Vous avez dit “polyvalence”

La revue Eduquer fait un appel pour un prochain numéro autour de la notion de polyvalence. Je conseille aux étudiants qui souvent se confrontent à ce problème sous l’angle de l’inter-trans-disciplinarité de lire le texte d’appel qui cadre bien la problématique et de consulter la bibliographie si nécessaire…

Revue Éduquer | Former n°45

*  *  *

Publié le lundi 26 novembre 2012 par Elsa Zotian

RÉSUMÉ

Ce numéro se propose d’explorer la notion de polyvalence telle qu’elle se déploie actuellement dans les métiers de l’éducation en France, mais également à l’étranger. Quel que soit le niveau concerné (primaire, secondaire, université) ou encore le statut (enseignant, formateur, enseignant-chercheur, professeur), cette notion s’inscrit donc dans le développement des processus de professionnalisation qui concernent l’ensemble des métiers de l’éducation. Elle continue donc de poser question. Qu’est-ce qui va alors la caractériser ? La maîtrise de plusieurs savoirs disciplinaires ? La capacité à assumer des fonctions diverses ou encore la mise en œuvre de compétences dans des domaines d’activités pouvant relever de logiques institutionnelles et de cultures professionnelles différentes ? A ce titre, les articles qui s’appuieront sur des éléments d’enquête empirique seront vivement encouragés.

ANNONCE

Numéro coordonné par François-Xavier Hubert (ICP) et Richard Etienne (Université Montpellier 3).

Argumentaire

Ce numéro se propose d’explorer la notion de polyvalence telle qu’elle se déploie actuellement dans les métiers de l’éducation en France, mais également à l’étranger. Quel que soit le niveau concerné (primaire, secondaire, université) ou encore le statut (enseignant, formateur, enseignant-chercheur, professeur), cette notion « en débat » (Prairat & Rétornaz, 2002) soulève la question des risques liés à l’hyper spécialisation disciplinaire (Morin, 2006), qui ne permet ni de comprendre la complexité du réel ni d’agir professionnellement, ainsi que celle des avantages d’une approche plus généraliste. Elle s’inscrit donc dans le développement des processus de professionnalisation qui concernent l’ensemble des métiers de l’éducation : primat de l’activité, paradigme de la compréhension et de la réflexivité, rationalisation des savoirs et des savoir-faire, universitarisation de la formation, visées de légitimité et de reconnaissance sociale, imputation de responsabilités et d’autorégulation individuelle et collective et, enfin, obligation de résultats à partir du développement de compétences « perçues comme essentielles pour participer à un univers changeant et mobile et à l’économie du savoir » (Lessard, 2000).

Malgré son succès dans le contexte actuel, la notion de polyvalence continue de poser question, de mériter un débat. Qu’est-ce qui va alors la caractériser ? La maîtrise de plusieurs savoirs disciplinaires ? L’articulation d’une pluralité de savoirs pédagogiques et didactiques selon différents modes de travail ? La capacité à assumer des fonctions diverses ou encore la mise en œuvre de compétences dans des domaines d’activités pouvant relever de logiques institutionnelles et de cultures professionnelles différentes ? Qu’est-ce qui explique, voire justifie, l’étendue de ses champs pour un même métier exercé dans des pays différents ? Les professeurs du primaire au Québec n’enseignent pas l’éducation physique et les langues secondes alors qu’en France elles sont confiées au maître de la classe, les professeurs de lettres classiques en France se voient confier le français, le latin et le grec, à l’inverse des professeurs de latin et de grec en Belgique qui n’interviennent pas dans l’enseignement du français, etc.

Même si ces questions s’inscrivent dans le cadre des recherches menées autour de la notion de « travail enseignant » (Tardif & Lessard, 2004), nous souhaitons, grâce au présent appel, encourager la diversité des propositions, tant au niveau des champs de recherche que dans le choix des perspectives méthodologiques. De ce fait, les approches privilégiées pourront aussi bien être épistémologiques (tensions entre les approches mono-, bi-, multi-, pluri-, inter- ou trans-disciplinaires ou croisements de cadres théoriques en lien avec de nouveaux terrains de recherche) que sociohistoriques (relectures des processus de professionnalisation à l’aune des modèles de division du travail), comparatives (référence à d’autres contextes et à d’autres systèmes éducatifs), didactiques (qu’il s’agisse de recherches en didactiques disciplinaires, en didactique comparée ou dans le domaine de la didactique professionnelle) ou encore pédagogiques et professionnelles (par le biais de la rubrique « Terrains éducatifs »). A ce titre, la revue tient tout particulièrement à solliciter des articles qui s’appuieront sur des éléments d’enquête empirique.

Bibliographie indicative

  • Lessard, Cl. (2000). Évolution du métier d’enseignant et nouvelle régulation de l’éducation. RECHERCHE et FORMATION, n° 35, p. 91-116.
  • Morin, E. (2006). Les objets les plus importants ne peuvent être interrogés que de manière pluri-et transdisciplinaire. KLĒSIS – ΚΛΗΣΙΣ– Revue philosophique –« Philosophie et sociologie », n° 6-1, p. 105-112. Article téléchargeable
  • http://www.revue-klesis.org/pdf/Klesis-Morin.pdf
  • Prairat, É., Rétornaz, (2002).La polyvalence des maîtres en France : une question en débat. Revue des sciences de l’éducation, vol. XXVIII, n° 3, p. 587-615.
  • Tardif, M. et Lessard, C. (2004). La profession d’enseignant aujourd’hui. Évolutions, perspectives et  enjeux internationaux. Québec/Belgique: Presses de l’Université Laval/de Boeck.

Modalités de soumission

Calendrier prévisionnel du numéro : les articles devront parvenir aux coordinateurs du numéro

au plus tard le 11 février 2013.

Pour tout renseignement au sujet de ce numéro : fx.hubert@icp.fr etRichard.Etienne@univ-montp3.fr

Le comité de rédaction évalue, en s’appuyant sur l’expertise de deux rapporteurs proposés par les membres du comité scientifique international de la revue, l’ensemble des propositions anonymisées.

Les articles ne doivent pas dépasser 50000 signes, les textes concernant les autres rubriques 30000 signes.

Ils doivent être accompagnés d’un résumé en français et en anglais et de mots clés pouvant servir de descripteurs.

Les références suivent les normes de l’American Psychological Association (APA) dans leur adaptation française.

La publication du n°45 de la revue est prévu pour 2013.

Outre sa diffusion papier, la revue Éduquer | Former est également disponible en ligne en accès libre à l’adresse suivante : http://eduquer-former.icp.fr/



Citer ce billet
Serge Martin (2012, 3 décembre). Vous avez dit “polyvalence” art, langage, apprentissage. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cxst

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une réflexion sur « Vous avez dit “polyvalence” »

  1. La polyvalence est nécessaire à l’élaboration d’un parcours culturel pouvant intégrer l’ensemble des champs disciplinaires. Elle est aussi essentielle pour permettre la trans-disciplinarité. Il me semble donc très important d’y réfléchir et d’y être bien préparé lors de la formation universitaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.