Littérature : un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent !

 

En Sorbonne, une étudiante croise son professeur dans un couloir et l’interpelle.

L’étudiante travaille dans le cadre de son mémoire sur l’utilisation des documents authentiques pour dynamiser la classe, le professeur lui suggère d’évoquer la littérature. 

Etudiante :    Ah bonjour monsieur, je voulais justement vous écrire pour répondre à vos dernières suggestions sur l’évocation de la littérature dans le cadre de mon mémoire. Vous avez peut-être quelques minutes ?

Professeur :   Oui oui bien sûr, je n’ai cours que dans 20 minutes, j’ai un peu d’avance.

E :       Ah très bien ! je vais faire vite. Bon, pour revenir sur la littérature,  à vrai dire je ne pensais pas  en parler dans mon mémoire. Moi je pense qu’étudier la littérature en FLE c’est délicat. Les élèves n’aiment pas ça, ça les ennuie, c’est difficile, un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent. Je préfère trouver des articles, des faits divers un peu insolites : des choses qui leur parlent ! Ça les fait participer, et encore qu’il ne faut pas que ce soit trop long, ni écrit trop petit, alors Montaigne ou Voltaire …

P :       Il y a cette idée reçue que la littérature c’est difficile, ennuyeux, un peu élitiste, mais c’est faux et on peut l’aborder dans le cadre de cours de FLE. Il faut juste se poser les bonnes questions. Quels auteurs ? Quels textes ? Comment les aborder ?

Les articles, les faits divers, ce sont des documents authentiques certes mais ils deviennent vite obsolètes. La littérature au contraire est intemporelle !

E :       Je comprends bien et je suis d’accord avec vous je suppose mais ce n’est pas moi qu’il faut convaincre, ce sont les étudiants, et ce n’est pas évident …

P :       Vous avez parlé de Montaigne, de Voltaire, la littérature ce n’est pas que ces auteurs là. Il y a beaucoup d’auteurs qui ont écrit des textes tout à fait accessibles, pleins de surprises, drôles. Si vous présentez à votre classe un document et que vous arrivez à faire en sorte qu’ils soient surpris, agréablement, alors vous avez gagné.

E :       Du coup je pense aux nouvelles, les textes sont parfois courts, voire même très cours, je pense ici à Felix Fénéon avec ses nouvelles en trois lignes mais c’est un extrême.  En revanche j’ai parcouru il y a quelques temps des recueils de nouvelles québécoises et je suis tombée sur Guillaume Corbeil, un jeune auteur. Il a même reçu des prix pour son écriture ! Son écriture m’avait vraiment séduite : un style surprenant, très dynamique, on aurait cru être à la place du personnage, entendre ce qu’il entend alors qu’il ne fait que raconter. C’était amusant … Mais ce n’est pas de la littérature …

P :       Bien sûr que c’est de la littérature ! Ce n’est pas parce que ça a été écrit après le XVIIIème siècle que ce n’est pas de la littérature. Il peut d’ailleurs être intéressant de passer par des textes contemporains pour changer le regard des jeunes sur la littérature.

L’important c’est aussi de choisir des textes en lesquels vous croyez. Si vous n’êtes pas emballée alors il est évident que vos étudiants vont s’ennuyer. On ne fait bien que ce dont on est convaincu …

E :        Oui vous avez raison, il faut aussi que je change mon propre regard sur la littérature …

P :       C’est possible. Vous savez quand vous êtes venue me voir en me disant «  ça les ennuie, Montaigne, Voltaire … »  – au passage Voltaire est un auteur tout à fait abordable en FLE, prenez Candide, les réflexions sont tout à fait contemporaines, et si vous avez peur de l’effet du nom de l’auteur sur vos étudiants vous pouvez toujours le cacher et ne le révéler que par la suite – Bref, je disais donc, vous êtes arrivée en parlant d’ennui, de difficultés d’élèves qui n’aiment pas étudier les textes littéraires, qui soufflent, et je me suis dit : elle parle d’ELLE, de SON rapport à la littérature !

E : (elle rie) Je crois bien que vous avez raison encore une fois. Je n’étais pas la meilleure en français au lycée et j’ai dû rester bloquée là dessus. Merci beaucoup, je vais me tourner à nouveau vers ces nouvelles québécoises et tenter d’en faire quelque chose, je pense que ça peut marcher. Et puis la francophonie, c’est d’actualité ! De toute façon ça vaut la peine d’essayer, et si ça marche cela représentera de nouvelles pistes pour mon mémoire ! 

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


Une réflexion sur « Littérature : un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent ! »

  1. Excellent, votre dialogue! quel plaisir à vous lire! vous signalez avec bonheur combien une recherche se lie à une biographie – même fictionnelle ! et puis vous soulevez ce magnifique problème qui est la reconsidération permanente dès qu’on est en situation de ce que c’est que la littérature… et Guillaume Corbeil a écrit L’art de la fugue (éditions L’Instant Même) – j’ai bien envie de lire ce livre (http://www.instantmeme.com/ebi-addins/im/Images/Livres/thumbs/2707.jpg) ; et puis vous écrivez ce dialogue comme une fugue. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.