Comment ne plus avoir peur de la littérature ?

Exemple des manuels scolaires de français à Djibouti (Fabrice POLI)

 Je voudrais évoquer ici l’une des présentations de la journée d’études Paroles Possibles faite par Fabrice Poli (IGEN, Groupe des Lettres) sur la question des manuels scolaires de français à Djibouti.

Le français est une langue dite académique, dont le développement et la codification ont été pris en charge par de grandes institutions, notamment l’Académie française, d’où peut-être son caractère normé – caractère qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres langues. La langue française est aussi le véhicule de la culture française, et plus spécifiquement de la littérature française, depuis les chansons de gestes du Moyen-Âge jusqu’à nos jours. C’est-à-dire qu’écrire en français c’est aussi se positionner par rapport à toute un patrimoine culturel de grande envergure que les mots transmettent, bon gré mal gré.

Mais que se passe-t-il du côté de la réception ? Comment lire un texte de la littérature française ? Faut-il le sacraliser parce qu’il vient de l’une des grandes cultures de notre monde ? Peut-on le lire d’égal à égal ? Cette question se pose d’autant plus en contexte de FLE, puisque les apprenants sont confrontés à la fois à l’inaccessible du texte dit littéraire et à l’inaccessible de la culture française. Mais si l’admiration peut être un pilier de l’apprentissage, placer la littérature française sur un tel piédestal peut aussi creuser un fossé entre l’apprenant et la langue à apprendre. Autrement dit : jusqu’à quel point faut-il sacraliser la littérature française lors de son enseignement ? Peut-on au contraire tenter de l’approcher de l’élève ? Et finalement, cette vulgarisation de la littérature est-il forcément synonyme d’irrespect ?

C’est sans doute avec ces questionnements qu’ont été conçus les manuels de français de Djibouti présentés par Fabrice Poli. En effet, dans le but d’enseigner à la fois des connaissances littéraires et des connaissances pragmatiques sociales, les enseignants ont décidé d’associer à chaque genre littéraire une écriture du quotidien. Le texte quotidien est donc travaillé en regard du texte littéraire, et les parallèles entre les deux textes permettent d’en saisir à la fois les enjeux littéraires et sociaux. Ainsi, la publicité est associée à la fable, c’est-à-dire au genre argumentatif ; le fait divers à la nouvelle, c’est-à-dire au genre narratif ; l’interview au théâtre, c’est-à-dire au genre interactif. On se retrouve donc avec d’étonnants manuels qui font le pari d’enseigner la langue française à travers le récit du meurtre de la famille  X, du suicide de la femme de Y, de l’enlèvement des enfants de Z, etc…

Travailler à partir de textes du quotidien permet certainement de jouer sur la variable de la motivation dans l’apprentissage : face à ces récits héroïques de notre temps, on peut penser que la curiosité de l’élève sera décuplée, et son intérêt à comprendre et à apprendre sera renforcé par ces effets de réel. Mais peut-être faut-il voir dans cette démarche plus qu’un simple moyen d’accroche. En effet, il peut être extrêmement intéressant de travailler en profondeur sur les parallèles entre un texte littéraire (ou considéré comme tel) et un texte du quotidien, pour comprendre les enjeux sociaux du premier, et observer les effets de style du second. Ces parallèles peuvent ainsi aider à faire prendre conscience aux élèves les raisons (politiques et idéologiques) pour lesquelles a été écrit tel ou tel texte connu comme « littéraire », c’est-à-dire réinscrire le texte dans son contexte, dans son actualité, et discuter de sa portée effective. D’autre part, ce travail peut aider à déconstruire un texte du quotidien, d’en observer les rouages, et comprendre une fois encore la portée effective d’un effet de style. C’est-à-dire qu’en effectuant des aller-retour entre un texte dit littéraire et un texte quotidien, l’on favorise une compréhension de l’un qui, rétroactivement, permet à son tour une meilleure compréhension du second.

Bien mené, ce travail de dialogue entre des auteurs aux différents statuts culturels permettrait ainsi une approche de la littérature peut-être plus rationnelle, du moins plus accessible. Mais alors, a-t-on désacralisé la littérature, ou a-t-on au contraire sacralisé le texte quotidien ? Et comment intégrer à cette approche la question de la sensibilité de chaque lecteur face à un texte ? Peut-être ne faut-il pas se contenter de cette méthode pour aborder le texte littéraire. Mais il est sûrement important de continuer à imaginer une multiplicité d’approches, pour que la littérature puisse être une parole vivante.

Coline Rosdahl

M2 Recherche

24/05/2014 à 22:45 Vu 194 fois
AFRIQUE
DJIBOUTI : UN RESTAURANT VISÉ PAR UN ATTENTAT À LA BOMBE, DEUX MORTS
TAGS :
FAITS DIVERS|FRANCE-MONDE|FIL INFO

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

4 réflexions sur « Comment ne plus avoir peur de la littérature ? »

