Retour au réel

Enseignant/étudiant : Dialogue sur un sujet de recherche

15 octobre 2014. Sorbonne-Nouvelle. Le professeur finit enfin par donner un rendez-vous à son étudiant afin de discuter du sujet de mémoire. C’est un premier entretien où l’étudiant tente de clarifier son idée de recherche et l’enseignant de conseiller, recadrer, clarifier ce qui échappe à son interlocuteur. L’entretien dure 10 minutes et tourne autour du rôle des TICE dans le processus d’acquisition/apprentissage du français langue étrangère.

—————————————————————————————————————–

Le Professeur : Entrez, c’est ouvert !

L’Etudiant :Bonjour Monsieur.

P : Ah ! Prenez place, je vous attendais. Alors, dites-moi, vous avez circonscrit votre idée de travailler sur les nouvelles technologies et l’apprentissage des langues depuis notre dernier échange par courriel ?

E : Oui, voilà monsieur, en fait, je voudrais travailler sur les nouvelles technologies et leur impact sur l’acquisition et l’apprentissage du français… En Algérie bien sûr !

P :L’idée paraît intéressante, cependant, il faudra que vous ayez une idée assez précise de l’état de la recherche actuelle sur le sujet. Vous vous êtes un peu informées sur ce qui a été fait sur le sujet ?

E : Euh… oui monsieur, il a été traité… enfin j’ai lu beaucoup d’articles qui font le bilan de la situation des TIC en Algérie et qui analysent leur impact sur l’enseignement en général.

P : Et vous en tirez quelles conclusions ?

E :Je pense que ça reste assez théorique à chaque fois. Il n’y a pas de réelles enquêtes qui ont été faites auprès des étudiants pour vraiment mesurer l’influence des nouvelles technologies sur l’apprentissage. Les articles que j’ai lu sont soit dans l’exhortation d’un tel usage en rappelant théoriquement ses aspects positifs, soit ils sont dans la critique politique de l’éducation…

P : Et rarement ils ne parlent de langues, c’est cela ?

E : Oui Monsieur ! Enfin quand la langue est abordée, le sujet me paraît toujours loin de la réalité du terrain… de l’influence réelle des technologies sur l’apprentissage du français langue étrangère en Algérie.

P :Donc l’idée que vous défendez est celle  qui consiste à vous coller à la réalité, à l’interroger, pour in fine enrichir le domaine de recherche avec une étude, ou du moins une enquête, sociologique, sociolinguistique et didactique pertinente, et je l’espère nouvelle.

E : Oui monsieur !

P : La réflexion, par conséquent, qui me semble devoir s’engager pour cette première étape est de savoir quel public précisément envisageriez-vous d’étudier et à quels types de technologies vous vous référeriez ?

E : J’ai pensé travailler sur l’impact des TIC sur des lycéens au départ, mais je crois que je vais changer et m’intéresser  aux étudiants de français langue étrangère à l’université d’Alger.

P : Vous ciblerez donc tous les étudiants de français du département de langues étrangères ?

E : Euh non, non, je ne pense pas, je n’aurais que 20 jours pour aller en Algérie et faire mon enquête, je crois…

P : Oui, cela semble en effet très juste en matière de temps, il vous faudra donc une préparation assez élaborée avant même d’aller sur les lieux. Je pense, entre autres, aux questionnaires de l’enquête. Ainsi, pensez-vous à des classes précises pour le moment ?

E :J’aimerais travailler sur les étudiants de licence en français, j’aimerais interroger l’ensemble de ces classes qui ont d’ailleurs  un enseignement des TICE…

P : Ah, venons-en aux types de technologies !

E :Essentiellement sur cet enseignement de TICE qui leur est dispensé et son apport à leur enseignement principal de français.

P : Je peux déjà vous dire, sans trop craindre l’erreur, que ce ne sera pas suffisant pour étayer votre argumentaire. Votre ambition est de démontrer l’influence, voire la productivité de l’usage des technologies dans l’acquisition et l’apprentissage d’une langue spécifique, en l’occurrence le français, or se baser exclusivement sur l’enseignement des TICE, qui d’ailleurs, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas un gage d’enseignement des langues par leur truchement, ne peut rendre compte totalement, « réellement » comme vous l’avez mentionnée tout à l’heure, du phénomène d’influence des technologies sur l’acquisition/apprentissage d’un langue étrangère. Je ne vous apprends rien en vous disant que nous sommes immergés dans la technologie, ici comme de l’autre côté de la Méditerranée, il serait donc infiniment plus intéressant d’élargir le champ de recherche à l’ensemble des usages technologiques liés au maniement de la langue, en gardant évidemment votre public cible.

E : Oui, c’est vrai… et le module de TICE qui leur est dispensé ?

P : Il faudra, d’abord, vous renseigner davantage sur les contours qui définissent cet enseignement. Je parle, vous l’aurez compris, de temps, de contenu, d’évaluation. Il vous sera ensuite plus aisé de le traiter comme une de ces influences technologiques entre guillemets sur l’apprentissage de la langue.

E : Oui monsieur… donc je dois aborder toutes les nouvelles technologies qui serait susceptibles d’influencer l’apprentissage, allant des logiciels d’apprentissage de la langue à l’usage de l’Internet, de ses ressources, des réseaux sociaux,etc…

P : J’attire votre attention sur ceci précisément, en vous rappelant que ce n’est pas un choix arbitraire que vous devez faire ou une sélection exhaustive des nouvelles technologies à la mode, vous devez observer uniquement ce que l’état des lieux impose, et ne jamais généraliser ou particulariser en partant d’impressions ou d’idées reçues. Cela est valable pour le choix préalable des outils à étudier, mais également pour les conclusions théoriques qu’il faille en tirer.

E :Oui… Et le lien entre les technologies et leur usage par les étudiants sera la langue française.

P : Exactement. D’ailleurs je vous fais remarquer que vous parlez d’influence des TIC sur l’acquisition/apprentissage des langues. L’acquisition donc renverrait davantage, en ce qui concerne ce sujet, à l’usage des diverses technologies qui nécessitent un maniement de la langue française. Nous sommes là en face d’un processus inconscient, mais cognitif, qui fait partie de l’acquisition de la langue. Par ailleurs, l’apprentissage désignerait naturellement l’usage volontaire des technologies pour l’étude et l’acquisition des langues.

E : Donc je garde mon idée en élargissant mon champ de recherche comme vous me le conseillez…

P : Articulez tout cela, formulez clairement votre problématique et les points de recherche à développer, et envoyez-moi une ou deux pages qui résumeraient votre propos. Je vous convoquerai dès lors pour convenir d’un intitulé et pour régler les démarches administratives concernant ma direction. D’accord…

E : D’accord, et  merci beaucoup.

P : Allez, au travail!


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.