Pourquoi et comment mobiliser l’activité fantasmatique de l’élève? Pour une lecture subjective du Roi des Trois Orients.

   

Naissance du sujet de mémoire

    D’après Wolfgang Iser, « L’auteur et le lecteur prennent donc une part égale au jeu de l’imagination (…). La lecture ne devient un plaisir que si la créativité entre en jeu, que si le texte nous offre une chance de mettre nos aptitudes à l’épreuve. ». Pour tenter de réfléchir à une problématique, je suis partie d’une question très générale que je me posais : comment développer le plaisir de lire chez les élèves en se plaçant dans une pédagogie constructiviste où l’enfant est au cœur de ce qu’il apprend ? En parcourant de nombreux ouvrages et articles, j’ai pu constater que la lecture subjective faisait de nos jours l’objet de nombreuses recherches et permettait de développer le plaisir de la lecture chez les élèves. Comment alors faire naître le sujet lecteur réel dans le sujet scolaire ? Comme je l’ai expliqué dans mon projet de mémoire, j’ai choisi l’album Le Roi des Trois Orients de François Place qui me permettait d’étudier la dimension fantasmatique de la lecture subjective avec des élèves de fin de cycle 3. Il faut entendre par «lecture subjective » la manière dont le lecteur empirique réagit par rapport à une œuvre en faisant intervenir ses émotions, ses sentiments, son imagination. D’après Nathalie Lacelle et Gérard Langlade, l’activité fantasmatique correspond à la manière dont le lecteur « (re)scénarise des éléments d’intrigue à partir de son propre imaginaire ». Je me suis alors posé un certain nombre de questions spécifiques pouvant être traitées dans mon sujet afin de trouver ma problématique de départ : En quoi l’album de François Place permettrait de mobiliser l’activité fantasmatique des élèves ? La lecture du Roi des Trois Orients ne pourrait-elle pas inciter les élèves à écrire sous le masque des personnages ? Quelles sont les frontières entre illustrations (représentations) et images mentales dans l’album? Comment l’élève construit-il le sens de l’album en rescénarisant des éléments du décor et les pensées des personnages? Quelles sont les activités que l’enseignant peut mener en classe pour permettre à des élèves de CM2 d’investir pleinement la dimension fantasmatique de la lecture subjective? Tous ces problèmes spécifiques peuvent s’articuler autour de ma problématique de départ: pourquoi et comment mobiliser l’activité fantasmatique de l’élève à travers Le Roi des Trois Orients ?

Passage à un questionnement professionnel : des illustrations ouvrant l’espace de fiction ?

J’ai choisi de me pencher sur un point particulier de mon mémoire, à savoir, la mobilisation de l’activité fantasmatique de l’élève de CM2 à l’aide des illustrations de François Place. Pour cons-truire mes outils de recueil de données, je me suis appuyée sur des sources bibliographiques me permettant de construire un cadre théorique. L’article de Françoise Demougin « Lecture d’images et (re)positionnement du lecteur » m’a permis d’ouvrir quelques pistes notamment sur les manières dont la présence d’images peut modifier la posture du lecteur. Le rapport texte-image favoriserait une lecture émotionnelle permettant à l’élève d’investir la dimension fantasmatique de la lecture. Françoise Demougin pense l’image comme « une direction donnée », « en aucun cas une pléni-tude », mais bien au contraire, une porte ouverte vers la lecture subjective et vers la libre imagina-tion de chaque lecteur. Les images pourraient aussi permettre aux élèves en difficulté de dialoguer aisément avec le texte. Catherine Tauveron confirme cette idée en proposant un dispositif à déve-lopper en classe pour travailler la subjectivité de la lecture, à savoir, le dessin. Il pourra être intéres-sant de faire dessiner des élèves dans le mesure où certains ont du mal à mettre des mots sur leurs images mentales, leurs pensées, leurs sentiments. Le commentaire des dessins devant la classe pour-ra être aussi pertinent dans la mesure où il montre comment l’élève a investi la dimension fantasma-tique de la lecture. Enfin, l’article d’Annie Rouxel « Pratiques de lecture : quelles voies pour favori-ser l’expression du sujet lecteur ? » m’a permis de penser à des perspectives didactiques très inté-ressantes. Lors des activités que je proposerai, je devrais penser la classe comme un « lieu d’émergence et de confrontation des lectures subjectives » en veillant à laisser les élèves s’exprimer librement sur leurs lectures.
Etant dans une classe de CM2 pendant mon stage, j’ai commencé à construire mon recueil de don-nées en formulant une hypothèse de départ guidant ma recherche : Les illustrations de François Place constituent une porte d’entrée vers la lecture subjective et la mobilisation de l’activité fantas-matique des lecteurs grâce à de nombreux éléments iconographiques que nous tenterons d’identifier. Il serait pertinent de comprendre comment l’image entre en complémentarité et en coo-pération avec le texte dans cet album.

Enquêtes engagées et envisagées : lecteurs subjectifs en CM2 ?

Une fois ce cadre théorique construit, j’ai pensé à deux séances de lecture subjective que je pour-rais mettre en place au cours de mon stage dans une classe de CM2 de 26 élèves à Dives-sur-mer.
D’abord, j’ai lu et donné un passage du Roi des Trois Orients aux élèves sans leur montrer l’illustration présente sur la double page. Voici le passage lu aux élèves : « Des bêtes affolées ont perdu leur chargement, elles s’écartent de la route et se jettent dans les abîmes. La Grande Ambassade doit progresser sous les rafales, des rochers suspendus au-dessus de sa tête, un précipice à ses pieds, et, tout au fond, le fracas d’un torrent. On a confié les enfants, blottis au fond des paniers solidement arrimés, aux animaux les plus sûrs, parce qu’ils savent mettre leur pas dans les traces de ceux qui les ont précédés ». Je leur ai demandé d’essayer d’imaginer l’illustration pouvant accom-pagner ce texte. Ensuite, j’ai laissé des élèves s’exprimer devant le groupe classe sur leur dessin afin de favoriser les confrontations de lectures subjectives. Les élèves se posaient des questions entre eux, demandaient à certains d’apporter des compléments pour expliciter des parties de leur dessin. J’ai ensuite présenté l’illustration de François Place aux élèves et lançais un petit débat autour de 4 questions posées aux élèves :

– Es-tu déçu par l’illustration de l’auteur ? Pourquoi ?
– Le texte et/ou l’image te font-ils peur ? Pourquoi ?
– Le texte et l’image te font-ils penser à quelque chose que tu connais (souvenir personnel, film, autre lecture) ?
– Est-ce que tu pourrais imaginer ce que disent les personnages derrière la montagne ? A ton avis, que disent ou pensent-ils ?

Place François, Le Roi des Trois Orients, Paris, Rue du monde, 2006, p. 18-19.
Cette séance s’est déroulée en demi-groupe et a été enregistrée. Je n’ai pas encore fini d’analyser les productions des élèves. Néanmoins, j’ai constaté que certains élèves étaient déçus par le fait que l’on distingue mal les personnages, ou encore par le fait que certains éléments du texte ne sont pas présents dans le dessin comme par exemple le torrent que certains avaient représenté. L’œuvre de François Place ne permet-il pas alors aux élèves d’imaginer eux-mêmes des éléments de l’intrigue en faisant appel à leur imagination ? J’ai aussi pu voir que les élèves avaient de nombreuses idées pour imaginer les paroles des personnages. Certains ont même inséré des bulles à leurs dessins pour faire parler les personnages et mettre en avant la peur ressentie.

J’ai aussi élaboré un questionnaire pour mieux comprendre le rapport texte-image dans l’album de François Place (trois questions générales, puis trois questions spécifiques à la quatrième double page de l’album) et déterminer les éléments iconographiques permettant la mobilisation de l’activité fantasmatique des élèves.

1. Aimes-tu lire? Pourquoi?
2. Préfères-tu un livre quand il est accompagné d’images? Explique pourquoi.
3. Es-tu parfois déçu par une image accompagnant un texte? Pourquoi?

Place François, Le Roi des Trois Orients, Paris, Rue du monde, 2006, p. 12-13.
4. L’illustration te plait-elle? Pourquoi?
5. Quelle partie de l’image préfères-tu? Explique pourquoi.
6. Le fait qu’il y ait beaucoup de détails dans l’image te gêne t-il?
7. Aimerais-tu voir un peu mieux le visage des personnages? Pourquoi?

Je n’ai pas encore analysé toutes les réponses des élèves mais elles devraient me permettre de tisser des liens entre les spécificités des illustrations de François Place (par exemple, visages allusifs, mul-tiplicité d’éléments, arrière plan pouvant favoriser l’expression de l’imagination des lecteurs comme on le voit ici grâce à la forêt) et l’activité fantasmatique des élèves. La citation de Françoise De-mougin ( « L’image ne peut être entendue comme un redoublement de présence, mais au contraire comme quelque chose qui ouvre l’espace de fiction, une manifestation qui ouvre au regard ») pour-rait alors être mise en perspective avec mes résultats.

Autres perspectives de recherche : de la lecture subjective à l’écriture

    Il me semble pertinent d’étudier les liens possibles entre lecture subjective demandant la rescénarisation (du décor, des personnages, de l’intrigue) et production écrite. Un deuxième point de mon travail de recherche tentera sûrement de répondre à la question suivante : Comment penser le lecteur dans l’interstice entre réception et production ? Je pense donc restreindre l’ambition du carnet de lecture et développer les bulles de commentaires. Ainsi, il sera plus facile pour tous les élèves de la classe d’écrire sous le masque des personnages de la Grande Ambassade. La construction d’un projet d’écriture pourrait être une manière de mobiliser l’activité fantasmatique des élèves de fin de cycle 3. Je pourrais réfléchir à un parcours d’écriture progressif qui mènera à la production des bulles de pensée des personnages.

Bibliographie

Voici la liste des ouvrages m’ayant permis de bâtir mon projet de mémoire accompagnée de nouvelles références mises en valeur :

Œuvre littéraire :

• Place François, Le Roi des Trois Orients, Paris, Rue du monde, 2006.
Il s’agit d’un conte racontant le voyage de la Grande Ambassade qui va rendre hommage au Roi des Trois Orients. Ce long cortège d’hommes et de femmes semble parcourir la terre entière avant d’arriver jusqu’au mystérieux royaume.

Ouvrages critiques:

• Chenouf Yvanne, « Quatre points du carnet de lecteur. Des lignes d’écrivain à la page d’écriture », Les actes de lecture n°87, Paris, septembre 2004, p. 22-30.
Cet article m’a permis de comprendre facilement ce qu’était le carnet de lecture (« petit outil pour « réaliser » cette nouvelle relation aux textes, donner corps à ce jeu intérieur entre le lecteur, l’auteur et le texte. (…) Une sédimentation en cours dans un terrain toujours retravaillé ») et les enjeux sous-jacents à sa pratique en classe en donnant des exemples que je peux transposer au cycle 3.

Demougin Françoise, « Lecture d’images et (re)positionnement du lecteur », in Rouxel Annie & Langlade Gérard, Le sujet lecteur Lecture subjective et enseignement de la littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004 p. 317-328.
Cet article m’a permis de construire le cadre théorique autour de mon recueil de données. Je me suis en effet interrogée sur le rapport textes-images dans l’album choisi. Quel rôle joue la présence des illustrations de François Place quant à l’activité fantasmatique des élèves ? Comment le lecteur investit la dimension fantasmatique de l’œuvre à l’aide des illustrations ?

• Doquet-Lacoste Claire, « Ecrits intermédiaires, Ecritures intermittentes. Carnets, notes, bribes de science » , Langage et société n°127, Paris, Maison des sciences de l’homme, mars 2009, p. 7-22.
Cet article m’a permis de recueillir des éléments théoriques concernant le rôle qu’avaient les traces présentes dans les carnets ou les notes. Ces écrits intermédiaires permettent l’expression, la fixation et la constitution de la pensée. Ces éléments pourront être reliés à mon sujet dans la mesure où l’enseignant pourra peut-être comprendre l’activité fantasmatique des élèves en les incitant à produire un carnet de lecture. Comment l’écriture peut-elle permettre de remonter aux représentations de lecture des enfants ?

• Jeannin-Corbin Magali, « Le lecteur et l’espace de la lecture dans Le Roi des Trois Orients », Ici et ailleurs, L’Atelier du Grand Tétras, janvier 2012.
Cet article m’a aidé à rattacher des articles très théoriques à l’album que j’avais choisi. Il m’a ouvert de nombreuses pistes d’étude sur les manifestations de la lecture subjective dans l’album de François Place et m’a permis de commencer à tisser des liens entre les images visuelles (paysages variés) et espace en construction dans l’esprit de l’enfant lecteur.

Jouve Vincent, « La lecture comme retour sur soi : de l’intérêt pédagogique des lectures subjectives » in Rouxel Annie & Langlade Gérard, Le sujet lecteur Lecture subjective et enseignement de la littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 105-114.
Cet article nous permet de voir que le plan affectif et le plan intellectuel de la lecture sont tous deux affectés par la subjectivité. Les lecteurs font intervenir la dimension subjective de la lecture en se représentant la scène (construction d’images mentales) et en interprétant des éléments constitutifs de l’histoire (« lieux d’incertitude »). Les propositions méthodologiques proposées par Vincent Jouve m’ont aidée à construire mon recueil de données dans une classe de CM2 à Dives-sur-Mer. Je suis partie du rapport personnel au texte par le biais d’un dessin.

• Lacelle Nathalie & Langlade Gérard, « Former des lecteurs/spectateurs par la lecture subjective des oeuvres » in Dufays Jean-Louis, Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui, pour quoi faire? Sens, utilité, évaluation, Belgique, Presses universitaires de Louvain, 2007, p. 55-64.
Cet article m’a permis de réellement comprendre ce qu’était la lecture subjective et de déterminer avec précision comment le lecteur reçoit et transforme l’œuvre lue. Il m’a donc permis de distinguer aisément les différents aspects de la lecture subjective et d’orienter mon choix sur l’activité fantasmatique.

• Le Bouffant Michel, Lectures et Lecteurs à l’école, Paris, Bertrand Lacoste, 1998, p. 96-99.
Ces quelques pages m’ont donné envie de m’intéresser plus particulièrement à l’activité fantasmatique présente dans la lecture subjective. Michel Le Bouffant interroge la place de l’imaginaire et de l’imagination dans l’acte de lire. Une citation m’a particulièrement interpellée (« Apprendre dans le creux des mots à imaginer ce que les mots n’ont pas encore dit, apprendre à lire ou relier ensemble des territoires éloignés ») et me semble intéressante à étudier dans mon travail de recherche sur les illustrations présentes dans l’album.

• Louichon Brigitte, La littérature après coup, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 62-63.
Ces deux pages m’ont permis de découvrir une citation d’Iser que j’exploiterai pour mon mémoire : « L’auteur et le lecteur prennent donc une part égale au jeu de l’imagination (…). La lecture ne devient un plaisir que si la créativité entre en jeu, que si le texte nous offre une chance de mettre nos aptitudes à l’épreuve. ».

• Louichon Brigitte, « Les rayons imaginaires de nos bibliothèques intérieures », in Louichon Brigitte & Rouxel Annie, Du corpus scolaire à la bibliothèque intérieure, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 177- 180.
L’idée d’une « bibliothèque intérieure » de chaque lecteur peut être intéressante à mettre en perspective avec mon sujet. Comment les lecteurs du Roi des Trois Orients investissent la dimension fantasmatique de l’album en le faisant converger avec d’autres œuvres lues ?

• Martin Serge, « Vers le sujet du poème dans les lectures/ écritures », Le français aujourd’hui n° 153, Paris, Armand Colin, 2006, p. 53-59.
Cet article m’a permis de réfléchir aux liens possibles entre lecture subjective et écriture. Un projet d’écriture autour du Roi des Trois Orients permettrait à l’élève de cycle 3 de « trouver sa voix avec la voix de l’œuvre ». Je pourrais imaginer que les élèves écrivent les paroles de quelques personnes de la Grande Ambassade au cours de l’expédition. Une citation m’a particulièrement plu « Une œuvre, si elle agit, ne cesse d’agir comme une lecture/écriture ; si elle engage, ne cesse de se construire » et me semble très pertinente à étudier avec l’album que j’ai choisi.

• Rouxel Annie, « Pratiques de lecture : quelles voies pour favoriser l’expression du sujet lecteur ? », Le français aujourd’hui n°157, Paris, Armand Colin, 2007, p. 65-73.
Cet article permet de comprendre l’intérêt que représente la lecture subjective dans les classes. Il propose quelques perspectives didactiques très intéressantes. Si on travaille sur la dimension subjective de la lecture avec des élèves, l’enseignant devra sans cesse favoriser l’expression personnelle des lecteurs et penser la classe comme un « lieu d’émergence et de confrontations de lectures subjectives » où chacun peut s’exprimer librement sur la manière dont il perçoit, ressent, imagine un texte, des personnages, ou encore un décor.

• Tauveron Catherine, Lire la littérature à l’école Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? de la GS au CM, Paris, Hatier, 2002, p. 166.
Cette page m’a permis de penser à l’articulation entre dessin et lecture subjective. Pour des élèves en difficulté, le dessin peut être plus efficace que l’écriture pour comprendre l’activité fantasmatique du lecteur.


2 réflexions sur « Pourquoi et comment mobiliser l’activité fantasmatique de l’élève? Pour une lecture subjective du Roi des Trois Orients. »

  1. Bonjour,

    J’aimerais qu’on se mette en contact parce que je m’intéresse au même sujet dans le cadre de ma thèse.

  2. Bonsoir Lise Leroux,

    Mon sujet de thèse porte sur la lecture subjective. Puis-je avoir ton mail pour échanger ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.