ADIEU et mille mercis

Prenant ma retraite, je voudrais remercier tous les étudiants qui ont participé à ce carnet collaboratif numérique. Malgré bien des insuffisances certaines de ma part comme de la leur, je suis persuadé que la participation à ce carnet a pu les aider dans leurs études, voire contribuer à la rédaction de leur mémoire de master. Cette expérience qui a été initiée en ESPE (Caen en 2012-2013) s’est poursuivie dans le département de didactique des langues dans l’option recherche de la spécialité générale de ce département (Université Sorbonne nouvelle) pendant quatre ans (2014-2018). Plus de 200 étudiants ont en fin de compte été sollicités pour rédiger des billets, les lire et les commenter, suivre l’actualité scientifique de leur discipline, s’ouvrir à des discussions au coeur de la recherche en didactique. Ce carnet hébergé par la plate-forme hypothèses.org est aussi répertorié par la BNF : tout le travail qui est consigné peut maintenant servir à observer l’écriture étudiante (parmi lesquels de nombreux étudiants étrangers) ainsi que les modalités de la formation en master 2. Il reste donc disponible à la consultation mais le carnet s’arrête pour ce qui concerne son animation et la participation effective des étudiants.

Bonne recherche à chacune et chacun !

Serge Martin, Professeur émérite

 


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

5 réflexions sur « ADIEU et mille mercis »

  1. Mille mercis à vous cher Professeur !
    Cette tribune-laboratoire de recherche-atelier d’écriture aura été effectivement un outil et une chance extraordinaire pour nous permettre de nous initier au travail de recherche (à cette écriture particulière et à ses exigences) requis des étudiants dès le M2.
    Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié de pouvoir écrire des textes mi-scientifiques mi-personnels qui m’obligeaient à réfléchir à une certaine forme tout en m’autorisant des fantaisies (notamment pour les textes sur les dissonances interlocutives) ; ce « carnet » m’a ainsi permis de m’habituer graduellement à la rédaction du mémoire. Par ailleurs, son aspect collaboratif est très enrichissant en ce qu’il nous incite à confronter nos idées mais aussi à nous entraider (j’y suis souvent revenu pour y puiser des informations lues chez les uns et chez les autres).
    Votre retraite bien méritée actée, cela signifie-t-il la mort d’Arlap ?
    Quoi qu’il en soit, bonne continuation à vous et encore merci pour votre enthousiasme, votre sens de la pédagogie et votre gentillesse !

  2. Ce carnet collectif, j’en témoigne, a bien évidemment contribué à l’écriture de nos mémoires. La seule idée d’être rendus visibles donnait à nos écrits une responsabilité que l’on se devait de leur faire endosser, d’une manière ou d’une autre. C’est la conscience de ce qu’ils allaient être lus par plus d’un tiers qui nous maintenait en éveil. C’est cette conscience aussi qui nous poussait à passer les bornes. Quelquefois.
    Et puis surtout, bien au-delà de la seule écriture du mémoire, je m’en suis servi, moi, dans ma-vie-d-après-le-master. Il m’a tout simplement donné l’exemple. Allez, passons !
    Alors merci à vous, Monsieur Martin, bien au-delà des limites du M2 ! Mais quel dommage, pourtant, que cette aventure ne puisse se poursuivre, pour les suivants…

  3. Un grand merci à vous Mr Martin. Merci de nous avoir tenu au courant de l’actualité de la recherche. C’est dommage que ce carnet s’arrête…..Au revoir……Et BONNE RETRAITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.