Approches communicative et actionnelle : discussion de couloir

L’étudiante et son directeur de mémoire se croisent inopinément dans les couloirs de l’université, l’étudiante en profite pour lui poser quelques questions.

E : Ah monsieur justement je voulais vous envoyer un mail, j’ai une question à vous poser concernant l’approche actionnelle, vous savez je voudrais en parler dans mon mémoire, c’est même un des thèmes principaux de mon mémoire,  mais je voudrais savoir si mes propos sont dans le juste et si mes bases de travail sont correctes.

P : Oui dites moi…

E : Alors voilà, quelle distinction faites vous entre l’approche actionnelle et l’approche communicative ? vous voyez moi je pense que ces deux approches ne sont pas différentes l’une de l’autre, l’approche actionnelle n’est pas une nouvelle méthodologie, elle complète l’approche communicative, comme si elle était son prolongement… qu’en pensez-vous ?

P : Oui vous avez raison, je vous rejoins tout à fait sur ce point de vue ; la perspective actionnelle reste de l’approche communicative, mais avec changement d’objectif : pouvoir s’adapter aux besoins de la mondialisation, pouvoir être actif en Europe. Le CECRL est je trouve bien écrit d’ailleurs… mais je me demande tout de même si cette perspective a effacé les autres, je ne sais pas ce que vous en pensez ? Ce sont des questionnements très intéressants en tous les cas…

E : Je ne pense que les méthodologies s’effacent les une les autres, je dirais plutôt qu’elles coexistent ; d’ailleurs, je ne crois pas que les cours soient uniquement bâtis à partir d’une méthodologie unique. Ca me fait penser à un article que j’ai lu, Christian Puren expliquait que selon lui la seule méthode mauvaise est la méthode unique, et parlait des effets pervers d’une telle façon de travailler… Cela signifie-t-il qu’en classe, tous les professeurs alternent les méthodologies ? Est-ce que vous pensez que certains appliquent à la lettre les recommandations du CECRL ?

P : Vous voyez je pense que tous ces questionnements méritent d’être approfondis, par exemple pour votre mémoire vous pourriez assister à des cours et essayer de repérer les différentes méthodologies qu’un professeur utilise, et aussi essayer de repérer s’il y en a qui fonctionnement mieux avec les élèves. Par contre, je vous conseille de vous focaliser sur un public adulte : étant donné qu’elles raisonnent en termes de besoins et de motivations les approches communicative et actionnelle sont résolument davantage tournées vers les adultes que vers les enfants ; un enfant sera éventuellement motivé si son professeur enseigne bien mais c’est tout… un enfant n’apprend pas par besoin, vous voyez ?

E : Oui je comprends, mais pourtant l’approche communicative et la perspective actionnelle font aujourd’hui partie intégrante des programmes de l’Education Nationale, et les cours de langues doivent être construits à partir de ces méthodologies, non ?

P : Oui c’est vrai… C’est dommage, je dois partir, j’ai un autre cours mais nous rediscuterons de ces approches ! Pensez aussi à chercher un stage d’observation comme je vous l’ai conseillé, cela sera très intéressant et vous sera très utile afin de vous rendre compte des réalités didactiques et des méthodologies utilisées en classe.

E : Oui je ferai ça, merci !


Une réflexion sur « Approches communicative et actionnelle : discussion de couloir »

  1. Un sujet que je trouve moi aussi intéressant, j’avais d’ailleurs rédigé mon second dialogue dessus. Pour moi il est évident que les méthodologies se construisent les unes sur les autres et qu’elles coexistent, qu’elles doivent coexister !

    Je me suis beaucoup interrogée à ce sujet quand j’étais en stage en Ukraine. J’ai rencontré des gens qui ont appris le français il y a 30 ans, en lisant, traduisant, apprenant des listes interminables de vocabulaire, bref avec des méthodologies bien éloignées de l’approche actionnelle en vogue aujourd’hui et pourtant, leur niveau de français était impressionnant.
    A l’inverse en Alliance Française le programme est prévu pour un certain temps, et puis après l’élève change de niveau et il avance ainsi sur le chemin des niveaux du CECRL, A1.1, A1.2, A1.3 etc Il change de groupe quoi qu’il arrive, bien sûr il a payé cher pour être ici. Mais on a alors dans des groupes B1.2 par exemple, des étudiants qui ont tout juste le niveau A2. Les tâches, la communication, c’est bien c’est sûr, mais les apprenants pensent parfois que venir en cours suffit, que sans effort, si on prend des années de cours qu’on paye cher, en finira bien par obtenir le niveau C1. Evidement c’est faux.

    Je suis en faveur des méthodologies actuelles et du progrès à ce sujet c’est évident, mais je pense aussi qu’une dictée de temps en temps, un peu de par cœur, quelques exercices, et de l’investissement ça ne peut pas faire de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *