans l’enseignement supérieure se réalise toujours sous le guide des « Instructions officielles » correspondent à chaque université qui sont précises et complètes. Ce consensus permet aux enseignants d’avoir une idée d’élaborer leur projet pédagogique de classe en leur donnant le choix des textes et des œuvres qu’ils font étudier à leurs élèves. Mais les objectifs d’étude de la littérature française précisés dans les instructions officielles sont toujours avec des nuances de la façon de décrire. Néanmoins, leurs opinions apparaissant divergents expriment, en effet, des idées communes et principales : L’objectif du cursus de la littérature française de chaque université consiste à faire les étudiants , sur la base de la lecture des œuvres originales de la littérature française, connaître les écoles principales de la littérature française, les écrivains les plus influençables et leurs œuvres représentantes ; en même temps, sous angle d’analyse et d’admiration des œuvres littéraires, approprier des styles et des techniques de création des œuvres littéraires françaises du moyen âge et au vingtième siècle. Afin de guider les étudiants à déployer des recherches savantes des œuvres qui peuvent non seulement enrichir leurs connaissances sur la littérature française, mais aussi augmenter leur capacité de faire une recherche littéraire.

Alors pour arriver à ces objectifs, quels écrivains et quelles époques des œuvres apparaissent le plus durant l’enseignement littéraire français en Chine?

Il y a quinze écrivains qui apparaissent tous dans les plans d’enseignement de ces dix écoles supérieures. On demande aux étudiants de connaître des écoles et œuvres représentantes de ces écrivains et à avoir leurs propres opinions sur ces œuvres:Molière,Jean Racine ,Rousseau ,Balzac,George Sand,Alexandre Dumas ,Victor Hugo ,Charles Baudelaire,Gustave Flaubert ,Guy de Maupassant,Emile Zola,Marcel Proust,Jean Paul Sartre,Simone de Beauvoir et Marguerite Duras.

D’ailleurs, les œuvres du 20ème siècle sont celles qui apparaissent le plus souvent dans tous les types de manuels confondus. Prenons l’exemple de deux manuels que l’on utilise beaucoup :

  1. « L’Anthologie de la littérature française », (Zhao Junxin, 1985)
  2. « Introduction à la littérature française : du moyen âge au XXème siècle » (Xu Zhenhua, 2006).

Nombre des textes du siècle choisi

« l’Anthologie de la littérature française »

« Introduction à la littérature française : du moyen âge au XXème siècle»

Moyen âge

9

3

XVIème siècle

10

3

XVIIème siècle

22

3

XVIIIème siècle

24

4

XIXème siècle

40

7

XXème siècle

107

22

En divisant le nombre des textes du XXème siècle par le nombre total de tous les textes choisis, le taux atteint 50.47%(107/212) et 52.38%(22/42) respectivement. C’est un chiffre choquant qui est probablement dû au fait qu’un grand nombre d’enseignants chinois avaient fait leurs études en France durant le XXème siècle dont les auteurs ont vécu pendant cette période et leurs œuvres les intéressent le plus. A leur retour, ils ont mis plus accent sur les œuvres du XXème siècle, soit dans l’édition des manuels, soit durant l’enseignement de la littérature française.

Selon les informations ci-dessus, on peut voir que la réception de la littérature française par les étudiants chinois est bien stipulée par des fiches pédagogiques (ou des plans d’enseignement) des écoles supérieures et est limitée dans un cadre de certains écrivains et certaines œuvres de certaines époques. Il y a très peu d’étudiants qui cherchent un moyen pour connaître autrement la littérature française par eux-mêmes.

En Chine, les instructions officielles de l’enseignement de la littérature française éclairent surtout les exigences de la maîtrise de la langue. En ce qui concerne l’enseignement de la littérature, nous ne lisons que les phrases suivantes : « Les œuvres littéraires présentent une langue normative et riche de phénomènes linguistiques. Elles représentent un véhicule important de la culture. En pratiquant la lecture, l’enseignant doit aider les étudiants à augmenter leur compétence de compréhension, d’appréciation et d’analyse des œuvres littéraires et aussi à saisir des techniques de la lecture »(3). Dans les objets d’étude de « La littérature française », l’enseignement de la littérature est intégré dans celui de la langue.

