réflexion sur l’évaluation de l’écrit littéraire

Il semble que de l’école jusqu’à l’université, il existe toujours explicitement ou implicitement de critères qui permettent de distinguer le bon élève et le mauvais élève. Et à l’écrit, on a la distinction entre le bon écrit et le mauvais écrit. Le meilleur exemple est peut-être les célèbres « perles du bac » publiées chaque année pour se moquer gentiment des réponses farfelues de candidats, et la proposition de la publication des « anti-perles » soient les meilleurs extraits de candidats pour prendre le contre-pied des « perles du bac » par un professeur en 2017. Ce phénomène relève de l’existence de normes.

On est habitué à considérer l’existence de normes comme un fait naturel qui va de soi, et on ignore le processus de l’établissement de norme. Foucault a beaucoup travaillé sur le problème de norme. Il remet en cause le caractère naturel de la norme, selon lui, « la norme est une construction qui se fonne dans le “pouvoir d’écriture” » et elle n’a aucune légitimité naturelle. Dans son ouvrage, il montre bien le processus de l’établissement de normes dans les domaines scolaires. « Les autres innovations de l’écriture disciplinaire concernent la mise en corrélation de ces éléments, le cumul des documents, leur mise en série, l’organisation de champs comparatifs permettant de classer, de fonder des catégories, d’établir des moyennes, de fixer des normes » (192) aujourd’hui, nous ne sommes plus à l’époque dont Foucault parle, mais on ne peut pas se débarrasser de normes. Selon Deleuze, « Nous entrons dans des sociétés de contrôle » qu’est-ce que ce contrôle ? Deleuze nous rappelle qu’« On peut prévoir que l’éducation sera de moins en moins un milieu clos, se distinguant du milieu professionnel comme autre milieu clos, mais que tous les deux disparaîtront au profit d’une terrible formation permanente, d’un contrôle continu s’exerçant sur l’ouvrier-lycéen ou le cadre-universitaire. On essaie de nous faire croire à une réforme de l’école, alors que c’est une liquidation. Dans un régime de contrôle, on n’en a jamais fini avec rien ». Le contrôle dont Deleuze parle est en effet une forme de l’évaluation, mais une évaluation plus ouverte. Mais elle a toujours un lien étroit avec les normes. L’existence de normes semble inévitable dans notre société, cela explique peut-être pourquoi on a toujours la catégorisation comme le bon et le mauvais. En ce qui concerne l’évaluation des écrits, elle se base aussi sur les normes. En effet, comme on vient de voir, les normes sont inévitables dans notre société, et on ne peut pas les supprimer. En plus, les normes qui constituent une référence pour le maître et les élèves. Dans un certain sens, on peut dire que cette référence rassure en quelque sorte le maître et les élèves en les guidant. Sans elle, ils se sent perdus. De ce fait, l’établissement de normes joue un rôle très important dans l’écrit.

Quand il s’agit de l’écrit littéraire, le problème de l’établissement de normes devient plus complexe, parce que l’écrit littéraire, différent des autres écrits, permet d’utiliser délibérément certains dysfonctionnements pour créer des effets recherchés sur le lecteur et demande souvent de la créativité. En tenant compte de la particularité de l’écrit littéraire, avant d’établir les normes pour l’écrit littéraire, il faut qu’on clarifie d’abord un principe : les normes sont établies pour guider les élèves dans leur écrit littéraire, mais aussi pour les déconstruire à condition que les élèves puissent se justifier. En autres termes, au lieu de respecter strictement les normes, les élèves doivent savoir se jouer aux normes en fonction de leurs écrits. Et quand on établit les normes, il faut avoir l’esprit ouvert. En effet, la formation des élèves sur l’écrit littéraire est un processus de normalisation, et comme la normalisation implique souvent la mise en valeur de certains et l’exclusion des autres, elle a tendance de conduire à l’uniformisation. Si on ne se méfie pas à ce problème, l’écrit de l’élève risque d’être uniformisé pendant ce processus. Par conséquent, au lieu de donner aux élèves seulement les grands classiques comme modèles à suivre, il vaut mieux diversifier les choix aux sélections des auteurs et des textes pour donner les élèves la liberté de choix. Une autre difficulté pour établir les normes pour l’écrit littéraire est sa subjectivité, et son manque d’indicateurs analysables. Et c’est aussi pourquoi aujourd’hui on parle de plus en plus de l’appréciation personnelle. Cette appréciation dépend largement de l’enseignant, ce qui demande en quelque sorte des exigences sur l’enseignant. Tout d’abord, l’enseignant doit garder toujours l’esprit ouvert au lieu de respecter strictement les normes, et puis il doit avoir une connaissance profonde sur la littérature. En plus, il doit avoir vraiment de la patience de regarder soigneusement les écrits et essayer de chercher toujours les perles dans les écrits des élèves. Cependant, il est très difficile pour que l’enseignant puisse répondre à toutes ces exigences. Toutefois, cela montre quand même l’exigence et l’importance forte d’améliorer la formation de l’enseignant.

L’établissement des normes est bien important, mais il ne faut pas ignorer la pratique. En effet, la mise en œuvre de principes pourrait changer de certaines manières les principes mêmes, ce qui pourrait contredire parfois aux principes originaux. En plus, il est à noter que l’application des principes dépend finalement de l’enseignant et des élèves, ce qui souligne de nouveau surtout l’importance de l’enseignant dans l’enseignement de l’écrit littéraire.
Jusqu’à ici, notre réflexion reste autour de normes, en effet, quand on parle de l’écrit littéraire, il ne faut pas sauter le problème de l’imitation. Il semble que l’imitation est toujours mal vue et souvent on la met en face de la création pour la critiquer. Toutefois, dans l’apprentissage de l’écrit littéraire dans le cadre scolaire, l’imitation est une étape inévitable pour les élèves, et en effet, même certains écrivains commencent leur carrière de l’écriture par l’imitation. A mon avis, comme ce que dit G.Poulet, l’imitation est d’abord un processus de rompre avec la routine. En plus, elle peut nous permettre de découvrir les différents styles d’écriture et apprendre les traitements de problèmes rencontrés des écrivains. Ce qui importe est de ne pas se fermer dans l’imitation de tel ou tel auteur, mais de se servir des imitations pour créer sa propre production.

Pour conclure, il faut se méfier à l’établissement de normes de l’évaluation de l’écrit qui occupe une place fondamentale dans l’écriture littéraire, et mettre l’accent sur la formation de l’enseignant. Même si pour l’instant, il est difficile d’offrir des conditions idéales pour l’apprentissage de l’écriture littéraire, cela ne nous empêche pas de garder toujours l’esprit ouvert et se servir de ce qu’on a afin d’approcher petit à petit les conditions idéales.

Bibliographie :
C Kemedjio, « Pouvoir disciplinaire et normalisation »,1994
Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique. Paris: Gallimard. 1972
Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris: Gallimard, 1975
Gilles Deleuze, Pourparlers. 1972-1990
Tauveron Catherine. Des « pratiques d’évaluation » aux « pratiques de révision » : quelle place pour l’écriture littéraire ?. In:Repères, recherches en didactique du français langue maternelle, n°13, 1996. Lecture et écriture littéraires à l’école. pp. 191-210 ;


JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

2 réflexions sur « réflexion sur l’évaluation de l’écrit littéraire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *