une brève présentation sur mon terrain de recherhce

Le terrain de recherche que j’ai mené pour le mémoire est provient de cet Institut. Les étudiants interviewés sont ceux de la troisième année de licence « français appliqué ».
Une brève présentation de l’institut
L’appellation complète de l’établissement est « Institut Professionnel des Langues Étrangère du Hainan ». Il se situe sur l’île de Hainan, qui est une province baignée dans la mer méridionale de Chine. Plus précisément il s’est installé à Wenchang, une ville culturelle et un fameux centre aérospatial de Chine.
L’institut est un établissement supérieur public, la seule faculté enseignant le français dans la Province de Hainan. Il se diffère de l’université ordinaire parce que la formation qu’il offre est orientée plutôt vers la pratique que la recherche académique. En plus, le diplôme qu’il délivre est en quelque sorte considéré comme étant « inférieur » à celui délivré par l’université.
Le système scolaire de l’Institut
Maintenant on compte plus de 5,000 étudiants qui font des études dans l’institut. Il y a au total 7 départements offrant 34 spécialités, parmi lesquels 3 sont ceux des langues étrangères où sont enseignées 12 langues différentes, à savoir l’anglais, le japonais, le russe, le coréen, l’allemand, le français, le portugais, l’espagnol, le thaï, l’indonésien, le vietnamien et l’arabe.
Le français appliqué
La spécialité « français appliqué » de l’institut a été créée en 2009 et depuis on a commencé à recruter des étudiants. Pour le moment, on dénombre plus de 170 élèves répartis dans 5 classes et en 3 années scolaires différentes. Le nombre des enseignants est de 5, dont 4 sont des professeurs Chinois et un professeur Français. Il est à noter que 3 ont déjà obtenu le diplôme de Master en FLE en France. Concernant la formation des enseignants, l’institut a établi des relations de coopération avec le Centre de formation professionnelle de Vichy et l’université le Mans. Quant au programme d’échange des étudiants, ceux-ci peuvent aller faire des études à l’institut de tourisme de Paris, à l’université Saint Étienne et l’université le Mans. En outre, il a signé le contrat des échanges internationaux avec une entreprise de Pékin, ce qui permet aux étudiants de se loger dans des familles françaises et d’étudier dans des écoles de langues en France.
La spécialité « français appliqué » est créée dans l’objectif d’apprendre aux élèves la langue, la littérature et la culture de France, en outre elle vise à former des élèves pour qu’ils maitrisent des techniques réelles adaptées dans le marché du travail. Les cursus sont assez complets qui recouvrent non seulement l’enseignement de la langue française mais aussi d’autres formations plus pratiques, adaptées au cadre du monde de travail. Les cours principaux sont listés ci-dessous : le français élémentaire, le français audio-visuel, l’expression oral du français, la culture française et l’aperçu général de la Francophonie, la lecture, l’écriture, le français du commerce, le français du tourisme, la négociation commerciale, l’hôtellerie, le marketing, l’anglais, et l’informatique, etc.
D’après les étudiants interviewés, ils ont 7 séances de 2 heures par semaine et chaque matin, une heure de lecture à haute voix est exigée.
Le profil des étudiants de l’institut
Ces étudiants qui sont âgés de 18 à 23 ans sont originaires de différentes régions du pays. La plupart d’entre eux n’ont jamais étudié le français avant l’entrée dans l’institut, ils sont donc de grands débutants en langue française.
Les étudiants sont sélectionnés après leur réussite à un concours national, pour préparer un diplôme d’État de Langue et littérature française durant 3 années.
Avant le début de leurs études du français, les élèves sont rarement en contact avec les Français, leur acquis provient principalement de romans ou de films français, ils ont ainsi une connaissance limitée sur la culture française.
Après leurs études universitaires, ces étudiants exercent souvent des métiers dans le secteur du commerce ou tourisme entre la France et la Chine. Depuis ces dernières années, un certain nombre d’élèves ont choisi de poursuivre des études approfondies en France.
Culture éducative et la didactique du français dans l’Institut
La « culture éducative » est une notion assez abordée dans les études et les recherches en didactique. Elle est définie comme « la mode de transmission » (Morfaux, 1980 : 71, cité par CADET, 2006). Selon Porcher (1995 : 36), « chaque société est caractérisée par des manières d’enseigner et des manières d’apprendre. Il s’agit là d’héritages historiques, ou si l’on préfère, de traditions, mais aussi d’identités collectives, de façons de vivre ensemble ». « L’histoire, les traditions, les religions, les valeurs patrimoniales et sociales sont largement présentes dans les cultures éducatives. » (Cortier, 2005). D’après lui, ces éléments déterminent au sens macro les formes institutionnels et les sélections du contenu, au sens micro « les habitus dans la relation pédagogique » (ibid. : 479). Dans la didactique des langues, ces influences se manifestent par les pratiques en classe. La classe de langues a ses rituels et ses routines qui conditionnent l’enseignement-apprentissages de l’enseignent et de l’apprenants. (Beacco, Chiss, Cicurel, Véronique (dir.), 2005 : 5). Ainsi, dans la didactique des langues, les interactions et discours, les manuels, les activités, le rapport avec l’enseignant, le contrat de parole, la relation avec l’individu, l’évaluation, les modèles d’enseignement constitue les éléments indipensables dans le concept de « culture éducative » (Ibid. : 6). A l’héritage transmis historiquement et à la relation politique et sociale, les Chinois ont formé des habitudes d’apprentissage et des habitudes socioculturelles spécifiques.
Comme dans tous les établissements supérieurs en Chine, le travail de l’enseignement du FLE de cet institut est orienté par le ministère de l’Éducation qui détermine non seulement le choix des langues enseignées, mais aussi les structures pédagogiques et administratives de cet enseignement.
La présence des manuels dans l’enseignement/apprentissage du français, constitue une caractéristique forte du contrat didactique en Chine. Cela est simplement dû au fait que dans la culture et l’histoire pédagogique chinoises, le livre possède un rôle fondamental dans le travail en didactique, transmettant la connaissance et représentant le savoir.
La plupart des manuels du FLE sont rédigés par des experts chinois en français sous la direction du ministère de l’Éducation, qui déterminent en grande majorité les contenus et la méthodologie de l’enseignement, et même la durée de chaque activité.
Les enseignants ont habitude d’organiser les activités en s’appuyant sur le manuel et disposent d’une très faible marge pour développer des activités didactiques personnalisées. Les élèves sont réservés, obéissants, ils participent peu, voire pas du tout, ils n’hésitent pas à solliter l’enseignant et ont des difficultés à communiquer dans la classe de langue.
Parmi les manuels conçus en Chine, le plus fréquemment employé est intitulé Le français. Ce manuel est rédigé par MA Xiaohong, expert en français à l’Institut des langues étrangères de Pékin. Dans ce manuel, le français est imprimé en noir et blanc, les activités se succèdent les unes après les autres, entre lesquelles il n’y a aucune illustration. Les textes sont rédigés sans tenir compte de l’évolution de la langue et les explications lexicales sont en chinois, sans aucune aide visuelle pour illustrer. En outre, la civilisation et la culture françaises sont peu abordées dans ce manuel.

Un enseignant de cet institut m’informe qu’ils ont introduit plusieurs manuels de FLE depuis la France, par exemple, Alter Ego, taxi, cependant ils ne sont utilisés que dans la classe du professeur de français.
Concernant les approches pédagogiques, les enseignants de français dans cet institut font toujours appel à une méthodologie traditionnelle, centrée sur le savoir, représentée par le manuel et l’enseignant qui le met en œuvre. L’objectif principal de l’enseignement du FLE est de construire une compétence linguistique. D’après un professeur dans cet institut, l’approche communicative, est souvent proposée dans les centres de FLE. Ils ont déjà essayé d’appliquer cette approche dans la classe, mais le résultat montre qu’elle ne correspond généralement pas aux habitudes d’apprentissage qui sont caractérisées par la favorisation de l’écrit par rapport à l’oral et les attentes des élèves qui mettent plus l’accent sur la recherche de compétence linguistique que de compétence de communication.

Bibliographies :

Louis-Marie Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines. Paris.

PORCHER, L. (1995), Le français langue étrangère : émergence et enseignement d’une discipline, Paris : Hachette éducation/CNDP (coll. “Ressources et formation”), p.36.

Claude Cortier, « Cultures d’enseignement/cultures d’apprentissage : contact, confrontation et co-construction entre langues-cultures », Ela. Études de linguistique appliquée 2005/4 (no 140), p. 478.

Jean-Claude Beacco, Jean-Louis Chiss, Francine Cicurel & Daniel Véronique (dir.), Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, Paris, PUF, 2005.


Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.