Emile Benveniste pour vivre langage

 

Ce livre issu d’une journée à l’IUFM de Caen offre une réflexion sur l’importance de cette oeuvre pour penser l’enseignement:

Présentation:

La journée d’étude du vendredi 30 mai 2008 qui avait pour titre une citation d’Émile Benveniste, « Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité[1] ? », organisée par l’IUFM de Basse-Normandie (recherche et formation de formateurs, GRIF « les archives, la vie et la théorie du langage ») à l’abbaye d’Ardenne à Caen avec le soutien de l’IMEC, a permis de poser l’actualité vive du grand linguiste pour la recherche et l’enseignement d’au moins trois points de vue :

– tout d’abord, l’invention du « discours » ne semble pas avoir été vraiment considérée autrement qu’à travers de rapides instrumentalisations (en particulier dans l’enseignement secondaire) qui ignoraient la visée d’une théorie d’ensemble du langage ;

– ensuite, la découverte des archives « Benveniste » qui est en cours à la Bibliothèque nationale montrerait que bien des problèmes soulevés par Benveniste risquent d’être relancés pour qu’on puise considérer la portée de sa lucidité, en particulier s’agissant d’une poétique des discours ;

– enfin, Benveniste oblige à « mettre en question l’évidence » et à travailler sans cesse contre « toute notion simpliste du langage », ce qui demande à la recherche et à l’enseignement une éthique qui s’entend dans l’écriture même de Benveniste : « l’instance de discours est ainsi constitutive de toutes les coordonnées qui définissent le sujet et dont nous n’avons désigné sommairement que les plus apparentes[2] ».

Cette journée dont les actes se voient publiés aura donc été l’occasion d’encourager les travaux en cours et à venir pour que les « problèmes » de Benveniste continuent de nourrir, dans l’esprit d’une anthropologie historique du langage, tant les recherches linguistiques que didactiques attentives à la vie et la théorie du langage pour « vivre langage » puisque « le langage sert à vivre[3] ».

Le livre vient ouvrir la nouvelle collection, « Résonance générale, essais pour la poétique », liée à la revue Résonance généralecahiers pour la poétique. Ce livre a reçu le soutien de l’IUFM de Basse-Normandie.

 

Sommaire:

  • Serge Martin et Jean-François Thémines (université de Caen Basse-normandie) => présentation
  • Émile Benveniste => Manuscrits inédits
  • Chloé Laplantine (ITEM et université Paris VIII) => La poétique d’Émile Benveniste
  • Jérôme Roger (université Bordeaux IV et IUFM d’Aquitaine) => Émile Benveniste contre la doxa : l’allure pensive de l’essai
  • Laurent Mourey (lycée, Sélestat) => Benveniste, phrase, discours, littérature. Penser le langage et le poème dans les silences des programmes de l’enseignement secondaire
  • Gérard Dessons (université Paris VIII) => La place du poème dans la théorie du discours
  • Daniel Delas (université de Cergy-Pontoise) => L’aporie du sujet dans la réflexion post-coloniale
  • Serge Martin (université Caen Basse-normandie) => Émile Benveniste, aujourd’hui : la relation dans et par le language
  • Henri Meschonnic => « Partant de Benveniste » en 1970… et en 2009 (entretien et poème)

 

[1] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966, p. 261.

[2] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1op. cit., p. 263.

[3] É. Benveniste, « La forme et le sens dans le langage » (1966) dans Problèmes de linguistique générale 2, Gallimard, 1974, p. 217. Henri Meschonnic écrit significativement : « C’est pourquoi la théorie du langage a un si grand rôle. Elle est le lieu majeur où se fonde, et combat, l’historicité radicale du sens et de la société. Qui s’élabore, depuis Humboldt et Saussure, et passe par Benveniste. Benveniste a écrit que le langage sert à vivre. Je dirai que la théorie du langage, à travers l’histoire et le statut des concepts avec lesquels vit une société, et plus que d’autres sciences sociales, sinon même l’économie et les techniques, généralement jugées bien plus vitales, sert à vivre. Poétiquement et politiquement » (Modernité modernité (1988), Folio/Gallimard, 1993, p. 10-11). C’est à Henri Meschonnic et en hommage que nous prenons ce « vivre langage » :Vivre poème, éd. Dumerchez, 2005.

Un article sur Médiapart:

http://blogs.mediapart.fr/edition/revues/article/080210/resonance-generale-la-preuve-par-z

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.