Problématique fermée ou problématique ouverte

Comme je viens d’un Master professionnel, je ne sais pas trop comment faire un bon mémoire. Je profite de ce billet pour présenter ma question un peu bête, mais vraiment embêtante pour moi.

Mon sujet de recherche est de perfectionner l’imparfait et le passé composé chez les apprenants sinophones en français. Ma méthodologie est aussi très simple comme ci-dessous :

  1. Réaliser une enquête pour recueillir les données.
  2. Analyser le corpus.
  3. Préparer des séquences pédagogiques et des activités linguistiques pour les donner à mes élèves.
  4. Réaliser une nouvelle enquête pour avoir les résultats.

Ma problématique est de voir si ces apprenants maîtrisent mieux les deux temps verbaux après nos séquences ou nos activités. Tout le projet me convient bien, de plus les deux premières étapes ont été déjà réalisées pendant mon stage l’année dernière. J’ai consulté quelques autres présentations du mémoire dans notre carnet de recherche. Je me suis rendu compte que certaines problématiques de mes collègues étaient plus ouvertes que la mienne. Comme tout le monde le sait, la problématique du mémoire est comme le coeur de nos recherches. J’ai décidé de trouver une très bonne problématique pour valoriser mon mémoire. Est ce que ma problématique est correcte ? La problématique doit-elle s’ouvrir complètement ? Mais, ce n’était pas facile ces derniers jours. Ces questions me perturbaient tout le temps et partout, même dans le métro!

Au delà de mes propres questions, peut être que tout le monde a déjà pensé à une question générale :  Comment obtenir une problématique pertinente ?

Voudriez-vous bien me dire comment vous avez trouvé votre propre problématique ou ce que vous me proposez dans mon cas.

https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=LSDLE_423_0111

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts


4 réflexions sur « Problématique fermée ou problématique ouverte »

  1. Je vois dans ton schéma que tu mets au centre de celui-ci la problématique elle-même, comme si tu partais de là, or si tu as du mal à trouver le problème, peut-être que tu devrais le déplacer et tout simplement te demander “pourquoi??” ce problème. Pourquoi le “perfectionnement” de ces temps verbaux?
    Tu pourrais partir de la réalité, de ce que tu as observé dans ton expérience et, dans les moindres petits détails, noter les choses qui ont “posé problème” et qui t’ont conduit à te lancer dans cette recherche. Et à partir de là, chercher à comprendre en mettant en lien avec des textes critiques, avec des théories… M. Martin m’a conseillé l’autre jour de partir des données d’enquête, de données empiriques (donc de quelque chose de très concret) pour pouvoir élargir à quelque chose de plus général (le problème de fond), plutôt que de commencer par des théories que des données réelles viendraient après illustrer.
    Je pense qu’au milieu de ton schéma je mettrais “données de l’enquête” ou “obstacles de l’enquête”, et plus que celles que tu cherches, celles qui t’ont percutée et qui t’ont donné envie de traiter ce sujet. Puisque si tu les “cherches” c’est que tu pars déjà d’une idée toute faite (par toi, ou quelqu’un d’autre). Je pense que le problème derrière ce besoin de perfectionnement de l’imparfait et du passé composé en français chez les apprenants sinophones apparaîtra ainsi tout seul.

    1. Le schéma est trouvé sur internet (il y a la référence de l’article en légende) et je ne pense pas que Tong l’ait adopté : c’était comme un écho au billet et au problème qu’il pose. Ceci dit, la critique et la proposition me semblent tout à fait heuristiques.

    2. J’ai trouvé ma problématique comme tout à fait ce que vous avez dit. Mais je n’étais pas sur que la mienne était assez pertinente. M.Martin m’a proposé ce schéma un peu compliqué pour m’aider à l’améliorer. Ce schéma généralise la construction de la problématique et je pense que M. Martin va parler de ce schéma en cours un jour.

  2. Il serait intéressant de relire de près le texte de Bruno Latour pour voir s’il répond un peu, beaucoup, pas du tout à votre problème… qui s’y risque ?

    Pour vous détendre (?), un article assez sérieux mais à propos d’un livre passionnant de Flaubert, Bouvard et Pécuchet : Fabre Michel, « Bouvard et Pécuchet ou l’impuissance à problématiser », Le Télémaque 2/ 2003 (n ° 24), p. 137-154. On peut le lire en ligne ici : http://www.cairn.info/revue-le-telemaque-2003-2-page-137.htm
    Il y a un gros livre sur cette question dont vous trouverez le sommaire ici: http://www.cairn.info/situations-de-formation-et-problematisation–9782804152451.htm
    mais, soyez rassuré, nous reviendrons forcément sur cette question avec quelques textes et exemples précis. Le débat est néanmoins ouvert : un grand merci !

    J’ai ajouté un schéma du même Michel Fabre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.