Présenter sa recherche : introduire l’introduction…

au-dessus: http://astree.tufts.edu/images/frontispice.gif&imgrefurl=
L’image frontispice comme sommaire
Le frontispice de la seconde partie de ce traité est entièrement gravé sur cuivre. Il présente, sous forme de vignettes encadrant le titre, tout le contenu de l’ouvrage qui s’attache à décrire les principales opérations chirurgicales pratiquées alors. En ce sens ce frontispice rempli son rôle d’ouverture sur le texte en présentant son contenu et – par la qualité de son exécution – en invitant le lecteur à poursuivre sa lecture.
Sources: médiathèques de Metz

Cette première note méthodologique a pour objectif de donner quelques pistes rédactionnelles pour la présentation – et donc l’ouverture – d’un travail de recherche. Elle prendra appui sur un texte à l’étude dans le cercle d’étude « Langage » mais voudrait d’abord signaler dans la tradition éditoriale l’importance de la préface et du frontispice concourant à une préparation du lecteur. C’est pourquoi j’offre au lecteur de cette note deux très beaux frontispices, celui de L’Astrée dans l’édition de 1612 et un frontispice-sommaire d’un traité chirurgical de 1595… en espérant que vous ne ferez avec votre travail de recherche la dissection d’un cadavre mais bien plutôt le compte rendu d’une expérience vive voire rêveuse… Je ne résiste pas au plaisir d’évoquer le frontispice des Contes de Charles Perrault dont vous trouverez l’illustration à cette adresse : http://expositions.bnf.fr/contes/grand/032_2.htm et surtout un commentaire éblouissant de Louis Marin (Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales) publié en 1987 et qu’on peut lire intégralement à cette adresse : http://www.louismarin.fr/ressources_lm/pdfs/EsprCreat2.pdf. On doit en lire au moins le début.

Condisérons donc l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet, « L’écriture en action et actions de l’écriture à l’école maternelle » (Le Français aujourd’hui n° 174, p. 39-55). Lisons l’ouverture de l’article (p. 39) :

Comment des élèves de grande section d’école maternelle (dorénavant GSM) découvrent-ils le pouvoir de l’écriture ? Comment parviennent-ils à penser dans et par l’écrit, et n’hésitent pas à l’utiliser dans leurs actions scolaires et extra-scolaires ? En quoi les conceptualisations successives de l’écriture modifient-elles leur rapport au savoir, aux autres et au langage ? Quelles stratégies cognitives et quelles procédures linguistiques sont déployées dans leur approche de la langue et de son écriture ?

Pour y répondre, nous proposons ici de décrire les caractéristiques, les fonctionnements, les principes de ce processus à travers l’étude d’une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits. Nous montrerons ainsi que des élèves d’une même classe, entre 4 et 6 ans, sont capables de comprendre les différentes propriétés à l’oeuvre dans l’écriture, des propriétés à travers lesquelles ils parviennent à déployer des stratégies adaptées. Cependant, dans le cadre inévitablement limité de cette étude, nous nous contenterons d’analyser ces écrits produits dans une perspective énonciative où l’écriture se découvre, se déploie et s’affirme comme expression de soi, appropriation du monde, invention narrative, pouvoir sur le sautres, ajustement au lecteur… dans un dispositif didactique que nous qualifierons d’autographique, et qui comprend différentes situations d’ « écritures approchées » définies et décrites dans les paragraphes qui suivent.

Plan de cette courte introduction-présentation:

1. Questionnement

2. Problématique et hypothèse de la recherche

3. Plan d’exposition

Plus précisément, nous apercevons également des informations précises et progressives sur les catégories suivantes qui structurent la recherche:

champ d’application :

population observée explicitée en deux temps: 1. institutionnellement 2. psychopédagogiquement;

domaine d’apprentissage explicitée d’un point de vue général (« l’écriture ») puis représenté par un corpus particulier (« une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits »).

champ notionnel convoqué qui analyse trois fois le domaine d’apprentissage et le corpus et précise clairement la perspective choisie se situant donc dans une tradition scientifique reconnue, la linguistique énonciative, c’est-à-dire dans un cadre épistémologique voire méthodologique :

processus de l’écriture

fonctions de l’écriture

dispositif didactique côté élèves et côté enseignants

Comment des élèves de grande section d’école maternelle (dorénavant GSM) découvrent-ils le pouvoir de l’écriture ? Comment parviennent-ils à penser dans et par l’écrit, et n’hésitent pas à l’utiliser dans leurs actions scolaires et extra-scolaires ? En quoi les conceptualisations successives de l’écriture modifient-elles leur rapport au savoir, aux autres et au langage ? Quelles stratégies cognitives et quelles procédures linguistiques sont déployées dans leur approche de la langue et de son écriture ?

Pour y répondre, nous proposons ici de décrire les caractéristiques, les fonctionnements, les principes de ce processus à travers l’étude d’une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits. Nous montrerons ainsi que des élèves d’une même classe, entre 4 et 6 ans, sont capables de comprendre les différentes propriétés à l’oeuvre dans l’écriture, des propriétés à travers lesquelles ils parviennent à déployer des stratégies adaptées. Cependant, dans le cadre inévitablement limité de cette étude, nous nous contenterons d’analyser ces écrits produits dans une perspective énonciative où l’écriture se découvre, se déploie et s’affirme comme expression de soi, appropriation du monde, invention narrative, pouvoir sur le sautres, ajustement au lecteur… dans un dispositif didactique que nous qualifierons d’autographique, et qui comprend différentes situations d’ « écritures approchées » définies et décrites dans les paragraphes qui suivent.

Ajoutons des détails très importants qui sont livrés discrètement:

– abréviation utilisée par la suite dans l’étude : GSM

– des progressions argumentatives précises:

Comment… comment…en quoi… quelles

décrire, montrer, se limiter

– une annonce qui fait transition in fine.

 On aura compris que ce dispositif d’ouverture permet de donner à son lecteur les moyens d’accompagner une étude qui rend compte d’une recherche avec un contrat explicite dans son champ d’application y compris avec ses limites et référencé dans son champ d’investigation à une épistémologie ou plus simplement une méthodologie scientifique – ce qui ne préjuge en rien des éventuels déplacements nécessaires ultérieurement.


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *