« Qu’est-ce que vous pourriez apporter de nouveau, de concret ? »

14h55, fin du cours et rencontre avec un professeur dont la spécialité est en lien avec le sujet de mémoire de l’étudiante. Cette discussion a lieu dans le but d’orienter la réflexion concernant le projet de mémoire.

E : Bonjour, je vous avais envoyé un courriel pour vous parler de mon sujet de mémoire et vous m’aviez répondu de venir vous parler après le cours…

P: En effet! Venez, allons dans le corridor afin de libérer la salle de classe. Si je me rappelle bien, vous m’aviez dit que vous souhaiteriez traiter de l’oralité en classe de langue, des variétés de français, de leurs représentations et de leur rapport à la norme. C’est un bon départ, mais le sujet est beaucoup trop vague pour un mémoire d’une centaine de pages. Vous avez beaucoup d’éléments…

E : Effectivement, je suis d’accord. C’est pourquoi j’ai beaucoup réfléchi sur le sujet. Mon point de départ a été le questionnement suivant : étant étrangère, depuis que je suis arrivée en France, je me suis souvent posé la question de quel français je dois enseigner. Par exemple, est-ce qu’il s’agit du même si je suis en France ou au Québec?

P : Ce que je trouve particulièrement intéressant, c’est que dans ce questionnement, il y a déjà un terrain de recherche qui se dessine. Mais avez-vous déjà commencé à lire sur le sujet? Qu’est-ce que vous pourriez apporter de nouveau, de concret?

E : Honnêtement, je ne sais pas encore, mais j’ai commencé à lire sur le sujet. Bien sûr, je sais que j’ai encore beaucoup à faire… Je suis encore à l’étape d’ébauche de mon projet de mémoire. Au moins, j’ai enfin réussi à choisir un thème…

P : Il ne faut pas oublier que ce n’est pas une thèse et qu’en raison du nombre restreint de pages, il faut avoir une problématique vraiment pointue. Vous concentreriez-vous exclusivement sur une étude sociolinguistique ou souhaiteriez-vous articuler ce sujet à la didactique du FLE/FLS?

E : Idéalement, j’aimerais que ma recherche ait une dimension didactique. J’ai d’ailleurs commencé à me renseigner sur l’approche communicative puisqu’il s’agit de la méthode généralement utilisée au Québec.

P : C’est bien, vous êtes sur la bonne voie. Mais il vous faudra continuer à lire sur le sujet et il faudra aussi penser à un terrain. Par exemple, s’agirait-il de l’enseignement aux enfants ou aux adultes? FLE ou FLS? En France, au Québec ou ailleurs? Vous devez approfondir votre question, plonger dans le sujet. Vous êtes encore en surface pour l’instant.

E : D’accord, oui, je me pencherai sur la question. Merci beaucoup pour votre temps. Au revoir. Bonne journée.

P : Au revoir. À la semaine prochaine.



Citer ce billet
Marie Duchemin (2014, 28 novembre). « Qu’est-ce que vous pourriez apporter de nouveau, de concret ? ». art, langage, apprentissage. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cxwn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.