Le Français colonial, une langue officielle mais peu diffusée !

algerie

De-«-l’œuvre-positive-»-de-la-France-coloniale4

«Cas du FLES en Algérie, entre réalité et légitimité ».

Le français colonial, propulsé en Algérie, au 19ème et 20ème siècles, présente deux caractéristiques essentielles.
Langue officielle de l’Algérie coloniale, il fut peu diffusé auprès de la population « indigène », du moins sous son aspect institutionnel. Le bilan global de l’œuvre française en matière d’enseignement est décevant. La scolarisation ne toucha qu’un nombre infime d’enfants musulmans. À la veille de l’Indépendance, le nombre de cadres algériens formés dans le système scolaire, mis en place par les autorités coloniales, était très restreint. Ces maigres résultats n’ont pourtant pas empêché l’école française de jouer un rôle décisif dans le devenir de l’enseignement de l’Algérie indépendante. Sélective et discriminatoire, elle a formé un contingent d’algériens, peu nombreux mais hautement qualifiés. Ces lauréats de l’école française ont représenté les élites modernes d’une Algérie indépendante, mais aux structures administratives profondément francisées. Ils ont largement contribué à maintenir la langue et la culture françaises dont le statut a basculé pour devenir première langue étrangère qui cherche souvent une légitimité dans une réalité controversée.
Une simple promenade en zone urbaine algérienne permet de se rendre compte par soi-même que le français qui s’y pratique ne se réduit pas à la variété académique; bien au contraire, c’est des variétés inégalement maîtrisées, qui parviennent à l’oreille ou au regard du passant, pour peu qu’il soit attentif. Ces variétés, on les rencontre à chaque coin de rue. On les voit dans les affichages publics et commerciaux; on les entend, à longueur de journée, dans les radios et les chaînes de télévision nationales et satellitaires. Elles s’étalent dans les revues et journaux; elles se prescrivent dans les notices de médicaments. Elles se réinventent dans les écrits littéraires. Bref, le français est partout présent, même si d’aucuns le confinent dans les sphères de l’élite urbaine, en occultant variétés basses et variétés appropriées. Pourtant, c’est bien une langue acclimatée qui garantit au français santé et survie dans une terre, idéologiquement sans cesse agitée! Et dire que les locuteurs francophones concernés ne sont même pas véritablement conscients des variétés qu’ils pratiquent et des enjeux qu’elles peuvent représenter!
Ce mémoire s’interrogera sur la place du français dans la géographie langagière algérienne composée entre autre de l’Arabe et du Berbère respectivement langue officielle et langue nationale, et mettra l’accent sur les possibilités d’exploitation de ce contexte dans une optique du français langue étrangère et seconde (FLE/FLS) et comment mettre en valeur les acquis coloniaux de la langue Française pour valoriser une langue dite d’élite ?!

Bibliographie :
BENZAKOUR, F., (2008). « Point de vue arabophone sur l’avenir du français », dans L’avenir du Français, AUF et Éditions des Archives Contemporaines, Paris.
BENZAKOUR, F., (2008). « Le Français au Maroc. De l’usage maghrébin à la langue du terroir », dans Le Français des dictionnaires, l’autre versant de la lexicologie française, Duculot, Bruxelles.
BOUKOUS, A., (2008). « L’avenir du français au Maghreb », dans L’avenir du Français, AUF et Éditions des Archives Contemporaines, Paris.
CHERRAD-BENCHEFRA Yasmina, (2002). « Le français en Algérie, lexique et dynamique des langues », dans Champs linguistiques, Duculot, Bruxelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.