A propos de mon entretien

Quant à notre recherche, la question de départ a pour objectif de comprendre quelles sont les difficultés rencontrées par les étudiants chinois et comment se fait-il que certaines difficultés leur soient spécifiques. Une partie de mes recherches en didactique du FLE a pour but d’analyser et de comprendre les difficultés à progresser des étudiants chinois de niveau B1/B2 du CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, 2001), à partir d’erreurs récurrentes translinguistiques et transculturelles. Le but de cette recherche est de faire dégager les facteurs déterminants de la formation des difficultés afin d’aider notre public à réussir ses projets d’études et la communication interculturelle.

Il s’agit de proposer des hypothèses explicatives qui s’appuient sur l’analyse de productions écrites et orales recueillis en Chine dans des cours de FLE, ainsi que sur des entretiens avec des étudiants de Licence 3 dont j’ai effectué les observations. Les résultats d’analyse permettent aussi d’opérer des rapprochements culturels plus ou moins attendus. Sur le plan de la description des cultures, notre travail montre qu’il pourrait apporter un cumul du savoir et ainsi permet d’arriver à des descriptions plus fiables et plus précises de la culture orientale éloignée que celle dont les personnes étrangères disposons actuellement, généralement trop exotique, trop mystérieuse, trop anecdotique, trop global et ainsi trop stéréotypée.

A travers l’analyse des productions, j’ai listé une série de phénomènes communs  chez ces apprenants: le non-respect des contraintes de la langue, la grande difficulté dans le maniement de la langue pour mettre en œuvre des règles d’accord, de conjugaison, de ponctuation, ainsi que la difficulté à produire un discours en respectant les contraintes du genre texte.

Les transcriptions reprennent textuellement le discours du locuteur et pourront faire l’objet d’une analyse linguistique contrastive. Comme nous choisissons des locuteurs d’origine identique, l’analyse contrastive peut être en quelque sorte facile et accessible, cependant la transcription s’avère parfois ardue. Il nous arrive parfois de devoir consulter les locuteurs pour s’assurer de l’exactitude de la transcription car ils se situent pour l’instant au niveau linguistique du français plus ou moins limité, et le phénomène de métalangage est fréquent.


Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.