En Chine, pour approfondir l’étude de la langue française, un apprentissage, ou  au minimum, une connaissance générale de la littérature est indispensable. Toutefois, nous n’allons pas dans le profond des grandes œuvres, l’étude littéraire française reste souvent sur le niveau superficiel. Autrement dit, notre étude littéraire se limite plutôt à une analyse textuelle, surtout linguistique (lexical et grammatical), car le texte littéraire est pour nous un modèle de la belle langue, qui reste comme le modèle d’apprentissage. Nous lisons la littérature pour la connaître et l’apprécier sans penser à nous l’approprier.

L’appropriation de la littérature française nous paraît un désir trop luxueux car elle n’est pas de notre langue, même si la phase de l’appropriation est marqué ou souvent souligné à la fin des objectifs d’étude des programmes, cette phase nous paraisse plutôt comme une activité d’extension, et que l’on l’ignore fréquemment. Dans notre enseignement, nous ne proposons pas l’étude de l’argumentation ni les productions de l’écriture qui semblent trop difficiles aux étudiants de langue étrangère.

II L’analyse des manuels utilisés

Il y a deux modes différents d’enseignement de la littérature française dans le monde aujourd’hui, par exemple, « des manuels américains tendent à ce que leurs points de vue soient complètement neutres. Ils laissent des jeunes étudiants exprimer librement et complètement leurs propres avis. Au contraire, des dépliants allemands guident autoritairement les étudiants à apprendre à lire par des textes choisis en complémentaire et avec beaucoup d’exercices. »(4)

Aujourd’hui, les facultés du français utilisent principalement les cinq manuels ci-dessous pour l’enseignement de la littérature française :

  1. « Introduction à la littérature française : du moyen âge au XXème siècle », Xu Zhenhua, Shanghai Foreign Language Education Press, 2006 ;
  2. « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985
  3. « La littérature française », Chen Zhenrao, Foreign Langue Teaching and Research Press, 2000
  4.  « Anthologie de la littérature française, volume 1 et 2 » Zhang Fang, Jing Ni, Foreign Langue Teaching and Research Press, 2000-01
  5. 《Les grandes œuvres de la littérature française》,Qian Peixin、Chen Wei,Shanghai Translation Publishing House,2002

Après avoir bien lu et recherché ces manuels, j’ai trouvé qu’ils possédaient cinq particularités remarquables sur le choix des extraits et la rédaction des exercices:

  1. La science du choix des sujets

D’après des extraits sélectionnés, on peut voir que la clé pour choisir les œuvres dépend du niveau des articles, de la difficulté du contenu, de la difficulté des lettres, de la longueur des articles, de la différence des thèmes, etc. Ils ont abandonné un maximum de chapitres qui étaient écrits dans un registre de langue peu usité ou qui comprenaient trop d’informations culturels, historiques ou religieux. Les extraits choisis, qui sont riches de connaissance lexicale et qui sont très vivantes sur leurs façons rhétoriques, sont un genre d’essais favorable à renforcer des connaissances culturelles linguistiques des pays étrangers. Intrigues des histoires, les personnalités des personnages, les techniques d’expressions et les façons des spéculations de ces extraits aident les étudiants à réfléchir utilement à la culture française et à la société.

  1. La norme du choix des sujets

La forme littéraire des extraits choisis sont essentiellement des narrations et des essais. N’importe quoi qu’il décrit, un évènement ou une personne, il y a toujours un contenu complet relatif pour que les étudiants étudient à arranger et organiser un article.

  1. L’intérêt du choix des sujets

Les autres particularités pour tous les extraits choisis: usage d’une langue simple, gracieuse et riche des philosophies spéculatives ; image des personnages vivante, humoristique et riche des caractères ; intrigue passionnante.

  1. La diversité du choix des sujets

Ce point est essentiellement reflété par la diversité des sujets, des langues et des styles.

a) La diversité du sujet : le type principal est le roman. Mais on a aussi choisi une certaine quantité d’œuvres de poèmes, pièces de théâtre, etc.

b) La diversité des niveaux de la langue: ces essais tentent d’aider les étudiants à connaître et à se familiariser avec les langues et habitudes différentes sous différentes époques et couches sociales.

c) La diversité du style : ces extraits guident les étudiants à comprendre les différents sens et valeurs des mots et phrases dans de différents environnements linguistiques, à étudier des styles rhétoriques différents et à ressentir le charme artistique.

  1. La convenance des jugements

Les manuels utilisent presque tous un ordre de présentation identique : « sommaire – présentation d’écrivain et d’œuvre – extrait d’œuvres originales – exercices – (commentaires)». La présentation des écrivains et ses œuvres sont souvent courts et simples. Les extraits conseillés gardent leurs contenus originaux (rien n’est ajouté ou élagué). Les exercices consistent à inspirer les pensées des étudiants. Les commentaires sont un maximum près du sujet.

