Compréhension et non-sens dans Okilélé : un paradoxe pour apprendre à comprendre ?

 

Tout au long de sa scolarité et dès son plus jeune âge, l’enfant est placé face au Livre. Il est confronté à toutes sortes d’ouvrages et d’histoires, allant du texte le plus simple au plus résistant. Pourtant, il est clair qu’il ne s’agit pas d’attendre de sa part une analyse fine et poussée des livres et des histoires qu’il peut lire. De même, on ne lui demande pas forcément de comprendre, c’est-à-dire de saisir par l’esprit, l’intelligence ou le raisonnement, tout ce qu’il lit. Ce qu’on lui demande, c’est de se placer en tant que lecteur, de réussir à s’approprier l’histoire et de parvenir à lui donner du sens, à titre personnel. Il doit trouver son compte dans tout ce qu’il lit mais aussi prendre du plaisir à lire.

Partant de ce principe, il est donc essentiel voire indispensable de favoriser autant que possible la compréhension que peut avoir un enfant face à une histoire. Claude Ponti, comme il le confirme1, écrit des textes résistants, qui supposent relecture et discussion.

Okilélé est un ouvrage difficile, tant au niveau du sujet choisi que de la compréhension de l’histoire. En effet, l’enfant qui va lire Okilélé ne va probablement pas saisir toute la portée de l’histoire, bien qu’il en saisisse l’essentiel. Dans cet album, Claude Ponti nous entraîne dans un univers particulier, dans lequel tout n’est pas compréhensible : comment interpréter l’épisode de l’arbre ? A quoi servent les liens du parlophone ? Il laisse à chacun le soin d’analyser et d’imaginer l’histoire, en fonction de ses connaissances personnelles et de sa capacité d’imagination. Ainsi, le fil suivi par Okilélé ne fait-il pas référence au Fil d’Ariane que Thésée suivit pour sortir du labyrinthe où vivait le Minotaure ? Où ce fil conduit-il Okilélé et que va-t-il lui arriver ?  Et surtout, il permet à chacun de donner le sens qu’il souhaite donner à l’histoire qui lui est proposée, rien que par le fait qu’enfants et adultes ne vont pas avoir la même lecture de l’histoire.

 

Okilélé, page 32

Ainsi, après m’être interrogée sur la direction que devait prendre mon travail de recherche, je me suis aperçue que mes interrogations portaient principalement sur la compréhension que les enfants pouvaient avoir d’une œuvre, en l’occurrence  la compréhension qu’ils pourraient avoir d’Okilélé, texte résistant et sujet à différentes compréhensions possibles.

Restait alors à savoir pourquoi et avec quels enfants l‘utiliser. Il est apparu que cet album est recommandé en cycle 2, c’est-à-dire  en Grande section, au CP et au CE1. Il semble que l’utiliser au CP, alors que les enfants commencent seulement à maîtriser les bases élémentaires du déchiffrage de la lecture relève d’une réelle difficulté. Alors qu’on cherche à enseigner aux enfants ce qu’est lire, en incluant à la fois la notion de déchiffrage mais également celle de compréhension, on pose à l’enfant une difficulté majeure : donner du sens à ce qui pourrait sembler ne pas en avoir. C’est pourtant en partie pour ces raisons que j’ai choisi de présenter cet album en me basant sur les réactions éventuelles d’enfants de CP, débutants dans la lecture, pour lesquels l’apprentissage de la lecture est un enjeu important.

Peu à peu, mes recherches m’ont amenée vers la notion de Non-sens, qui m’apparaît comme intéressante. En effet, comment aborder le non-sens d’un livre tel qu’Okilélé alors que nous demandons aux enfants de comprendre ce qu’ils lisent ? Est-il seulement possible d’utiliser une œuvre dans laquelle le non-sens apparaît avec des enfants débutants dans la lecture ? Quel impact cela peut-il avoir sur un enfant ? L’enfant peut-il apprécier ce type de livre et pourquoi ? Pourquoi un enfant va-t-il s’intéresser à ce type de  livre ? En quoi présenter un livre de Claude Ponti à des élèves de CP, en plein apprentissage de la lecture, peut-il ou non favoriser le développement de compétence en compréhension, si derrière le terme de compréhension, nous mettons l’idée de comprendre le sens, le fonctionnement, la nature, etc., de quelque chose

Ce sont ces questions auxquelles je vais tenter de répondre. Ainsi, j’ai effectué une brève sélection bibliographique dans laquelle je m’intéresse à la fois à l’œuvre de Claude Ponti d’une manière générale mais aussi à l’apprentissage de la lecture et à son incidence sur l’enfant, tant psychologique que scolaire. Je lie à ces deux thèmes d’étude principaux la notion de Non-sens, sur laquelle je pense centrer mon travail de recherche.

__________________________________________
1. « Dans nos livres à tous les deux, la lecture est toujours à plusieurs étages. Tu peux revenir plusieurs fois, tu découvriras toujours des choses. »   http://www.crilj.org/archives/4728  Interview  de Claude Ponti et François Place, faite par eux-mêmes.

 

Bibliographie :

PONTI Claude, Okilélé, L’Ecole des loisirs, 1993

PONTI Claude, Le jour du Mange-poussin, L’école des loisirs, 1993

PONTI Claude, Tromboline et Foulbazar, Les épinards, l’Ecole des loisirs, 1994

PONTI Claude, Pétronille et ses 120 petits, L’école des loisirs, 1999

Il s’agit d’une bibliographie peu fournie de Claude Ponti, qui sera enrichie au fur et à mesure de mes recherches.

 

Tromboline et Foulbazar

BENAYOUN Robert, Les dingues du non-sens, de Lewis Carroll à Woody Allen, Paris, Seuil, 1986

CAUWE Lucie, Ponti Foulbazar, Paris, L’École des Loisirs, coll. « Tout sur votre auteur préféré », 2006, 95 p.

CHAUVEAU Gérard, Comprendre l’enfant apprenti lecteur, Retz, coll. Petit Forum, 2010

CHENOUF Yvanne, Lire Claude Ponti encore et encore, Paris, Etre, coll. Boite A Z’outils, 2006

TAUVERON Catherine, Lire la littérature à  l’école : pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM2, Paris 6e : Hatier, coll. Hatier pédagogie, 2002

VAN DER LINDEN Sophie, Claude Ponti, Etre éditions – 2000

 


Une réflexion sur « Compréhension et non-sens dans Okilélé : un paradoxe pour apprendre à comprendre ? »

  1. Ce qui est étonnant, c’est la fascination singulière des enfants pour les livres de Claude Ponti (j’ai pu le constater avec les miens!), comme si, justement, la résistance du texte et la part de non-sens offraient un surplus d’excitation (émotionnelle ? intellectuelle? poétique?). Le tout couplé à des images elles-mêmes porteuses d’étrangeté familière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.