Contextualisation ou récit d’Histoire ?

Dans le bureau du directeur de mémoire d’un étudiant en master sociologie. Ce dernier a pris son 5ème RDV avec le directeur pour parler de son projet de recherche. …

E : Monsieur, je ne comprends toujours pas votre point de vue par rapport à ma façon d’aborder le sujet. Vous nous aviez dit en cours que la contextualisation du sujet était quelque chose de nécessaire et obligatoire dans la rédaction de mémoire, alors que vous m’avez proposé de supprimer presque tous les passages de présentation du contexte dans le premier corrigé de mon écrit. Cela ne me semble pas normal ni logique. Vous pouvez me donner des explications claires ?

P : Vous avez raison. C’est vrai que je vous avais dit que la contextualisation du sujet était nécessaire et obligatoire. Vous avez bien essayé d’intégrer cette idée dans votre rédaction, je trouve cela très bien. Mais le problème c’est que vous n’avez pas tout à fait compris la définition de contextualisation.

E : Mais non monsieur. Je suis sûr que je l’ai bien comprise. D’après ce que nous avons appris en cours, la contextualisation du sujet sert d’abord à définir le champ de la recherche et puis à construire le terrain. Ensuite, elle nous permet de cadrer ce terrain déjà construit pour que le sujet ne soit pas trop large et vague. On commence d’une présentation générale du sujet à une focalisation sur le sujet dans un contexte précis et explicite pour aborder la problématique choisie. N’est-ce pas ?

P : Oui. Exactement !

E : Mais, pourquoi ma rédaction ne vous a pas plu ? Je pense que j’ai bien suivi vos consignes.

P : Non. Je ne suis pas d’accord avec ce que vous venez de dire. Tout d’abord, ce n’est pas une question de goût personnel ou de préférence du professeur. C’est simplement une question de normes scientifiques quand on fait des recherches. Il est évident que vous avez appris par coeur ces consignes de la rédaction de mémoire. Mais d’après ce que j’ai lu dans votre écrit, ces consignes ne sont pas bien appliquées. Votre contextualisation reste toujours trop générale et large. Je ne vois pas où vous êtes dans le champ de votre recherche. Le terrain me semble très flou. Par exemple, votre problématique concerne les réformes de la politique immigrante à adopter par l’Etat afin de favoriser les néos-immigrés sur le territoire français. Mais dans votre contextualisation, vous n’avez parlé que de l’évolution des immigrés en France depuis la période coloniale. Vous avez cité beaucoup de données en chiffre, en pourcentage, en taux. Vous avez également mentionné des raisons historiques de l’émergence d’anciens immigrés de toutes les origines du monde. Pourtant, au niveau de l’Etat et des politiques migratoires de la France, vous les avez évitées, sachant que ces aspects sont très importants pour un pays qui accueille autant d’immigrés historiquement. Après ma première lecture de votre contextualisation du sujet, j’al l’impression avoir lu un récit d’histoire mais pas un dossier de recherche. D’ailleurs, la définition des Néos-Immigrés n’est pas assez précisée non plus. Je ne sais pas de quelle génération d’immigrés vous allez parler.

E : Mais monsieur. Ces présentations me paraissent absolument nécessaires. Lorsqu’on parle d’un phénomène social, on est obligé de se référer au passé pour voir ce qui s’était passé et quelles sont les causes historiques de ce phénomène. C’est à partir des expériences historiques qu’on obtient des outils d’analyse pour traiter notre sujet.

P : Pas tout à fait. Il faut que vous sachiez que l’histoire n’est jamais reproductible même si les conditions sociales ou les contextes sont homogènes. Ce qu’on peut retirer de l’histoire n’est que des vécus expérimentaux nous permettant de comprendre le passé d’un phénomène mais pas d’expliquer ni d’anticiper l’avenir. Sinon, la recherche serait très facile. On étudie l’histoire, on comprend tout et on reproduit tout. Ce n’est pas de la science. On revient sur votre rédaction. Je vous donne quelques conseils concrets : d’abord, allez à la bibliothèque et lisez trois ou quatre mémoires de qualité dans le même domaine pour voir comment leurs contextualisations ont été faites ; relisez votre rédaction et faites une comparaison entre la vôtre et les leurs ; renseignez vous auprès des étudiants en doctorat pour échanger des idées sur la présentation du contexte. Je suis sûr que cela va vous aider beaucoup.

E : Pourtant, je n’ai pas eu l’intention de recopier l’histoire. Mais bon, je vais quand même suivre vos conseils bien que je ne sois pas très convaincu. J’espère avoir de nouvelles idées lors de notre prochain RDV monsieur. De toute façon, merci beaucoup.

P : Je vous en prie. Bon courage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.