Léo et les contextes hétéroglottes

Vendredi 28 novembre 2014. 11h

Léo, étudiant en master FLE rencontre son directeur de recherche, Professeur Yves Cristalin, dans les couloirs sortant d’une salle de classe.

 

Léo : Monsieur Cristalin ! Bonjour, j’aurais voulu vous parler.

Yves Cristalin : Oui Léo, j’ai justement un peu de temps maintenant, allons dans mon bureau !

 

Une fois dans le bureau de M. Cristalin

Yves Cristalin : Alors dites-moi de quoi s’agit-il ?

Léo : Eh bien… je rencontre quelques difficultés avec ces notions de contexte homoglotte et hétéroglotte. Vous voyez j’ai beaucoup de mal à saisir pourquoi il est important pour nous de travailler avec ces notions en FLE.

Yves Cristalin : Bon, d’accord. Vous êtes au point au niveau des définitions ? En contexte homoglotte, la langue utilisée par la société dans laquelle vous vous trouvez est le français. Donc vous enseignez ou apprenez le français au sein d’une société qui parle le français tous les jours. En contexte hétéroglotte, vous ne vous trouvez pas dans un espace géographique où le français est utilisé par cette société en question.

Léo: Oui, en fait j’ai bien compris tout ça….ce que je ne comprends pas c’est pourquoi est-ce vraiment pertinent d’étudier le contexte lorsqu’il est hétéroglotte ? Vous le dites vous même : on sort du cours de français et il n’y a pas de français autour de nous. Donc pour moi l’affaire est réglée, le contexte ne nous aide pas ! Je ne comprends pas pourquoi les professeurs en FLE insistent toujours sur cette étude du contexte !

Yves Cristalin : Léo, il faut vous dire que ce n’est pas toujours tout noir ou tout blanc…au contraire c’est souvent « gris » ! Bon, je vais vous donnez des exemples. Vous travaillez sur les Etats-Unis pour votre mémoire, c’est bien ça ?

Léo: oui tout à fait.

Yves Cristalin : Vous allez tout de suite comprendre. Bien sûr, de manière générale, les Etats-Unis forment un contexte hétéroglotte pour nous professeurs de FLE. On est d’accord ?

Léo : Oui.

Yves Cristalin : Ce contexte est en réalité très variable si on se penche un peu dessus. Prenez l’exemple de l’état du Maine qui est limitrophe avec le Canada francophone et l’état de la Louisiane, le premier foyer de peuplement d’origines françaises et francophones. Ces deux états représentent des contextes hétéroglottes très relatifs par rapport à la Californie par exemple qui elle est limitrophe avec le Mexique et qui a connu des migrations hispanophones.

Léo : Ah oui ! C’était tellement évident que je n’ai même pas pensé à tout ça !

Yves Cristalin : Oui….Donc si vous analysez ces trois contextes en prenant une approche diachronique et synchronique vous vous doutez bien maintenant que les enjeux de la classe de FLE seront différents pour plusieurs raisons.

Léo : Oui ça paraît logique… les populations de ces contextes n’ont pas les même origines, le paysage linguistique peut varier et l’histoire est rattachée à une ou plusieurs langues…. Léo continue à réfléchir de manière un peu décousue.

Yves Cristalin : Bon ! Bien ! On y arrive ! Après, comprenez moi bien, il y a des contextes plus ou moins intéressants pour nous par rapport à la langue française. Prenez l’exemple de la Belgique ou de la Suisse. C’est fascinant d’étudier ces contextes qui ne sont pas toujours homoglottes mais à la limite de l’hétéroglossie en fonction de votre position géographique dans ces pays ! Cependant, une chose est sûre, Léo : il ne faut pas non plus que vous étudiez le contexte seulement par rapport à la langue française car si ce contexte est hétéroglotte alors oui dans ce cas vous penserez très souvent que l’analyse du contexte est inutile. Prenez l’exemple de l’Australie ou de la Chine, vous n’allez pas entendre beaucoup parler français là-bas ! Mais si vous analysez le contexte par rapport à la notion de langue, alors tout devient plus intéressant. Reprenez l’exemple de la Chine, il y a tant de dialectes que ce qui est intéressant de comprendre, c’est la relation que les gens ont avec ces langues parlées. Cette relation est très importante pour nous professeurs de FLE  car cette relation par rapport à la langue peut définir les enjeux, atouts, barrières etc. pour enseigner une nouvelle langue comme le français par exemple. Vous comprenez ? Il ne faut pas étudier le contexte que par rapport à la langue française mais il faut faire une véritable étude diachronique et synchronique de la zone géographique en question pour en déduire les enjeux de l’enseignement du français ou d’une autre langue !

Léo: Ah M. Cristalin tout est plus clair ! Merci beaucoup !

Yves Cristalin : Bon, c’est bien. La prochaine fois essayez de revenir me voir avec quelque chose un peu plus…. comment dire…poussé, argumenté etc. C’est une chose de ne pas comprendre mais il faut aussi que je vous pousse à la critique ! Donc la prochaine fois essayons d’avoir une vraie discussion sur des termes comme ceux d’aujourd’hui ou des notions ou bien sur les résultats de certaines recherches par exemple. Enfin vous me comprenez, bon week-end Léo.

 

 Léo acquiesce de la tête puis salue son professeur mais sort un peu angoissé en pensant à cette prochaine rencontre…. 

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.