Pour les étudiants chinois, les œuvres sélectionnées de la littérature française qu’ils lisent ou qu’ils parcourent pendant leur période universitaire « correspondent à » ou « représentent » la littérature française. Les manuels utilisés en Chine qui n’offre pas vraiment d’exercices intéressants, mais les ouvrages français nous inspirent beaucoup sur ce point-là. Par exemple, nous voyons non seulement des questions posées afin d’inviter les élèves à l’observation et à l’analyse du texte, mais des exercices variés sont aussi proposés dans les manuels français. Ces exercices permettent aux élèves de se servir de manière autonome de leur manuel. Mais nous n’en parlons plus ici.

En Chine, en manque d’expérience et de recherche, il existe vraiment beaucoup de problèmes en ce qui concerne les manuels. D’abord, le nombre des manuels pour l’université est déjà très limité, nous n’en voyons que quatre ou cinq usables. Et ils se présentent toujours sous la forme unique de l’anthologie de textes. Prenons l’exemple d’un manuel que l’on utilise le plus, « l’Anthologie de la littérature française » (Zhao Junxin, 1985). Ce manuel suit un déroulement chronologique, partant du moyen âge en citant le texte « Chanson de Roland » et finissant par le XXème siècle en citant le, « Rhinocéros » d’Eugène Ionesco.

Chaque auteur chronologiquement placé est au centre d’un dossier dont la structure comporte les éléments suivant :

— un portrait biographique, sous forme de « vie et œuvres » ou « présentation de l’auteur et ses œuvres », qui retrace les évènements marquants d’une vie, les attaches familiales de l’écrivain, son intégration à un milieu et à une époque et un jugement général sur l’auteur et son écriture dans la critique.

— une présentation des œuvres majeures de l’auteur étudié, qui met en lumière les sources d’inspiration, l’intégration de l’auteur à son époque, à un mouvement littérale, la valeur de son œuvre et son originalité personnelle.

— des extraits de textes, précédés d’une brève introduction qui situe chacun d’eux dans son contexte immédiat. Le texte choisi peut être accompagné, le cas échéant, d’une annotation qui vise notamment à éclairer les allusions, les mots anciens ou les points obscurs contextuels.

— un questionnaire ou des consignes à accomplir à la suite de chaque texte, fait de deux ou trois questions qui offrent des pistes d’étude permettant d’approfondir l’intelligence du texte et de mieux apprécier l’auteur et son œuvres.

Au début, l’ouvrage commence par une introduction précédant les textes choisis de chaque siècle, qui fait connaître le contexte historique. Ensuite, les manuels nous offrent d’abord une petite présentation visant à introduire la vie et les œuvres de chaque auteur, puis un ou deux extraits (voire trois) de ses œuvres accompagnés de quelques notes donnant des explications des mots ou des expressions, et puis, des remarques générales qui proposent des critiques ou analyses sur les extraits choisis de l’auteur. A la fin, des questions à répondre ou des consignes à accomplir.

Prenons l’exemple de l’auteur Victor Hugo. Nous comptons 32 lignes pour la présentation de ses «vie et œuvres » dans laquelle ses œuvres sont ainsi introduites : « Toute son œuvre, dramatique, romanesque et poétique, est peuplée d’exclus, figure exemplaires sont la fonction est évidemment symbolique mais également didactique. Ses personnages d’élection sont les proscrits (Hernani), les hors-la-loi (Jean Valjean) ; mais aussi ceux qui souffrent d’exclusion du fait de leur difformité physique ou moral, les « monstres » : Quasimodo, Gwynplaine (L’homme qui rit), Satan (La fin de Satan). Ce sont enfin les victimes de la pauvreté ou de l’injustice : les pauvres gens, les misérales…»(5) Et puis, on trouve une partie de « Notice de l’œuvre » présentant brièvement « Les Misérables » qui parlent le volume de ce livre, l’époque où ce livre se situe, et puis il présent les grandes figures de cette épopée des misérables comme Jean Valjean, Fantine, etc… Quant au texte choisi, on offre ici un extrait des Misérables pour lequel l’auteur du manuel a ajouté un titre : « La charge des Cuirassiers à Waterloo ». Avant ce texte, nous lisons une introduction brève de la popularité de cet ouvrage choisi: «Le soir du 18 juin 1815, Thénardier a sauvé involontairement le père de Marius, le Baron Pontmercy, qui est tombé, blessé à Waterloo, dans un chemin…»(6) Après le texte, on propose 12 notes visant surtout à régler les problèmes de la langue.  Par exemple : dans la phrase « Quelque chose de pareil à cette vision apparaissait sans doute dans les vieilles époques orphiques (8) racontant les hommes-chevaux, les antiques hippanthropes (9), ces titans (10) à face humaine et à poitrail équestre dont le galop escalada l’Olympe… » 3, trois notes sont données : « (8) Orphée, une divinité de la mythologie grecque. Les Grecs attribuent à Orphée divers fragments épiques ; mais Hugo évoque pplus précisément la lutte des Titans contre Jupiter. (9) Les Centaures que Hugo assimile ici aux Titans. (10) Géant. »(7) Et à la fin, on propose cinq ‘questions’ (ce mot est utilisé par l’auteur lui-même dans le livre) pour les étudiants à ‘répondre’, mais ce sont plutôt cinq consignes à accomplir. Par exemple, 1. « Relevez les éléments épiques et dramatiques de la bataille de Waterloo. Montrez comment Hugo essaie de donner à cette bataille une grandeur épique» 2.  « Soulignez le caractère réalise dans la description de la bataille.» 3. « Commentez l’effet que produit l’avancement progressif des cuirassiers de l’Empire»(8) , et ainsi de suite…

Dans ce manuel chinois, nous lisons d’abord une petite présentation de l’auteur mais celle-ci représente une longueur peu importante. Ensuite, toujours une mini-introduction qui précède le texte. Ce manuel chinois donne des explications explicites ou même résume l’esprit essentiel de l’auteur en disant « Victor Hugo consacre tout le premier livre de la deuxième Partie des Misérables à cette bataille grandiose dont voici un épisode. C’est dans ce texte que se regroupent les thèmes majeurs de ce vaste roman : guerre, foule, mythe napoléonien et surtout épopée…»(9) Ensuite, il nous propose encore une grande partie, de 357 lignes, appelé  «Guide de lecture » résumant l’extrait proposé : « Premièrement : une dimension sociale et historique…(l’auteur le précise ici)…Deuxièmement : une dimension réaliste et épique…(l’auteur le précise ici)… Dernièrement, une dimension stylistique…(la précision de l’auteur continue…) » Il nous « guide », sans doute, avec ces explication précises l’éditeur a l’intention de rendre la littérature française plus accessible au public chinois moins sensible. Toutefois, il laisse aux étudiants nulle chance de découvrir pas eux-mêmes. Après le texte, comme nous l’avons mentionné plus haut, ce manuel donne encore des notes afin de faciliter la lecture des élèves. Nous voyons que ce manuel chinois prend une organisation comme « présentation de l’auteur + introduction du texte + texte+ notes ». Après cette partie textuelle, le manuel chinois finit rapidement avec des remarques générales qui résument le style et le sujet de Victor Hugo, c’est-à-dire, la partie de «guide de lecture ». Il n’est pas un manuel proprement dit. Il est vrai qu’il peut aider les élèves dans la compréhension du texte avec des notes assez précises. Mais cette compréhension reste littérale et peu profonde, elle est loin d’être une vraie appropriation des textes. Comme nous le voyons, ce livre n’établit aucun dialogue avec le lecteur, sans aucune question. Avec un tel manuel, il est un peu difficile de susciter chez les étudiants l’intérêt d’effectuer une réflexion esthétique approfondie sur le texte lu.

Voyons rapidement un autre manuel plus récent qui est utilisé par certains établissements universitaires. Ce manuel intitulé aussi « Anthologie de la littérature française » (Zhang fang, Jing ni, 2002) se compose pour l’étude de chaque auteur d’une présentation assez importante de « vie et œuvres », des extraits précédés d’une mini introduction et de quelques notes, à la fin s’ajoutent cette fois-ci deux ou trois questions posées concernant soit la compréhension soit la rhétorique soit la technique d’écriture du texte. Prenons toujours l’exemple d’un extrait des Misérables de l’auteur Victor Hugo, nommé « Jean Valjean pleura longtemps ». Nous avons les questions suivantes : « 1.Etudier le champs lexical de la lumière et celui de la culpabilité. 2. Analyser la valeur symbolique de la lumière dans l’examen de conscience. 3. En quoi cet épisode est-il décisif ?»(10) Avec ces questions, le manuel pourrait guider les premières compréhensions et réflexion sur le texte, mais il manque un équipement de riches ressources fournissant une entrée contextualisée des extraits, il paraît que rester encore un peu trop simple et même monotone, loin d’être capable d’accompagner les élèves dans l’appropriation de la littérature française.

