Histoires de fantômes : une exposition au Fresnoy par Didi-Huberman

http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

05/10/2012 – 30/12/2012 à Tourcoing

Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains
22 rue du Fresnoy
59200 Tourcoing

Tél : 03 20 28 38 00 – Fax : 03 20 28 38 99
Email : communication@lefresnoy.net

Mercredi, jeudi, dimanche, de 14h00 à 19h00.
Vendredi et samedi, de 14h00 à 21h00.

ARGUMENTS DE Georges DIDI-HUBERMAN / Arno GISINGER

Aby Warburg avec une coiffe d’indien

Cette exposition traite de la vie fantômatique des images dont notre présent, autant que notre mémoire — historique ou artistique — est constitué. Ce que nous éprouvons en effet chaque jour dans lʼactualité des images, celles de lʼart comme celles des médias, apparaît souvent comme un mélange de choses nouvelles et de survivances qui viennent de très loin dans lʼhistoire des hommes, un peu comme dans le rêve de la nuit dernière peuvent agir des images de notre plus profond passé.

Lʼexposition se présente comme un hommage contemporain à lʼoeuvre dʼAby Warburg (1866-1929) qui a joué, dans le domaine de lʼhistoire de lʼart, le même rôle fondateur que Sigmund Freud a pu jouer dans celui de la psychologie : tous deux ont fait « lever les fantômes » de nos activités de chaque instant. Freud lʼa fait, notamment, dans son grand livre sur lʼinterprétation des rêves, en faisant un montage étonnant de récits oniriques donnant lieu à une première et magistrale théorie de lʼinconscient psychique. Warburg lʼa fait, de son côté, dans un grand atlas dʼimages — intitulé Mnémosyne, nom grec de la déesse de la mémoire — réunissant un millier dʼexemples figuratifs où toute lʼhistoire des images occidentales se dispose de façon à nous faire entrevoir les problèmes les plus fondamentaux de la civilisation.

Une première série dʼoeuvres, intitulée Atlas, suite est constituée dʼenviron cent-vingt photographies réalisées et rigoureusement ajointées par Arno Gisinger : cʼest un travail dʼinterprétation et de remontage à partir dʼune grande exposition produite en 2010 par le Musée Reina Sofía de Madrid et qui a voyagé en Allemagne où les photographies ont été prises. Atlas, suite est un essai visuel sur certaines constellations dʼimages à partir desquelles de nouvelles rencontres, de nouvelles significations surgissent, comme lorsque les visages anonymes de Walker Evans viennent se refléter dans les portraits dʼhommes célèbres par Gerhard Richter.

Photographie de Walker Evans

Un second travail de Georges Didi-Huberman, intitulé Mnémosyne 42, propose une vue immense du montage conçu par Warburg autour du motif de la lamentation des morts, cette vue étant elle-même « complétée » par une interprétation nouvelle de ce thème sous la forme dʼune gigantesque planche dʼatlas horizontale — sur les mille mètres carrés de la grande nef du Fresnoy — faite de documents en tous genre, dʼimages fixes et mouvantes qui se répondent, de Giotto à lʼart contemporain, dʼEisenstein aux printemps arabes…

Georges DidiHuberman

Arno Gisinger



Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.