Le livre de cuisine pour enfant…toute une histoire.

Pour la grande gourmande que je suis, travailler sur les livres de cuisine est apparu comme une évidence. D’autant plus que souvent ces livres, pourtant nombreux, sont mal jugés et considérés comme des ouvrages n’offrant pas matière à se questionner et à développer une pensée fournie, nourrie et bien ficelée. Certains préjugés ont la dent dure ! Voilà ce que je répondrais, en premier lieu, si on me demandait pourquoi j’ai choisi d’étudier les livres de cuisine pour enfants.
Dans un second temps, et avant de me lancer dans un discours sans fin sur les pistes que j’ai déjà examinées et les nouvelles que j’ai commencé à explorer, j’exposerais les principales questions qui me sont venues à l’esprit lorsque j’ai mis mon nez dans ces petites gourmandises littéraires: quelle place a le livre de cuisine dans la littérature de jeunesse ? Pourquoi cette considération ? Est-elle adaptée ? Il-y-a-t-il un intérêt à l’étudier avec les élèves? Et si oui, quels apports pour les apprenants ?

J’ai essayé de répondre à ces différentes interrogations dans mon TER de Master 1, or je ne crois pas, après l’avoir relu avec du recul, avoir réellement atteint mon objectif. Mon TER m’a fait penser à un soufflé aux fromages, une bonne idée à la base mais qui peut retomber bien vite et c’est ce qui s’est passé. Mon problème a été de tirer les œuvres que j’avais choisies vers ma problématique, et non pas le contraire. Je me suis intéressée à ce que j’ai appelé dans mon TER « les livres de cuisine littéraires et documentaires », et pour cela je me suis appuyée sur deux sources primaires principales : Les Poissons et les fruits de mer de Sophie Cottin et de Sylvie de Mathuisieulx, publié en 2006 aux éditions SAEP, et, La Cuisine de Nicolas de Christina Björk, publié en 1985 aux éditions Casterman. J’ai beaucoup discuté des préfaces que j’ai qualifiées de gourmandes alors qu’en fait les textes les plus intéressants, les plus riches, les plus alléchants et les plus appétissants sont les recettes elles-mêmes. L’analyse critique de mon TER m’a permis de recentrer mon sujet et de me poser les bonnes questions. Le livre de cuisine a sa place dans la littérature de jeunesse, la question n’est plus à poser, contrairement à ce que je croyais, mais qu’est-ce que le livre de recettes pour enfant ? Que renferme-t-il ? Que peut-il apporter à l’enfant et à l’élève ? Le livre de cuisine est synonyme de nourriture, de quotidien, de prescription et de réalité mais n’est-il que cela ?
« Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas », « Evitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé », « Pratiquez une activité physique régulière », « Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour » : voilà les slogans qui rythment la sortie des livres de cuisine pour enfant. En effet, les émissions et ouvrages culinaires, particulièrement ceux destinés à la jeunesse, sont les vecteurs d’une nouvelle vague : celle du fait maison et du manger bien et sain. L’objectif principal et implicite de ces produits est d’éduquer l’enfant afin qu’il devienne un adulte qui s’alimente bien, qui s’entretient et ainsi qui réussit : autrement dit, un adulte conscient, responsable et raisonnable. Un bon équilibre alimentaire est aujourd’hui synonyme d’un équilibre psychologique et intellectuel : celui qui mange bien c’est celui qui pense bien. Ou pour le dire autrement, un esprit sain dans un corps sain. Ainsi, l’éducation alimentaire est en lien étroit avec l’éducation en général. Cette vision réflexive, d’adulte, j’aimerais pouvoir la comparer avec l’opinion d’un élève à propos des livres de cuisine. J’aimerais organiser une enquête auprès d’une ou voire plusieurs classes pour savoir ce qu’ils pensent de ces ouvrages. Je leur proposerais la couverture d’un livre de recettes et en dessous deux personnages, probablement un garçon et une fille et les élèves devront créer le dialogue, faire parler les personnages. Mon objectif serait de voir si les élèves perçoivent cette dimension éducative du livre de cuisine.
Et, en effet, quoi de mieux que la nourriture pour intéresser l’enfant et le faire accéder avec envie au savoir ? La cuisine, le goût, la gourmandise résonnent comme des mots rassurants et surtout captivants pour les enfants. D’ailleurs, il est recommandé d’associer, pour les élèves, travail et plaisir. La cuisine ne serait-elle pas alors la recette gourmande et magique pour créer un apprentissage ferme et consistant ? Allier une pincée d’éducation et une poignée de gourmandise est la recette qu’ont choisie Roald Dahl et avant lui Jean-Jacques Rousseau, dans son ouvrage Émile ou de l’Education. Ce dernier indique d’ailleurs que « le moyen le plus convenable pour gouverner les enfants est de les mener par leur bouche. […] La gourmandise est la passion de l’enfance ; cette passion ne tient devant aucune autre ; à la moindre concurrence elle disparaît » (Rousseau Jean-Jacques, Émile ou de l’Éducation, 1762, édition électronique par Jean-Marie Tremblay, pp.127-128). J’ai expérimenté sa théorie en classe, lors de mon premier stage de Master 1 et je dois dire que ce fut un grand succès. Le livre de cuisine est, pour l’enfant et pour l’élève, un tremplin vers d’autres savoirs, vers d’autres saveurs : il est donc à la fois pratique et théorique. Et en particulier pour l’élève, il peut être un moyen gourmand et appétissant d’apprendre à lire les consignes à l’école.
Cependant, bien plus que des connaissances, des savoirs multiples, cuisiner, gouter, savourer c’est aussi apprendre à vivre, c’est entrer dans le monde des adultes. Ainsi, le livre de cuisine, alors souvent relégué au rang de simple livre pratique, se révèle renfermer en fait bien plus qu’une série de prescriptions culinaires, il est à lui seul un manuel de vie. La nourriture des livres de cuisine est une nourriture physique mais aussi spirituelle, culturelle.
Le livre de recette grandit l’élève, et en général l’enfant, il le fait entrer dans l’apprentissage : cet ouvrage est donc ancré dans le réel. Et pourtant, cuisiner c’est créer, inventer, imaginer, donc cet ouvrage est tout aussi synonyme de réalité que d’imagination. En effet, ce manuel terre à terre peut donner naissance à des contes gourmands, comme par exemple ceux de Roald Dahl tels que Charlie et la Chocolaterie, James et la grosse pêche ou encore Matilda. Des contes qui résonnent en chacun d’entre nous. Il peut également amener à la création, à la production d’œuvres d’art qui traduisent en image le goût des couleurs et des formes.

Ma bibliographie s’est ainsi étoffée et ouverte : elle traduit ce qu’est un livre de cuisine, tout ce qu’il renferme. L’ouvrage culinaire c’est, pour l’enfant et l’élève, la nourriture, le quotidien, la vie, le réel, la culture, la littérature et l’art en général avec toute l’imagination que ce mot comprend.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.