L’intégration des apprenants sinophones dans le cadre de l’hôtellerie française

A la recherche de nouveaux aide-cuisiniers, le restaurant français-catalan « La Chaumière », situé à Font-Romeu, a embauché quelques aide-cuisiniers chinois. Les apprenants ont le niveau A2, certifié à la suite d’une formation en Chine et d’un test passé, le TCF. Ces cuisiniers ont un faible niveau de langue; pour remédier à cela, le patron du restaurant décide de recourir à un professeur de français langue étrangère. Au niveau A2, l’apprenant aura du mal à acquérir ces besoins, non seulement en raison de la nouveauté que représente le milieu de l’hôtellerie française, mais aussi de par son faible niveau de langue. Acquérir une syntaxe particulière apparaît comme la principale difficulté dans de nombreux domaines, autres que celui de l’hôtellerie ; néanmoins, dans ce dernier, le vocabulaire propre à ce domaine constitue davantage un problème. En effet, le vocabulaire de la cuisine, riche et varié, nécessite une connaissance approfondie de ce domaine. Celle-ci ne peut être obtenue que par une pratique continue. En outre, ne pouvant que très peu se référer à son propre lexique, l’apprenant doit acquérir un lexique bien spécifique, renvoyant parfois à des réalités qu’il ne connaît pas. Le terme « bleu », par exemple, qui désigne le mode de cuisson d’une viande, n’existe pas en Chine car les Chinois font bien cuire leur viande : il est donc plus difficile pour un chinois de le comprendre et de le retenir, puisqu’il ne possède aucun équivalent dans la langue chinoise. Ce problème est donc davantage d’ordre socioculturel que linguistique.

La problématique de ma recherche est de trouver les difficultés de l’intégration des apprenants sinophones en cadre de l’hôtellerie française au niveau socioculturel et linguistique. Bien entendu, après l’analyse de leurs besoins et de leurs difficultés, nous essayons de préparer un programme de 100h de cours pour qu’ils assurent bien leurs postes.

Mots clés : intégration, hôtellerie française, apprenants sinophones, linguistique, socioculturel, cuisines.

Bibliographie :

Jean-Marc Mangiante, Chantal Parpette, Le Français sur objectif spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Hachette, Paris, 2004, p. 6-7

Jean-Pierre Cuq, Isabelle Gruca, Cours de didactique du français langue étrangère, Presses Universitaires de Grenoble, 2005, p. 227

*http://tainguyenso.vnu.edu.vn/jspui/bitstream/123456789/8733/1/ACTES%20du%20Seminaire% 2059.pdf

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.