Prise de conscience

On ne prend jamais vraiment la peine de définir la conscience dans nos propres vies. Submergés par milles choses, fatalité de l’être social moderne, l’idée de se poser ne serait-ce que la question,  sommes-nous conscients de ce qui nous arrive, parait absurde. Vous allez me dire, évidemment que c’est absurde, parce que tout simplement nous le sommes ! D’autres plus hardiment me hurleront, et je comprendrai : « Va revoir ton Larousse, tout est clair ! Nous avons tous une connaissance de notre existence et du monde qui nous entoure. Nous sommes donc conscients » Pour vous donc la conscience serait un miroir ! On a le reflet de soi, on est conscient. D’accord, ok, je concède, on est conscient.En même temps, je pense que c’est très simple de n’adhérer qu’à la représentation mentale et incontournable du cerveau en bon état. La conscience à laquelle vous faites référence, je pense, n’est pas forcément une conscience réflexive. Est-ce qu’on a conscience de… ? Je crois que c’est la question la plus importante. Tenez, je vous donne un exemple : un ouvrier était conscient qu’il rassemblait des pièces métallurgiques du matin au soir chez Mittal, il était même convaincu que c’était son bonheur, car sa paye lui permettait de vivre et même de se payer des vacances. Mais était-il pour autant conscient de sa « condition d’ouvrier », autrement dit, de sa condition d’exploité dans une machinerie ou un système capitaliste. Non, du moment où il travaillait encore, et que tout se passait bien, et qu’il se sentait en sécurité, protégé par les lois, je serai tenté de dire non. En même temps, je dis qu’il avait une conscience incomplète de soi, car c’est seulement une fois qu’il ait perdu son travail, qu’il s’est aperçu que les lois ne le protégeaient plus, et qu’il n’avait absolument pas les cartes en main, qu’il prit conscience de sa véritable condition. Condition assez malheureuse au vu de la première. Nous passions même d’une conscience à une autre, plus développée, plus avertie de l’existence de l’ouvrier. A ce moment-ci l’ouvrier pourra changer sa vie, revoir sa copie. Notons aussi que cet ouvrier prit conscience après coup, alors que le patron avait conscience de la véritable condition de son employé dès le départ.

Ah, tout se complique ! Voyez, d’autres ont parfois plus conscience de nous que nous de nous-mêmes. Et c’est le bon mot de Condillac qui s’impose : « Plus même la conscience de quelques-unes augmente, plus celledes autres diminue. » Je vous entends déjà me rétorquer : « va au but, t’es marxiste c’est ça ? Démodée ! Tu ne peux pas dire simplement que les conditions sociales déterminent la conscience ! »Mais je le pense. Or je pense également qu’il y a d’autres choses. L’idée de la conscience déterminée par le social n’explique pas tout, il y a bien sur terre des patrons qui ne sont pas forcément exploitants et des employés exploités. Se connaitre soi-même ne passe pas exclusivement pas les réseaux sociaux, quoique pour les jeunes d’aujourd’hui les « réseaux sociaux » c’est leur miroir. J’ai envie de vous dire, Au commencement était la conscience ! La conscience est aussi la faculté de se faire une image de soi.Réfléchir et essayer de parvenir à savoir toujours plus sur sa personnalité. Adam ou Vendredi, qui n’étaient pas des employés de supermarché, ont sûrement fait cela, réfléchir, méditer, pour comprendre, se construire, et construire. Par conséquent, la conscience réflexive reste un exercice important pour l’exploration de la connaissance de soi et l’édification de sa personne. Je vous vois venir là. Non je ne fais pas des phrases, j’essaie de comprendre. Et comme je ne suis ni philosophe ni psychanalyste, j’ai beaucoup moins peur du ridicule.Finalement, l’idée la plus importante c’est d’être un individu qui veut et non qui subit. Et plusieurs chemins s’y prêtent.

Passons à un autre cas pratique, si vous le voulez bien. Celui, cette fois, de Hay Ibn Yaqdan. Personnage central de l’œuvre d’Ibn Tufayl, source d’inspiration de Daniel Defoe au passage. Cet enfant orphelin, élevé par une gazelle, vit sur une île indienne isolée et finit peu à peu par s’éveiller à la pensée philosophique, la méditation, et par là-même, à la connaissance de soi, du monde, et de Dieu. Hay Ibn Yaqdan, Vivant fils d’éveillé en français, ignore la notion de civilisation et de société, mais il est assagi par la réflexion individuelle, l’introspection et la méditation. Son travail sur la conscience a fini par le révéler à soi et au monde. Son respect pour la nature qui l’entoure et son cycle, et son émerveillement permanent et humaniste en sont le résultat. De ce conte philosophique, on peut tirer deux principes : le premier est que l’homme n’est pas mauvais par nature et les efforts de réflexion et d’introspection finissent par laisser transparaitre à travers toute personne sensée une vérité liée à l’existence humaine.Le deuxième est que la connaissance peut être approchée sans que l’on fasse appel à l’apprentissage et à la culture.

Le cas que présente Ibn Tufayl peut apparaître idéaliste, il reste qu’il remet l’intelligence de l’homme au centre de nos actions, de nos décisions, de notre condition. La conscience devient un effort d’intelligence. Elle n’est pas offerte sur un plat. Il faut accoucher d’elle. On rejoint l’idée de Rousseau, qui disait en substance dans ses Confessions, il faut tout dire pour tout savoir, dire de soi pour savoir de soi, cela s’entend. L’introspection et la réflexion sont les mots clés donc pour être vraiment conscient. Et s’ils viennent après un drame de licenciement ou une quête solitaire peu importe, l’important comme le disait ce cher Socrate, c’est : connais-toi toi-même.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.