Qu’est-ce qui amène à la prospérité de la littérature chinoise sur le plan mondial ?

Compte rendu de la conférence de MO Yan

le 30 septembre 2014, Mardi à la Bibliothèque Nationale de la France

MO Yan, Le Clan du Sorgho Rouge, l’image est d’origine de http://www.seuil.com

Nous avons, par bonheur, eu l’occasion de rencontrer Monsieur MO Yan, lauréat du prix Nobel de littérature en 2012, pour une deuxième fois à la Bibliothèque Nationale de la France pour pouvoir mieux connaître ce grand écrivain romancier chinois d’aujourd’hui ainsi que ces remarquables œuvres empreintes de son style d’écriture unique à la fois humoristique. Suite à la fois dernière où monsieur nous a beaucoup parlé de la notion d’Odeur du Roman, cette fois-ci on va découvrir en profondeur des choses encore plus intéressantes dans les vécus personnels de cet écrivain réputé au monde. On va également parcourir le chemin de la réalisation de sa grande œuvre – le recueil le Clan du Sorgho Rouge et partager ses points de vue sur la littérature moderne chinoise en se posant des questions qui font appel à des réflexions éclairantes. Se trouvant dans une ambiance très agréable, la rencontre se déroule autour des questions pertinentes posées par des journalistes et des réponses précises, intelligentes, humoristiques et explicites données par Monsieur MO Yan.

Dans un premier temps, monsieur nous raconte sa première inspiration de la création de ce livre : Ecrite en 1985, le Sorgho Rouge a été publiée en cinq parties indépendantes dans des revues chinoises en 1986. Un an plus tard, ces parties ont été rassemblées dans un recueil complet et nommées le Clan du Sorgho Rouge. L’écriture a pour objet de commémorer le 40ème anniversaire de la victoire de la guerre Sino-japonaise lors qu’il faisait encore ses études à Pékin. Basée sur ses vécus enfantins, l’histoire du roman n’est pas tout à fait fidèle à l’originalité de l’époque de la guerre. Certains personnages sont également inventés ou implantés. Pourtant, l’esprit et la nature humains des personnages se manifestant par les comportements héroïques et patriotiques chez le public le plus modeste de la société à l’époque où la nation était face à l’asservissement lui ont donné envie de représenter à sa propre manière cette histoire étincellant d’humanité.

Monsieur MO Yan est très content de la réédition intégrale du Clan du Sorgho Rouge en version française qui vient d’être réalisée. Il lui paraît que, sans avoir lu un livre entier, les lecteurs ne peuvent pas saisir ses essentiels de ce livre et ne comprennent pas ce que l’auteur a envie d’exprimer. D’ailleurs, pour la plupart des lecteurs européens qui ont connu cette histoire grâce à la version cinématographique, une lecture complète est surtout nécessaire. « Grâce à cette réédition, mon rêve s’est réalisé ! » dit Monsieur MO Yan.

En ce qui concerne les facteurs amenant le Clan du Sorgho Rouge à une réussite interntionale et le chemin à suivre pour les romanciers chinois d’aujourd’hui afin de rendre une prospérité à la littérature chinoise sur le plan mondial, indiqués par monsieur, je désirerais les synthétiser et réinterpréter de manière analytique à la fois critique en ajoutant mon propre point de vue sur l’écriture du roman chinois moderne.

D’abord, monsieur avoue que le Clan du Sorgho Rouge fut une œuvre qui porte des caractéristiques étranges par rapport à celles des autres auteurs au sein du milieu littéraire de la Chine de l’époque. Ces étrangetés comprennent quatre éléments :

1)        Sa vision d’écriture. Par exemple, au lieu de se concentrer sur une narration banale des contextes historiques, comme font souvent les autres écrivains chinois dans les années 80s, il met l’accent sur les individus, les émotions et la nature humaine à travers la tranformation morale chez les gens les plus ordinaires dans la société ; Ces personnages comme des bandes de bandits et de brigands, face à la nation en asservissement, ils sont tous finalement devenus des partiots en laissant passer leurs racunes entre eux ;

2)        Sa façon de raconter l’histoires qui se distingue de la plupart des romanciers de l’époque. Dans ce roman, l’histoire n’est pas décrite d’une façon chronologique. Il met en place du montage sur les plans de l’espace et du temps en découpant l’histoire entière en milles morceaux pour s’opposer aux normes de l’écriture traditionnelles ;

3)        La position où il se situe pour raconter les choses est unique. Il se situe parfois à la position de ses grands-parents comme s’il était le témoin de leurs histoires et parfois au présent en donnant des critiques aux gens dans le passé en adaptant une vision moderne. Il switch entre le rôle de narrateur et le rôle de participant de l’histoire ;

4)        Le langage et le registre audacieux utilisés dans son œuvre. Par exemple, le fait qu’il présente son père comme un espèce de brigand, et la façon dont il décrit l’amour entre les hommes et femmes provoquent les valeurs morales traditionnelles de la Chine ;

Tout cela s’opposant soit à des normes morales traditionnelles de la société soit aux courants prédominants de la littérature chinoise dans les années 80s fait partie des facteurs qui ont amené cette œuvre à la réussite.

Deuxièment, monsieur exprime également son point de vue sur le roman moderne chinois en montrant un chemin faisable à parcourir pour les romanciers chinois. « En tant qu’écrivain romancier, notre responsabilité ne s’agit pas de représenter l’histoire réelle. Ce qu’on devrait représenter, c’est des histoires existant au fond de notre coeur qui nous appartiennent et dont nous avons vécues…Pour écrire, un écrivain romancier devrait se situer dans son ‘‘pays’’ natal. Ce pays dont le territoire se grandit ne devrait pas être limité. L’écrivain devrait savoir transplanter des histoires et des scènes d’ailleurs dans ce pays et animer ses personnages en leur conférant la vie à partir de ses propres vécus. Il suffit que les émotions de l’écrivain soient réelles pour avoir la confiance de lecteurs et rendre les personnages de l’humanité. Si les romanciers modernes de la Chine d’aujourd’hui veulent avoir une place dans le milieu littéraire mondial, il n’y aurait qu’un seul moyen pour y arriver. Il s’agit d’aller exploiter du trésor au sein de la littérature chinoise traditionnelle pour s’en nourrir ». Face aux échanges littéraires en abondance entre la Chine continentale et les pays occidentaux, un processus en movement irresistible dans lequel les littératures de toutes les origines se croisent et se chevauchent, les pensées de tous les intellectuels du monde se nourrissent les unes et les autres, cet énoncé d’éveil de Monsieur MO Yan me paraît avoir indiqué effectivement un chemin faisable pour des écrivains romanciers chinois qui se perdent dans l’enchevêtrement des courants littéraires sur le plan mondial. Cependant, ce discours porte également une idée préconçue ou sous-entendue qui est profondément liée à la notion de l’innovation et de la réadaptation puisque l’exploitation du trésor littéraire de la nation ne s’agit pas simplement de transporter le trésor d’un lieu à un autre, ni de le transformer de façon systématique et exotique en une forme soit-disant moderne pour répondre à des besoins superficiels de l’interculturalité et de la mondialité. L’idée de l’innovation et de la réadaptation a une dimension intellectuelle à la fois socio-culturelle. C’est à dire les exploitants doivent être équipés d’outils intellectuels tel que les vastes connaissances et l’appréciation de haut niveau de la littérature de sa propre nation qui leur permettent de faire de bonnes sélections dans les trésors, et d’outils socio-culturels tel que les connaisances de l’histoire des autres pays dans le monde, leurs pensées et leurs façons de vivre etc. Ces compétences plus une bonne littératie d’un écrivain rendraient possible la prospérité à la littérature chinoise sur le plan mondial.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.