  1. « Sacraliser ou désacraliser » la littérature française durant l’enseignement de FLE ? Quelle est la place de l’enseignement de la littérature durant l’apprentissage d’une langue ? Les langues ont été apprises, traditionnellement, à travers des textes littéraires qui sont considérés comme des supports les plus autoritaires. Surtout à travers la méthode grammaire-traduction qui fait recours aux textes littéraires. Certes, la qualité des textes choisis soient assurés vue qu’ils sont les plus représentatives, mais est-ce que l’utilisation des textes durant l’enseignement assure la qualité d’apprentissage ? Cela me rappelle de ma propre expérience d’apprendre de la langue française. Durant mon apprentissage du français littéraire, on a surtout utilisé la méthode Littérature progressive du français, qui est pour but de « faire découvrir, comprendre et apprécier un choix de textes parmi les plus représentatifs de la littérature française avec une ouverture sur la francophonie. » Pourtant, à vrai dire, je n’avais pas apprécié cette expérience d’apprentissage qui était toujours monotone (repérage du mot difficile, traduction de texte, questions d’exploitation peu utiles, etc.) : éloignés des quotidiens. Le parcours initiative d’apprenant est négligé et surtout, tout programmé. La créativité et la capacité de reproduire en langue cible sont aussi négligées. Cette idée de désacraliser les textes littéraires est une belle initiative d’aider l’élève à s’approcher à la littérature, mais tout dépend de quel degré que l’on « désacralise » les textes, à tel point ?

  2. Je ne suis pas contre cette idée de « désacraliser » les textes littéraires en les associant avec des genres issus de la culture écrite ordinaire. Au contraire, je pense que cette théorie peut sûrement aider, à court terme, les élèves allophones à aborder la littérature française mais tout dépend comment cette théorie est mise en pratique. Rappelons qu’associer le fait social à un genre littéraire, à Djibouti, est une décision prise dans un contexte bien spécifique et afin que les élèves soient capables de converser parfaitement en français, de comprendre la radio, la télé etc. c’est à dire de participer à la vie de tous les jours en français. Ceci ne sera pas le cas dans d’autres contextes. Ainsi, nous ne sommes pas certains que cette démarche conviendrait dans un autre contexte. De plus, je suis restée très dubitative face aux extraits du manuel de Djibouti présentés par Fabrice Poli et je dirais même que les extraits de la rubrique « fait divers » ne m’ont pas seulement paru « caricaturaux » mais choquants. En effet, j’ai eu le fort sentiment que ce manuel était un vrai endoctrinement pour les élèves. Fabrice Poli l’a dit: les élèves se sentent plus en sécurité, dans leur pays, après avoir travaillé sur « les faits divers » du manuel. Mais ce n’est que mon avis, peut être que j’exagère. Qu’en pensez-vous ? Et puis, n’oublions pas qu’un manuel n’a pas seulement la fonction d’enseigner une langue mais il a aussi un rôle politique….

    Par ailleurs, Dominique Rabaté, je pense, nous a bien démontré qu’il ne fallait pas totalement enlever la difficulté littéraire dans l’apprentissage des langues et que découvrir « l’in-traductibilité » peut être quelque chose de très jouissif (et je pense que beaucoup de participants à ce carnet on déjà fait cette expérience, moi même comprise !) Je suis d’accord sur le fait qu’il faudrait « désacraliser » la littérature française mais je pense qu’il y a d’autres moyens que celui proposé dans les cours de FLE à Djibouti et qui seraient adéquats dans d’autres contextes. Proposer des textes de la littérature francophone qui sont beaucoup plus accessibles avant d’enseigner les grands classiques, par exemple, me semble une proposition tout à fait recevable pour à la fois donner ou redonner le goût à la lecture et ne plus avoir peur de la littérature (tout publique confondu : apprenants et professeurs de langues).

  3. Toutefois, je trouve que les éléments aperçus concernant « le fait divers » mis en regard de « la nouvelle » me semblent franchement caricaturaux quant à l’interculturalité – ceci dit, je pense que l’information a toujours tendance à ce genre de caricature ne serait-ce qu’avec l’accroche des titres et donc Djibouti est certainement autant caricaturé en France que l’est la France dans cet aperçu du manuel djiboutien. En effet, l’accumulation de ces titres décontextualisés des supports et donc des usages de ce type de production journalistique, conduit également à une caricature tant des manières journalistiques d’écrire que des modes de vie en France… Il me semble que cela nous oriente vers ce que j’appellerais la lecture critique et demande à réfléchir à tout ce qui conduit aux lectures modélisantes que ce soit en littérature ou dans tous les domaines de la littéracie.

  4. Cette intervention m’avait également interpellée lors du colloque. Il me semble que cette approche de la littérature française, trop souvent sacralisée, comme l’expliquait Coline Rosdahl, répond à un véritable problème d’accessibilité de la littérature française non seulement dans les classes de FLE mais également dans les cours de FLM. La grande majorité des collégiens se trouve complètement désemparée devant les grands textes de la littérature et on peut se demander si ce ressenti n’est pas dû à l’absence de liens entre leur quotidien, leur vie d’adolescents et ces textes qu’on leur demande de lire et de questionner. Il y a fort à parier que si ces jeunes collégiens ou lycéens faisaient une entrée en littérature telle qu’elle est proposée à travers ces manuels de Djibouti, ce sentiment d’étrangeté s’estomperait. Ils pourraient alors lire leur monde à la lumière des textes des grands auteurs et inversement, aborder la grande et belle littérature française de façon plus personnelle en faisant le lien entre leur expérience et celle d’un auteur dont la vie n’avait, en apparence, rien à voir avec la leur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *