Entre l’AC et la PA: continuités ou ruptures?

En ce qui concerne la question de continuité ou de rupture entre la perspective actionnelle et l’approche communicative, c’est un sujet qui fait encore l’objet de nombreux débats chez les didacticiens. Les chercheurs allemands « ne découvrent pas une nouvelle étape pour la didactique des langues dans le Cadre » (Friederike Delouis, 2008 : 30). Quant aux didacticiens français, malgré qu’ils considèrent le Cadre comme le document fondateur de la perspective actionnelle qui a amorcé une nouvelle orientation et une révolution dans la réflexion didactique, un grand nombre d’entre eux affirment l’existence d’une continuité entre la perspective actionnelle et l’approche communicative et maintiennent encore cette position.

John TRIM (2002 : 47) considère que la perspective actionnelle constitue « tout naturellement, une tendance forte et croissante dans le cadre de l’approche communicative », autrement dit, comme le reforme Puren (2011a : 2), la perspective actionnelle correspond à une évolution interne de l’approche communicative. Pour Beacco (2007), le CECRL « n’a pas pour objectif de proposer une nouvelle méthodologie », mais de mettre en avant les notions centrales de l’approche communicative telles que l’approche par compétences et stratégies d’enseignement. On retrouve la même position chez Evelyne Bérard (2009) :

Le CECR établit une continuité avec la méthodologie communicative et fonctionnelle dans la mesure où la dimension authentique des discours est mise en avant, mais également l’idée de tâches à accomplir dans l’utilisation ou dans l’apprentissage de la langue. (Bérard, 2009 : 36)

Daniel Coste (2009 : 16) ne pense pas non plus « l’approche actionnelle » et la « concentration sur la tâche » étant « les pilliers d’une méthodologie prétendument nouvelle ».

Du point de vue de Puren (2011a : 5), la continuité entre la perspective et l’approche communicative s’inscrit également dans le Cadre et peut être « solidement argumentée » par le texte du Cadre lui-même. Comme indique Puren (2011a : 3), l’objectif du Cadre sorti en 2001 est le même que celui des « projets langues vivantes » antérieurs du Conseil de l’Europe :

Vous constaterez que le Conseil a pour souci d’améliorer la communication entre Européens de langues et de cultures différentes parce que la communication facilite la mobilité et les échanges et, ce faisant, favorise la compréhension réciproque et renforce la coopération. (CECR, 2001 : 4)

De plus, le Cadre n’hésite pas à faire références aux descripteurs de l’approche communicatives telles que « composante linguistique » « composante sociolinguistique » « composante pragmatique » quand il s’agit de la compétence communicative et langagière qui, par ailleurs, occupe un statut particulier dans ce Cadre. « L’usage d’une langue, y compris son apprentissage, comprend les actions accomplies par des gens qui, comme individus et comme acteurs sociaux développent un ensemble de compétences générales et, notamment une compétence à communiquer langagièrement. » (CECR, 2001 : 15)

Néanmoins, le Cadre s’efforce de distinguer la perspective actionnelle et l’approche communicative en indiquant que les tâches ne sont pas seulement langagières et les « actes de parole ne prennent sens qu’à l’intérieur des actions en contexte social », alors que pour Puren (2011a :5) , la rupture n’existe pas dans le texte du Cadre, elle est à élaborer et à construire par les didacticiens au fut et à mesure de la mise en œuvre de la perspective actionnelle dans l’enseignement/apprentissage des langues. Une construction de la perspective actionnelle en rupture la plus générale et radicale possible avec l’approche communicative permet « de renouveler de nombreuses problématiques telles que l’authenticité, la simulation, l’autonomie, la communication, l’interaction, le culturel ou encore la formation des enseignants, et d’ouvrir ainsi la voie à de multiples possibilités d’innovations conceptuelles et pratiques » (Puren, 2011a : 5).

En nous basant sur de nombreuses articles, en particulier ceux de Puren, nous tentons de faire une comparaison entre l’approche communicative et la perspective actionnelle sous forme de grille en vue de mettre en évidence les ruptures entre les deux approches.

  Approche communicative Perspective actionnelle
Objectif social de référence Formation d’un étranger de passage Formation d’un citoyen véritable acteur social autonome et solidaire, critique et responsable, au sein d’une société multilingue et multiculturelle
Objectifs de la formation Agir sur l’autre

–        Rencontrer l’autre

–        Prendre en contact avec l’autre

–        Communiquer avec l’autre

Agir avec les autres

–        Cohabiter harmonieusement avec les autres

–        Travailler avec les autres

–        Faire société avec les autres

Agir d’usage de référence Communication, interactions langagières Action sociale, co-action et médiation
Agir d’apprentissage ou activités de référence –        Simulation

–        Jeux de rôle

–        Approches par les tâches (tâches communicatives, proches de la vie réelle)

–        Pédagogie du projet

–        Approches par les tâches (tâches communicatives, tâches simulées et réelles)

 

Caractéristiques de l’agir –        Inchoatif

–        Ponctuel

–        Perfectif

–        Individuel

–        Répétitif

–        Duratif

–        Imperfectif

–        Collectif

Société de référence Société étrangère extérieure Homologie entre la classe-société et la société extérieure
Compétences ciblées Compétences communicatives et interculturelles –        Compétences co-actionnelle et co-culturelles ;

–        Compétences informationnelles ;

–        Compétences plurilingues et pluriculturelles

Compétences mobilisées Compétences langagières Compétences langagières et non langagières (compétences générales)
Groupe de référence Groupe de deux Grand groupe ou groupe de tailles variables
Vision sur l’usage de la langue Dans sa simplicité Dans sa complexité
Utilisation de la L1 À éviter À introduire si elle aide à la réalisation de l’action (ex. recherche de la documentation en L1 et la traduire, qui relève la médiation langagière
Évaluation sur Productions individuelles des apprenants Travail de groupe (le produit) et réalisation de l’action (le processus)
Les critères d’évaluations Communicatifs Réussite de l’action et qualité « professionnelle » de la production

 

Bibliographies: 

  • Beacco, J.-C., (2007), L’approche par compétences dans l’enseignement des langues,Paris : Didier.
  • Bérard, E. (2009), « Les tâches dans l’enseignement du FLE : rapport à la réalité et dimension didactique ». Le français dans le monde – Recherches et applications, n° 45, pp. 36-44.
  • Conseil de l’Europe, Comité de l’éducation, (2001), Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.
  • Friederike Delouis, A. (2008), « Le CECRL : compte rendu du débat critique dans l’espace germanophone ». Les Langues Modernes, n°2, pp. 19-31.
  • Puren, C. 2009b. « Les implications de la perspective de l’agir social sur la gestion des connaissances en classe de langue-culture : de la compétence communicative à la compétences informationnelle ». [ Https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article1841 ] (site consulté le 14 mai 2018)
  • Puren C. 2011a. « Mises au point de/sur la perspective actionnelle (mai 2011) ». Publication exclusive sur le site [ Https://www.christianpuren.com/mes-travaux/2011e/ ] (site consulté le 27 avril 2018)
  • Puren, C. (2009c), La nouvelle perspective actionnelle et ses implications sur la conception des manuels de langue, dans Lions Olivieri M.-L. et Liria P. (dir.) : L’approche actionnelle dans l’enseignement des langues, Barcelone, Maison des langues, 120-138.
  •  Puren C. 2013. « De l’approche communicative à la perspective actionnelle : deux ruptures décisives ». Publication exclusive sur le site [ https://www.christianpuren.com/mes-travaux/2013h/ ] (site consulté le 9 mai 2018)
  •  Puren C. 2016c. « Grille d’analyse de différents types actuels de mise en œuvre de l’agir dans les manuels de FLE ». Publication exclusive sur le site [ https://www.christianpuren.com/biblioth%C3%A8que-de-travail/050/ ] (site consulté le 7 mai 2018)
  • Puren C. 2018a. « Les enjeux actuels d’une éducation langagière et culturelle à une société multilingue et multiculturelle (schéma général) ». Publication exclusive sur le site [ https://www.christianpuren.com/biblioth%C3%A8que-de-travail/052/ ] (site consulté le 9 mai 2018)
  • Trim, J. (2002), Guide pour les utilisateurs du Cadre. [Http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/SourcePublications/GuideCECR-utilisateursAvril02_fr.doc ] (site consulté le 27 avril 2018)

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.