Se dédoubler et se construire par le théâtre

L’année dernière, pour mon sujet de TER je me suis intéressée au jeu de l’enfant, plus précisément les jeux dans lesquels il se dédouble. A travers ce travail de recherche, j’ai souhaité mettre en évidence la façon dont ces jeux contribuent au développement de l’enfant. Il est apparu notamment que se dédoubler permet à l’enfant de se construire en expérimentant des situations du réel face auxquelles il ne peut pas se confronter sans l’aide un objet transitoire.

En ce qui concerne le mémoire de cette année, je compte travailler de nouveau sur la question du dédoublement comme moyen de se construire et donc de l’opportunité que peut offrir en ce sens le théâtre. Cependant, j’ai l’intention de travailler cette thématique non pas en me référant aux objets transitoires tels que la marionnette par exemple comme l’an passé, mais en construisant un projet dans lequel les enfants ne mettent en scène que leur propre corps. A travers ce nouveau travail de réflexion, je m’interroge notamment sur la façon dont les enfants peuvent s’identifier à leurs personnages, sur les obstacles qu’ils peuvent rencontrer et donc sur la façon dont l’enseignant peut les accompagner pour que le jeu dramatique puisse avoir lieu, qu’il prenne tout son sens et qu’il est un intérêt pour l’enfant.

Pour illustrer ce travail, j’envisage de m’appuyer sur un projet artistique mis en place actuellement dans une classe de maternelle, dont le support est l’album Trois petits cochons (Les classiques du Père Castor). Celui-ci est élaboré autour de l’expression corporelle. J’ai mis en place cette séquence d’apprentissage en ayant pour objectifs que les enfants puissent exprimer des émotions, qu’ils se découvrent à eux-mêmes, et j’ai essayé de leur offrir la possibilité qu’ils verbalisent ce qu’ils ont vécu durant ce projet…

Les Trois Petits Cochons à La Comédie française (studio théâtre) dans une mise en scène de Thomas Quillardet
Du 15 novembre 2012 au 30 décembre 2012

Bibliographie

Ouvrages critiques

WINICOTT D.X. (1971), Jeu et réalité l’espace potentiel, éditions Gallimard

MEIRIEU M. (2002), Se (re)connaître par le théâtre – Ecole, éducation spécialisée, formation, Pédagogie Formation l’essentiel

Album

Trois petits cochons (1958), Père Castor Flammarion


5 réflexions sur « Se dédoubler et se construire par le théâtre »

  1. Aude, j’ai moi-même travaillé lors de mon stage sur un projet théâtre afin d’aboutir à des productions théâtrales en partant du conte « les musiciens de Brême » des frères Grimm. Je me suis moi-même heurtée à des obstacles lors de la réalisation de ce projet collectif. En effet, en cycle 3, les élèves commencent à entrer dans l’adolescence et l’obstacle majeur que j’ai rencontré aux productions théâtrales fut leur timidité. En effet, le fait de jouer un rôle devant un public (connu de par les « acteurs ») posait un réel problème aux élèves. C’est pourquoi il m’a fallu sans cesse les rassurer, et rappeler à l’ordre les élèves qui faisaient preuve de moqueries ou autres commentaires à voix hautes à l’égard des élèves-comédiens. Au niveau du langage corporel, j’ai rencontré le même obstacle, j’ai parfois (dans la majorité) fait face à des élèves statiques, voire presque immobiles…C’est pourquoi je pense qu’il est vraiment intéressant de travailler cela au cycle 1, et de pouvoir par la suite comparer le comportement des élèves dans les deux cycles. J’espère que mon expérience dans ce domaine pourra t’apporter de quoi surmonter certains obstacles ou même pouvoir effectuer un parallèle entre la pratique de l’activité théâtrale en cycle 1 et en cycle 3.

  2. Certes, je comprends bien la nuance. Mais je tenais à faire part de mon expérience de langage avec les marionnettes lors de mon stage. Il s’est avéré que leur implication et leur imagination étaient au-dessous de mes espérances. Après avoir analysé cette séance avec l’enseignante, les enfants ne sont pas habitués à ce genre de méthodes d’apprentissage, selon elle.

  3. Attention, Marion, ne pas confondre « objets transitoires » (c’est-à-dire passagers ou qui peuvent servir avant de passer à d’autres : de ce point de vue, les marionnettes peuvent effectivement permettre une transition vers le théâtre mais il ne faut pas pour autant les oublier car elles permettent des jeux de dédoublement que ne permet pas le théâtre d’acteurs) et « objets transitionnels » au sens que donne le psychanalyste Donald Woods Winnicott (voir le mot-clé qui vous donnera des pistes de lecture ou des précisions. Un article en pdf à cette adresse nous donne des précisions intéressantes sur « objet » et surtout « espace transitionnel » avec les marionnettes :
    http://marionnettetherapie.free.fr/IMG/file/MT%2034%2074-78%20R.pdf

  4. Ton sujet est très intéressant ! Je pense également qu’il est bon de changer « les objets transitoires » tel que la marionnette, pour les placer directement face à eux-mêmes car ces objets peuvent parfois devenir un « obstacle » pour les enfants s’ils n’ont pas l’habitude de s’en servir. Je te dis ça car c’est ce qu’il s’est passé lors de mon stage.. Les enfants étaient, certes, ravis de se servir des marionnettes, mais une fois portées, plus un son ne sortait. Cet exercice fonctionne mieux lorsque les élèves ont l’habitude et connaissent le fonctionnement de ces « objets transitoires ».
    Bon courage pour la suite!

  5. Aude, vous pouvez consulter utilement le dossier pédagogique d ela comédie française : http://www.comedie-francaise.fr/images/telechargements/lagrange_3ptitscochons1213.pdf
    Je pense qu’il faut un peu étoffer votre corpus, y compris autour des trois petits cochons…
    Sur le dédoublement théâtral, il vous faudrait lire l’excellent numéro de la revue Alternatives théâtrales dont vous trouverez le sommaire à cette adresse:
    http://www.alternativestheatrales.be/catalogue/revue/65-66
    Un article de 1995 sur le dédoublement de l’acteur (le ghosting) assez intéressant mais à voir… à cette adresse:http://www.erudit.org/revue/annuaire/1995/v/n18/041264ar.pdf
    et un bel article sur le dédoublement dans le théâtre de Dario Fo qui donne des repères essentiels sur la question : http://www.sies-asso.org/pdf/autres/Cristina%20Vignali%20-%20Les%20puissants%20dédoublés%20chez%20Fo%20et%20Rame.pdf
    il ne faudrait pas oublier le texte à l’origine de bien des réflexions sur le sujet: « le paradoxe du comédien » de Diderot… Un commentaire de ce texte par le grand psy Binet à cette adresse: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1896_num_3_1_1835

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *