Mémorisation d’une histoire mise en scène dans un livre animé

Les livres animés sont-ils plus propices à la mémorisation d’un récit que les livres classiques ?

L’année dernière j’ai bâti mon TER autour des livres animés. Je m’étais posé la question : quels apprentissages les livres animés favorisent-ils ?Le jeu étant un pilier de l’école maternelle, j’avais tout d’abord présenté le livre animé comme un livre-jeu. Le livre animé par son aspect ludique est prétexte à développer de nombreuses compétences chez l’enfant. Ensuite, je m’étais attachée à montrer que le livre animé permettait aux enfants de développer leur langage et les amenait à entrer dans la lecture notamment parce qu’il est plus attrayant qu’un livre non animé. Tout au long de mon TER, j’ai voulu développer différents apprentissages que pouvaient favoriser les livres animés mais je ne les ai pas suffisamment approfondis.

 Cette année j’ai donc décidé de me concentrer sur une faculté cognitive particulière : la mémoire. Cette faculté cognitive est beaucoup travaillée à l’école à travers les comptines pour l’école maternelle et les poésies pour l’école élémentaire. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est la mémorisation des histoires lues et racontées aux enfants issues de livres animés.Lors de mes lectures notamment dans Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, j’ai relevé que la mémorisation d’une histoire était véritablement liée à sa compréhension. Il est important de comprendre une histoire pour la retenir. Les animations dans les livres animés aident-elles à la compréhension de l’histoire ? Au contraire, entrainent-elles le risque que les enfants ne retiennent que les animations au détriment de l’histoire ? Sont-elles un frein à la compréhension et donc à la mémorisation ?Lors d’une lecture les enfants ne retiennent pas tous les éléments de l’histoire. Il est important de retenir les épisodes marquants qui la composent. Il s’agit donc de se demander si les animations se trouvent aux moments clés de l’histoire ou si elles ne sont là que pour mettre en valeur un détail. Nombreuses sont les questions que je me pose.

Voici quelques ouvrages qui m’ont permis de bâtir mon projet de mémoire :

Bibliographie des ouvrages et articles théoriques :

Fayol Michel, Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, Paris, Delachaux & Niestlé, 1985.

Lieury Alain, Mémoire et réussite scolaire, Paris, Dunod, 2012.

Sprenger-Charolles, « Quand lire c’est comprendre », Pratiques, octobre 1982, n°35, La lecture, p.7-25.

Bibliographie des œuvres :

Barguirdjian Bletton Marie, Cachettes et Secrets, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2006.

Grindley Sally et Utton Peter, Chhht !, Paris, L’école des loisirs, « Pastel », 1991.

Ramos Mario, Le Roi est occupé, Paris, L’école des loisirs, « Pastel », 1998.


2 réflexions sur « Mémorisation d’une histoire mise en scène dans un livre animé »

  1. Il n’est pas du tout certain que la mémorisation découle automatiquement de la compréhension – encore faudrait-il s’entendre sur ce dernier terme. De nombreux travaux en anthropologie de la mémoire donnent la plus grande importance aux images ou, plus précisément, à ce que les Grecs appelaient des Chimères, c’est-à-dire des compositions apparemment hétéroclites (articulation en un seul corps d’éléments désignants des êtres différents) – ce qui serait souvent le cas dans les dessins enfantins où des traits hétérogènes sinon contradictoires cohabitent et acquièrent parfois une intensité étonnante qui les rendrait mémorable…
    Hypothèse à explorer: la mémorisation dépendrait bien du rythme (et avec un tel livre: le tourne-page paraît fondamental), ou de “l’histoire de vie” d’un livre ou d’un dessin ou d’une histoire. Je prends ces quelques idées à la fois dans mes propres travaux et dans ceux de Carlo Severi : “Le Principe de la chimère – Une anthropologie de la mémoire”, Ed.Rue d’Ulm-Musée du Quai Branly, paru en 2007.

  2. C’est une problématisation intéressante. Demandez-vous maintenant de quelle mémorisation il s’agit exactement. Par exemple, s’agit-il d’être capable de restituer l’ordre chronologique du récit et des animations ou de s’approprier l’oeuvre(même et surtout) dans le désordre ? Ou les deux ? Et comment le plaisir lié au principe même de l’animation intervient-il dans ce processus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.