Histoire de fantômes (Didi-Huberman), une exposition au Fresnoy (Tourcoing)

                                           Compte-rendu de l’exposition Histoire de Fantômes pour les grandes personnes de Georges DIDI-HUBERMAN et Arno GISINGER

L’exposition conçue par G. Didi-Huberman pour le Frenoy-studio de Tourcoing est une adaptation pour des questions de budget et de place, de son exposition d’origine, Atlas-Comment porter le monde sur son dos ?. Cette exposition d’origine était un hommage à la planche 42 d’Aby Warburg qui a pour thème la lamentation des morts et la « survivance ».

Aby Warburg s’était persuadé qu’il était en partie responsable des massacres de la seconde guerre mondiale car son père, banquier, s’était enrichi pendant la guerre. Cette idée l’a travaillé jusqu’à ce qu’il en devienne fou et c’est de cette phase de folie que sont nées ses fameuses planches.
Warburg cherchait les « survivances », c’est à dire les points communs, les similitudes que l’on peut retrouver dans le vaste champ des Arts visuels, de l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Par ce travail, il a fait émerger une nouvelle façon de penser l’histoire des Arts faisant abstraction de la chronologie et se basant sur les ressemblances et les associations possibles, créant ainsi des constellations d’images, des Atlas. La planche 42 apparaît presque comme un moyen de thérapie que Warburg se serait construit pour se débarrasser de ses tourments, et l’ensemble de son travail semble avoir été élaboré afin de clarifier et de contrôler ses pensées.

Pour l’exposition du Frenoy, G. Didi-Huberman reconstruit sa propre constellation, son Atlas autour du thème de la lamentation des morts. Son travail comprend un agencement de photographies et de films accompagnés d’une bande sonore, projetés au sol de la grande nef du Frenoy. L’exposition se regarde depuis la coursive ce qui donne l’impression de se pencher sur une mer d’images en mouvance. Le thème est le même que pour la planche 42 de Aby Warburg mais les références vont de l’art classique aux cinémas moderne et contemporain en passant par des images d’actualité politique.

 

 

G. Didi-Huberman pour l’exposition du Frenoy a également fait appel au photographe Arno Gisinger. Celui-ci est venu photographier l’exposition d’origine montée à Hamburg en 2011. En s’attardant sur certains détails, certains moments particuliers de la prise de vue ou du montage de l’exposition Gisinger a finalement fait émerger un nouveau regard, une nouvelle constellation d’images. Au Frenoy ce nouvel Atlas de l’Atlas se manifeste par un enchainement de photographies courant sur les 115 mètres des murs des coursives.

L’exposition présentée au Frenoy permet donc à G.Didi-Huberman de prolonger son travail sur la planche 42 de Warburg mais l’intervention d’Arno Gisinger apporte un nouveau regard, un nouvel axe de réflexion qui dynamise l’exposition d’origine tout en étant dans la continuité des travaux de Warburg et de D.D.Huberman par la création d’une nouvelle constellation.

 

Le dossier de presse de l’exposition: http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.