Un parcours culturel avec le cirque

État d’avancement de mon mémoire sur le thème du parcours culturel et du cirque.

Mes recherches autour des parcours culturels m’ont amenée à constater qu’ils s’intègrent au volet culturel des projets d’école. Au delà du domaine des Arts visuels, le parcours culturel tend à offrir aux élèves une vue d’ensemble sur les différents Arts: de l’espace, du langage, du quotidien, du son et du spectacle vivant. Par son projet culturel, l’enseignant veut amener l’élève à une appropriation de l’Art, par la rencontre, la manipulation mais aussi la mémorisation. Cette mémorisation nécessite une trace institutionnelle qui prend forme dans le cahier culturel de l’élève. Ce cahier le suivant jusqu’au collège. Le parcours culturel peut être associé à un parcours initiatique qui guide l’élève sur le chemin de l’Art. Ce parcours est pensé pour donner envie aux élèves d’aller plus loin, de s’engouffrer dans la culture en fréquentant de nouveaux lieux, de nouvelles œuvres. Il intègre par ailleurs la rencontre avec des artistes qui permet une transmission directe entre le créateur et le spectateur. Les manipulations attendues dans un parcours culturel entraînent une mémorisation d’autant plus forte chez l’enfant qui stimule par là sa mémoire procédurale. Le parcours culturel doit également s’appuyer sur la découverte des lieux du patrimoine se trouvant dans l’environnement plus ou moins immédiat de l’enfant.
Le thème du cirque semble tout à fait propice à l’élaboration d’un tel parcours. Les Arts du cirque touchent effectivement les six domaines de l’Art.
Lors de mon stage à l’école maternelle de Rots, j’ai pu observer comment ce thème a été exploité dans l’ensemble des activités réalisées par les élèves. Je me suis donc nourrie de ce que je voyais et j’ai moi-même élaboré deux séquences en lien avec le cirque.
La première est une séquence d’Art visuel portant sur la confection de pâte à sel afin de produire des personnages du cirque. Les enfants réalisaient la pâte puis lui donnaient une forme, bien sûr j’étais là pour les guider, leur donner des exemples de modelage, les aider à réaliser leur personnage. Dans un deuxième temps, ils ont pu peindre leurs productions. Les enfants maitrisant mieux la peinture que le modelage, je leur ai laissé une plus grande liberté quant au choix des couleurs et à la façon de peindre. Cette activité a permis aux enfants de découvrir une technique de modelage, d’exercer leur motricité fine et de travailler sur les références et les représentations qu’ils pouvaient avoir du cirque.
La deuxième séquence relève de la motricité. Nous avons travaillé pendant cinq séances sur des activités motrices relevant de l’art du cirque et les enfants ont pu en sixième séance présenter, un par un, un petit numéro de cirque au reste de la classe. Cette découverte a été enrichie par un spectacle de cirque que des collégiens sont venus donner à l’école et par une initiation au diabolo et aux assiettes chinoises faite par ces mêmes collégiens.

Parallèlement à ces séquences, la maitresse leur a lu des albums sur le thème du cirque, elle a également construit l’ensemble de ses ateliers autour de ce thème. Il faut par ailleurs noter qu’avant que nous arrivions en stage les enfants étaient allés voir le cirque Pinder.
Finalement dans cette classe le thème du cirque a envahi tous les apprentissages et a permis aux enfants de découvrir l’univers du cirque.
Pouvons-nous maintenant considérer que ce choix pédagogique relève d’un parcours culturel ?
Les enfants ont découvert l’univers du cirque grâce à différentes activités très diversifiées. Cependant nous ne pouvons par encore parler de parcours culturel. Il aurait fallu qu’une réelle rencontre avec des artistes de cirque se fasse, que l’histoire du cirque soit abordée et que l’enseignant fournisse plus de références culturelles et artistiques. Par exemple le tableau circus de Chagall aurait pu être exploité en classe ou encore les travaux de Calder ainsi que son film sur le cirque. Par ailleurs les enfants ne possèdent pas de cahier culturel qui leur serait utile à la mémorisation. Ils ne gardent finalement pas de trace des expériences qu’ils ont pu vivre ou du travail qui a été réalisé. Le travail initié devra alors être étoffé pour répondre aux exigences du parcours culturel et amener les enfants à une ouverture sur l’Art.
Dans mon mémoire je pourrais donc essayer de compléter ce travail avec de nouvelles références afin qu’il puisse s’inscrire dans un vrai parcours. Cette observation en stage sera donc mon point de départ pour élaborer mon propre parcours culturel autour du thème du cirque. Je m’efforcerai d’exploiter par ailleurs les différents domaines des Arts pour que mon parcours soit le plus complet possible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.