Les limites, les conseils, les cibles

( L’étudiant se présente au bureau du professeur pour des conseils.)

E : Bonjour Madame, j’aimerais m’assurer que le sujet que je propose est exploitable : il s’agit de l’utilisation des TICE en classe de langues.

P : Oui, si vous traitez bien de l’utilisation des TICE en classe de langues… pour quel public ?

E : Les enfants, peut-être…J’ai pensé à 3 axes, le premier c’est : les TICE,conséquence des évolutions – leur ancrage dans les méthodes  d’enseignement actuelles.

 P : Cela me semble trop général. Il faut cibler sur le public enfant. Et le deuxième axe ?

 E : Les TICE adaptés aux enfants : comment les exploiter dans l’apprentissage des langues.

P : Oui c’est pertinent. Il faut discuter le comment mais aussi le pourquoi.

 E : Et le dernier c’est les limites des TICE.

 P : Oui c’est intéressant mais à compléter, cela peut être une ouverture mais votre mémoire ne peut pas se centrer uniquement sur les limites. Quel intérêt ?

 E : D’accord, je vais compléter mon projet selon vos conseils, merci beaucoup !

 P : Je vous en prie !


3 réflexions sur « Les limites, les conseils, les cibles »

  1. Merci Maeva pour ces réflexions très engagées : toutefois, pour avoir enseigné pendant de nombreuses années en IUFM et sachant bien que les situations ne sont jamais généralisables, il me semble que le problème n’est pas vraiment celui du fossé entre théorie et terrain mais plutôt celui des leviers qui permettent de concevoir et l’une et l’autre dans des interactions vives, utiles et efficaces (il faudrait dire comme en mathématiques: élégantes!). Oui, je trouve votre dernière proposition tout à fait valide : faire connaître les recherches que constituent les mémoires ! On va s’y employer ici – le carnet est déjà un moyen ! Ceci dit, là encore, ce sont les liens entre différents niveaux de la recherche qui sont nécessaires plus que l’accès à tel ou tel niveau : augmenter les liens entre mémoires de master et thèses de doctorat, entre rapports de stage et formation continuée, entre maisons d’édition et recherche dite fondamentale… etc. Bref : augmentez les passages !

  2. Je ne travaille pas sur cette thématique mais je trouve très intéressant les termes de monde-objet et monde-vécu. Je ne veux bien sûr pas généraliser, mais je trouve que souvent dans le domaine de la didactique, la théorie est vraiment éloignée de la réalité du terrain, que ce soit au niveau de la préparation des futurs professeurs et des cours de didactique qui leur sont proposés, qu’au niveau des ambitions pédagogiques des professeurs ou des recommandations officiels. J’ai été scolarisée une année à l’Iufm et concrètement les cours qui y sont proposés ne permettent en rien de préparer un étudiant à se retrouver devant une classe et à pouvoir enseigner à tous types d’élèves.
    Travailler sur le passage entre théorie et pratique me semble particulièrement nécessaire, et pourrait se faire facilement. Par exemple, il existe pas mal de mémoires de M2 de FLE dont le but est de repérer les erreurs et de créer des séquences pour aider les apprenants de français à s’améliorer et qui pourraient éventuellement être utilisables en classe – surtout qu’un étudiant est bien placé pour savoir quels sont les besoins linguistiques d’un apprenant – mais, ces dits mémoires après soutenance ne sont pas mis en valeur, ni mis à profit. Cela permettrait également de donner une utilité publique aux mémoires.

  3. Il faudrait interroger le terme « exploiter »… pour que la recherche se déplace des objets aux sujets ou comme dit Chauvier « d’un monde-objet » vers un « monde-vécu ». Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.