Incipit

Une étudiante dans une nouvelle discipline (les Sciences du Langage), « connaissant » pourtant la recherche puisqu’elle a déjà fait un master R, parle avec une doctorante en sociologie qui, elle, a connu les aléas de la recherche, de l’enquête de terrain, mais qui a pourtant décidé de d’y consacrer.

L’étudiante a un projet d’étude : l’enseignement de la littérature au en Catalogne, dans un contexte de conflit politique et de volonté séparatiste, mais a du mal à cerner avec exactitude ce qu’elle veut analyser, et aussi, à se mettre à l’écriture…

Edward Munch, Le Cri, Lithographie de 1895

Etudiante : Le problème c’est que je ne sais pas par où commencer… Il y a tant de choses à lire, et chaque nouvelle lecture semble ouvrir un nouveau champ d’étude ou me dévier des pistes que j’avais établies préalablement…

Doctorante : Il faut admettre d’être perdu par moments. Il faut vouloir ne pas avoir de but ou de fil conducteur, surtout quand on lit, il faut permettre à la lecture de modifier nos préjugés, c’est la seule façon de comprendre que parfois, il ne faut tout simplement pas avoir de préjugés, même si on a l’impression que c’est la seule matière au début d’une recherche.

E : Le truc c’est que moi j’ai toujours fonctionné ainsi : j’ai eu un pressentiment, une idée au début, et ensuite tout devait suivre ce premier postulat. Je me suis aperçue qu’on peut faire dire aux œuvres qu’on lit ce qu’on veut qu’elles disent ; je lisais des livres théoriques et je ne gardais que les phrases qui servaient mon propos, et dès qu’un livre contredisait mon opinion, j’avais peur et je le refermais tout de suite…

D : Par conséquent, ta « thèse » initiale ne pouvait qu’être confirmée à la fin pour que tout ton raisonnement tienne debout. C’est du sophisme : finalement, ton travail était plus un exercice de rhétorique. Je pense que tu commences à voir que la recherche ce n’est pas cela…

E : Oui, je commence à le voir puisque cette année, le fait de me lancer dans une nouvelle discipline impliquait que je ne connaissais rien ou peu au sujet que je voulais traiter, autrement dit, cette fois je n’avais pas de postulat de base. Je ne savais pas (et je ne le sais toujours pas), quel point de vue appliquer à ce que j’avais sous les yeux.

D : C’est mieux, tu seras plus ouverte. En fait il faut que tu comprennes que tout travail de recherche suit une hypothèse, plus qu’une thèse. Tu crois telle ou telle chose, tu « pressens » pour parler de ce qui t’arrivait avant… mais il faut être prêt à ce qu’à la fin, ce que tu pressentais soit faux, ou pire : que cela n’ait aucun intérêt. Qu’au fond, la question, la problématique intéressante, soit autre. Mais il faut que tu saches que, si jamais cela arrive, tu n’auras pas perdu ton temps, tu auras compris quel était le vrai enjeu du sujet, même si cela passe par le fait que tu aies décrypté tout ce qui avait autour, y compris ce qui n’était pas au cœur de l’enjeu.

E : Cela devient plus clair, notamment depuis mon premier terrain. Je suis arrivée en Catalogne en ayant en tête d’observer telle ou telle chose (encore une fois, la préparation théorique m’avait fait imaginer que je pouvais m’attendre à certaines choses…), et en débarquant là-bas, c’est tout un nouveau champ d’étude qui s’est ouvert à moi. Je n’avais pas du tout tenu compte du fait (alors même que ça paraît évident lorsqu’on étudie la pédagogie), qu’un pivot éminemment important de la classe est le professeur. C’est lui qui choisit les œuvres au programme (en accord avec les autres professeurs), c’est lui qui a une liberté presque totale d’appliquer tel ou tel exercice, notamment au collège, avant que le gouvernement impose des lectures prescriptives et une certaine façon de lire pour préparer au concours de la Selectivitat (équivalent du Baccalauréat français). Bref, le professeur s’est imposé à moi comme élément d’étude aussi important, voire plus important, que la matière traitée en cours. J’ai donc ouvert des livres sur le professorat en Catalogne, sur la formation des professeurs, je suis même allée jusqu’à lire des textes qui parlaient de la frustration et des rêves des enseignants… Je me suis aperçue qu’au fond, c’est la formation de ces gens-là qui m’importe : comment former des enseignants capables et motivés ? Mais surtout conscients du rôle social et politique qu’ils jouent face à des êtres encore malléables ? Conscients de leur responsabilité ?

D : C’est souvent comme ça qu’on avance, surtout dans le terrain. Je pense que tu auras aussi ce fameux problème du tri de l’information : maintenant que tu as des carnets remplis de notes, des enregistrement, du matériel pédagogique – je suppose –, tu ne sais pas exactement quoi en faire, n’est-ce pas ?

E : C’est exact !

D : Déjà dis-toi que tout ne va pas servir. Il faut des heures, surtout au début, pour réécouter et relire tout ce qu’on a relevé. Prends ton temps et fais une première analyse des données, écris tes réactions et reprend l’exercice quelques jours ou semaines après.

Le plus intéressant ce sera à la fin, lorsque tu confronteras tes différentes enquêtes et tu verras l’évolution de ton point de vue mais aussi des résultats dans l’appareil critique que tu auras construit avec tes lectures. Il faut que tu arrives à une sorte de tout, mais un tout non délimité… l’idéal c’est que tu puisses continuer, compléter, même infirmer : n’est-ce pas cela la caractéristique de toute affirmation scientifique ? Peut-être qu’il ne faudrait pas garder cette définition exclusivement pour les sciences « dures »…

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.