L’instabilité sémantique : apport et changement

sens langue

(Dialogue entre professeur et étudiante)

Dans la salle des professeurs de l’Université Sorbonne nouvelle à Paris 3, une étudiante discute de son sujet de mémoire avec son directeur de recherche.

Étudiante : Bonjour Monsieur, merci de me voir aujourd’hui pour mon mémoire. La dernière fois, on a parlé des corpus que je vais travailler. Vous m’avez dit de bien choisir les corpus pour éviter avoir le moins de bruit possible. Là je n’ai pas compris, le moins de bruit possible ? Vous parliez de la qualité d’enregistrement ?

Professeur : Ah non non. Il faudrait que d’abord tu comprennes le sens de corpus.

É : Oui oui, je le connais, c’est un ensemble de textes sur lequel on travaille dessus.

P : Exactement, il s’agit d’une liste de textes, close et non-ouverte. Le bruit dont j’ai parlé, il s’agit du bruit en informatique. La première chose à voir, « faire » un dictionnaire terminographie à partir du corpus, et vérifier si les fameux critères de bonne terminologie sont applicables ou pas.

É : « FAIRE » un dictionnaire ?

P : Oui oui ( en souriant). On va voir, dans ce dictionnaire, quatre choses : tout d’abord, non pas la transparence mais l’opacité et l’instabilité notionnelle. Deuxièmement, s’il y a une rupture du principe de parcimonie. Troisièmement,  une incompatibilité avec le principe de non-contradiction, c’est à dire, des chevauchements conceptuels. Et enfin, une variabilité sémantique importante d’un terme même. Le pire c’est souvent chez le même auteur.

É : La variété sémantique ?

P : Ça existe souvent l’instabilité sémantique. Prenons tout simplement le mot « apport » comme exemple. Il existe l’opposition « apport » et « rapport ». Cette opposition intervient dans une opposition notionnelle, une opposition diachronique et synchronique, elle vise à différencier d’une part ce qui s’inscrit dans l’histoire d’une langue et qui est susceptibles de changements, d’autre part ce qui n’est pas susceptibles de changements. Par exemple, les matériaux phonétiques, morphologiques, lexicaux,  comme la phonétique/la morphologie/les mots évoluent au fils du siècle, ils s’inscrivent dans l’histoire d’une langue, laquelle peut changer au cours de l’histoire. Tous ces phénomènes de changements dans cette théorie sont définis et décrits par le terme « apport ». Et par distinction, le terme « rapport » marque ce qui relève du système de la langue et qui peut être décrits comme la mise en relation des apports.

É : Ah je vois. C’est comme l’article défini « un ». « Un » est fourni par un apport historique par le numéral latin « unus », puis, il entre dans un rapport du système de langue où il ne signifie plus la position numérique, mais plutôt le mouvement qui va de l’universel au singulier.

P : Exactement. Parfaite compréhension.

É : Et il y a d’autres oppositions comme exemple pour montrer cette instabilité sémantique?

P : Oui oui. Deuxième opposition c’est « apport » et « support ». C’est une opposition générale et abstraite qui montre dans le langage, universellement, qu’il y a toujours « apport de signification et référence de cette signification à un support ». Pour faire un énoncé, il faut parler de quelque chose, et que de ce quelque chose, on en reparle et on en dise quelque chose. L’opposition « apport-support » veut dire que dans toutes phrases et tous énoncés, il y a un ensemble de propriétés énoncés sur quelque chose, parler est dire quelque chose de quelque chose.  Par exemple, la « prédication », il n’y a pas d’énoncés sans prédications (de propriétés diverses, d’actions, etc…) Par exemple, « Il faut que je parte. » Cet énoncé est donné par le support de « prédication » qui est donné par « il faut ».

É : J’ai bien compris cette instabilité des termes à travers le mot « apport ». Mais ce n’est pas suffisant pour le définir ? Le mot « changement » a aussi une très forte instabilité sémantique, non ?

P : Oui. En linguistique générale, le terme de changement décrit la mutabilité du signe : le fait qu’un signe puisse changer et modifier sa forme et sa valeur. Pour qu’une langue existe, il faut qu’il y ait en même temps la mutabilité et la continuité.

É : La mutabilité ?

P : Il s’agit des modifications d’un forme d’un signe linguistique. Tout signe reste à la fois changeant et permanent.

É : Pourriez-vous me donner un exemple par rapport à ce mot « changement » ?

P : Hmm. Laisse-moi réfléchir. Ah ! Voilà le mot « bureau » : le changement de bureau. D’abord il désignait un objet en relation avec la toile de mur, le bureau était d’abord un tapis. Après, on met des tapis sur les tables où on travaillait, donc, il signifie le meuble sur lequel on étudie. Et puis, il ne signifie pas simplement un tapis qui recouvre une table, ni plus seulement la table, mais la pièce dans laquelle se trouve cette table. Et puis, le bureau signifie l’ensemble des pièces où on travaille. Après, aller au bureau = aller au travail. Tu vois un peu comment le « changement » s’applique avec le mot « bureau » ?

É : Oui oui, c’est plus clair maintenant. Le changement c’est une extension sémantique alors ?

P : Exactement. Le changement est le nécessaire croissement du paramètre structurel de la forme du mot, et du paramètre temporel que dans le temps avec les siècles, ses valeurs sont profondément modifiées. Le changement peut affecter à la fois la forme des signes et leur structure sémantique. Le terme de changement est utilisé en linguistique historique pour étudier l’évolution de la langue en diachronie, et  le terme de variation est utilisé en sociolinguistique pour décrire un mécanisme de diversité des usages d’une langue. Je te laisse un petit problème pour réfléchir : l’instabilité sémantique à travers le mot « Ajout ».

É : Au niveau sémantique ?

P : Là non. Tu réfléchiras sur le niveau syntaxique. Le fait d’ajouter quelque chose à une structure syntaxique.

É : D’accord. Merci beaucoup et à la prochaine.



Citer ce billet
ZHENG Qiuxia (2014, 18 novembre). L’instabilité sémantique : apport et changement. art, langage, apprentissage. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cxw8

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.