A mon avis, l’enseignement de la littérature française en Chine doit éviter de se prisonnier dans le cadre des œuvres qui ont un contexte trop défini, mais doit déplier un panorama de la littérature française en se référant au tableau chronologique historique et des séries d’essais. Cela favorise l’inspiration, l’appréciation de la réflexion personnelle des étudiants sur la littérature française. Nous devons non seulement inviter les élèves à l’observation et à l’analyse du texte, mais aussi des exercices variés afin de permettre aux élèves de se servir de manière autonome de leur manuel. Ensuite, il est aussi très important pour faire comprendre aux apprenants que la littérature a un lien très étroit avec d’autres formes artistiques. Dans les manuels, il vaut mieux que l’on offre la possibilité aux apprenants de mieux maîtriser les grandes lignes de l’histoire littéraire et aussi d’établir une étude comparative.

Conclusion :

La littérature française a une très longue histoire. Varier les types de sensations évidentes et les courants de l’opinion des couleurs créatifs ne cessent jamais. Ils constituent le style unique de la littérature française. Ils sont devenus un phénomène culturel très vivant dans le trésor de l’art et de la culture mondiale et exerce une immense influence que l’on ne peut pas ignorer sur le développement et la construction française et même mondiale. Ce n’est pas seulement l’obligation du peuple français à rechercher et protéger ce riche patrimoine culturel, mais aussi une responsabilité pour les experts et les professeurs chinois qui se consacrent à l’enseignement et la recherche de la littérature française. Par conséquence, la convenance de l’installation des objectifs d’étude du cursus de la littérature française, les manuels choisis sont convenables ou pas sont très importants de maîtriser le contenu central de la littérature française pour des étudiants. Mais en Chine, les manuels ne consacrent spécialement pas aux étudiants de français pour l’apprentissage de la littérature française. Ces manuels sont plutôt des collections de textes littéraires et l’enseignement littéraire français est plutôt un processus d’analyse textuelle pour vue d’une connaissance générale sur la littérature française, des auteurs et leurs œuvres. Les objectifs d’étude sont bien proposés aux enseignants et à la fois aux étudiants, néanmoins, les buts ne sont toujours pas atteints. Par conséquence, des bons manuels bien choisis et bien enseignés jouent un rôle significatif dans le processus d’acquérir les buts. Nous espérons que nous trouverons une meilleure solution vis-à-vis de la question des manuels littéraires tout en nous inspirant des manuels français qui présentent déjà une efficacité et variété importante.

Bibliographie:


[1] « L’acceptation de la littérature française par la Chine moderne », Jian Yiling, p52

[2] « Simple présentation des caractères, des objectifs, des facteurs influençables et l’acceptation de la traduction littéraire française en Chine »,2011.08.19,Gu Feng, Université de Nanjing

[3] «La discipline du français pour les classes de troisième et quatrième années à l’université », Ministère de l’éducation de la Chine, 1997 : 8

[4] « Enseigner la littérature française à l’étranger » dans « Etudes de linguistique appliquée », B. Bray , N°45, Paris, 1982

[5] « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985, p154

[6] « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985, p157

[7] « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985, p159

[8] « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985, p159

[9] « L’Anthologie de la littérature française », Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985, p160

[10] « Anthologie de la littérature française, volume 1 et 2 » Zhang Fang, Jing Ni, Foreign Langue Teaching and Research Press, 2000-01, p476


ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

2 réflexions sur « Présentation de l’enseignement de la littérature française dans les universités chinoises »

  1. Article passionnant ! Il faudrait toutefois référer les citations aux ouvrages que vous avez mis en bibliographie (surtout au début).
    Par ailleurs, les débats sur les corpus, l’appareil pédagogique sont à articuler avec les débats ici en France ou dans d’autres contextes – le travail comparatif est vraiment indispensable ! Merci encore !
    Il ne faut pas oublier ce beau numéro dirigé par Emmanuel Fraisse : http://www.ciep.fr/revue-internationale-deducation-sevres/enseignement-litterature-monde

    1. Merci d’avoir permis de pouvoir modifier les articles, j’ai pu ajouté les citations aux ouvrages que j’ai mis en bibliographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *