Prête à affronter le réel?

Une étudiante se promène à pas lents dans un couloir long et tout sombre.

Étudiante réelle : Oh là, ça ne va pas marcher ! Je reste trop dans ma tête ! Les problèmes linguistiques que je croyais bien saisir concernant les apprenants chinois, ne correspondent pas du tout à ce qu’ils me racontent ! Ces apprenants en chair et en os m’apprennent à découvrir le réel. C’est comme s’ils me répétaient sourdement : « Ne restez pas dans votre imagination, venez nous voir et nous comprendre ! »

Directeur imaginaire : Oui, vous avez commis une erreur énorme ! On s’inscrit dans le champ de la didactique des langues et des cultures, alors sortez vous de votre tête, et allez sur le terrain. Même si vous faites un master en recherche, cela ne vous exempte pas de faire une recherche classique. Ce qu’on devrait faire dans notre domaine, c’est la recherche-action, c’est-à-dire qu’on s’intéresse à intervenir sur le terrain, chercheurs et praticiens côte à côte.

E réelle : Le réel vous voulez dire ?

D imaginaire : Oui, le réel, ma chère.

E réelle : (Ma chère ?)

D imaginaire : Il n’y a pas l’application de la théorie. La vérité vient du terrain, et c’est après que l’on construit un savoir commun.

E réelle : (elle dit dans sa tête) Oh, le réel !

 

En murmurant en soi-même, l’étudiante sort du couloir, et croise le directeur réel.

E réelle : Bonjour madame, j’aimerais simplement vous parler de mon mémoire, si vous êtes disponible.

D réel : Oui, bien sûr.

E réelle : Au fait, il m’est apparu que mon hypothèse ne correspond pas du tout à la réalité. Je pensais travailler sur l’apprentissage des structures verbales du français, notamment sur le passif impersonnel, sauf que quand j’ai interrogé les étudiants chinois, ils m’ont parlé de tout autre points de grammaire qui leur paraissaient difficile à assimiler.

D réel : C’est normal qu’au début de votre recherche, mais aussi plus tard, vous rencontriez des imprévus. Vous n’avez qu’à continuer à affronter le réel, à en tirer des éléments concrets qui aideronnt à construire votre problématique. Cependant, n’oubliez pas de délimiter votre champ d’étude, par exemple les contextes éducatifs ou les publics visés.

E réelle : Au fait j’étais sur le point d’abandonner tout mon projet de mémoire. Je croyais que tout était foutu.

D réel : Tant que vous restez dans le réel, c’est-à-dire que vous pensez à partir des expériences concrètes, vous ne risquez rien.

E réel : D’accord, j’ai bien compris. Je crois je vais quand-même garder ce projet. Merci beaucoup !

D réel : Je vous en prie.

 

L’étudiante soupire en tournant le dos.

E réelle:  Je crois que je reste encore dans ma tête.

D imaginaire : Sortez de là !!!!

 

 

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.