Quel est l’intérêt de l’apprentissage des arts dans l’enseignement élémentaire à travers l’exemple du cinéma ?


Je souhaite travailler sur l’enseignement de l’histoire des arts à l’école primaire, au cycle 3, en m’appuyant sur le cinéma. Le cinéma, bien qu’art et tout à la fois moyen d’expression déjà ancien, puisqu’il est désormais plus que centenaire, demeure encore trop souvent peu abordé à l’école ou, quand il l’est, c’est fréquemment de façon très limitée et volontiers utilitaire. J’ai réorienté le sujet de mon TER, non plus sur le cinéma comme outil et support à l’enseignement mais pour le cinéma en tant qu’art légitime.

 

Instrumentalisation du cinéma ?

 

En effet, on observe que l’école à tous les niveaux, premier et second degrés confondus, peine encore très largement à intégrer, au quotidien, le cinéma et l’audiovisuel autrement que sur le mode de leur instrumentalisation au service des apprentissages scolaires. De plus, sur le terrain, les enseignants évoquent leur manque de formation pour pouvoir aborder de façon cohérente le cinéma avec leurs élèves.

 

Dans les textes officiels

 

D’après le site education.gouv.fr « Tout au long du parcours des élèves, l’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel est présente sous différentes formes. Elle contribue à l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences que chaque élève doit maîtriser à l’issue de la scolarité obligatoire. […] L’école donne une place importante au cinéma et à l’audiovisuel dans le cadre plus large de l’éducation à l’image. La première pratique culturelle des jeunes est celle de l’image : cinéma, photo, télévision, jeux vidéo, Internet. Dès l’école primaire, l’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel permet aux élèves d’acquérir une culture, d’avoir une pratique artistique et de découvrir de nouveaux métiers ».

L’éducation à l’image tient une place très importante dans les programmes de 2002. En effet, d’après sa définition dans Le Petit Larousse Illustré, le mot « regard » signifie  : action, manière de regarder. Il s’agit donc d’apprendre aux enfants à regarder différemment en aiguisant leur esprit critique face à la prolifération d’images qu’ils reçoivent.

 

« École au cinéma »

 

Je pense m’appuyer sur le dispositif « École au cinéma » qui a pour mission de sensibiliser les élèves du 1er degré au 7e art, sur le temps scolaire. Le CNC définit le rôle de l’association ainsi : « École et cinéma propose aux élèves, de la grande section de maternelle au cours moyen (CM2), de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Ils commencent ainsi, grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, une initiation au cinéma ».

L’initiation au cinéma consite tout d’abord à montrer le chemin des salles de cinéma ainsi que des films qu’ils n’iraient pas voir d’eux-mêmes. Le but est d’enrichir la culture des élèves, afin qu’ils aient une culture commune, mais aussi de découvrir le cinéma comme un art à part entière. Le cinéma devient un lieu d’échange d’une pratique culturelle, de partage et de lien social qui rend l’enfant non plus passif mais spectateur actif.

Comment exploiter de façon pédagogique la vision d’un film?

  • Sera-t-il sujet de discussion, d’appréciation, de réflexion ou encore d’analyse?
  • Comment conduire en classe de telles discussions, réflexions ou analyses?
  • Comment amener les jeunes spectateurs à dépasser le simple plaisir cinématographique pour tirer un enseignement – au sens le plus fort du terme – de ce qu’ils ont vu?

 

Un cas concret : Hugo Cabret

Affiche du film Hugo Cabret.

 

De plus, afin de m’appuyer sur un cas concret, je prendrai l’exemple du film Hugo Cabret de Martin Scorsese sorti en salle en 2011. C’est un film d’aventure mais aussi un hommage de Martin Scorsese aux pionniers du 7e art, et surtout à l’un de ses visionnaires, George Méliès. Ce film permet ainsi la mise en place des repères fondamentaux de l’histoire du cinéma, la sensibilisation des élèves à la construction et aux enjeux du récit filmique ainsi qu’une approche critique. Hugo Cabret offre une occasion précieuse de sensibiliser les jeunes élèves à ce qui est sans doute la forme cinématographique la plus exotique et inaccessible qui soit pour eux : le cinéma muet. A travers les aventures palpitantes d’un garçon de leur âge, ils découvriront les débuts du cinématographe et comprendront que le cinéma a une longue histoire.

 

 

 

 

  • Comment documentaire et fiction peuvent-ils se chevaucher au sein d’une même œuvre ?
  • Comment la continuité narrative est-elle modifiée avec l’utilisation de flashbacks ?
  • Quel est l’intérêt historique et cinématographique du film ?

Bibliographie

BERGALA Alain, L’hypothèse cinéma : petit traité de transmission à l’école et ailleurs, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, Paris, 2006.

Ce livre suggère des propositions concrètes pour une initiation au cinéma. La question centrale est de savoir comment enseigner le cinéma comme art dans le cadre de l’école.

 

DALMAIS Hervé, Cinéma à l’école, école du cinéma, A. Colin-Bourrelier, collection Pratique Pédagogique, 1988.

 

Dossier : « Éducation au regard : l’exemple du 7e art. Quand l’école fait son cinéma », in Animation et Éducation n°229-230, Juillet-Octobre 2012, pp 17-68.

Dossier consacré à l’éducation artistique où le cinéma tient toute sa place.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.