La structure syntaxique comme porteuse culturelle et système de pensée : le cas du passif impersonnel en français et en mandarin

Cette recherche vise à mettre en valeur la portée culturelle des structures syntaxiques et, se nourrir de ce phénomène dans lequel elles sont justement porteuses d’éléments culturels, pour favoriser l’enseignement de celles-ci, notamment le passif impersonnel en français. Cette préoccupation émerge du constat de l’incapacité des apprenants sinophones à mettre en application ce point de grammaire dans un contexte pertinent malgré de nombreux exercices. Cela conduit à penser qu’il y a une interférence de la langue maternelle qui surpasse la structure langagière et qui est issue d’un système de pensée particulier inscrit dans la langue chinoise.

Les pratiques langagières se manifestent différemment au fur à mesure du développement de la société humaine, et son rapport avec la culture a longtemps suscité diverses discussions : nous parlions de « vision du monde » lors que la nationalisme prévalait, puis dans ce monde de globalisation nous évoquons des notions comme « représentation ». L’intention de notre étude ne vise pas à résoudre le débat entre la relation entre langue et culture, mais à prendre en compte ce rapport indéniable et de relier la langue, en tant que vecteur culturel, au système de pensée, qui varie selon des communautés ou des individus.

Un de nos objectifs est de justifier qu’apprendre une langue est apprendre à penser dans une langue. À partir de cette affirmation psycholinguistique, nous menons d’abord un analyse linguistique puis philosophique sur le passif impersonnel en français et en mandarin, ce qui aboutira à la découverte de deux systèmes de pensée différents inscrits respectivement dans ces deux langues. Étant donné l’influence du parcours langagier de chaque individu sur son propre apprentissage, nous laisserons place aux interprétations individuelles des apprenants sinophones, en recourant à l’examen de discussions autour de ce point de grammaire dans une classe de FLE.

Mots clés : vision du monde, représentation, système de pensée, parcours langagier, interférence

Bibliographie :

BOULGAKOV, S. (1991), La philosophie du verbe et du nom, Paris, L’âge d’hommes.

PAVLENKO, A. (2014), The bilingual mind: And what it tells us about language and thought, Cambridge University Press

ROBBINS, D. (2001), Vygotsky’s psychology-philosophy: a metaphor for language theory and learning, Springer

VYGOTSKY, L. S. (2003), Pensée et langage, Paris, La Dispute

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.