De l’épigraphe

De l’épigraphe

 

Une épigraphe est une courte citation que l’on place généralement en tête d’un ouvrage, voire d’une partie ou d’un chapitre. Son insertion offre l’avantage d’interpeller d’emblée le lecteur, et de donner un aperçu de l’esprit général d’un texte. Toujours brève, volontiers incisive, l’épigraphe peut prendre la forme d’un proverbe, d’un vers, d’une simple phrase extraite d’un roman, etc.

Fréquente en littérature, elle l’est un peu moins dans le cadre d’un mémoire, mais est tout à fait tolérée. Elle se place alors entre la couverture et l’introduction, quelque part aux alentours de la page de remerciements ; elle a sa propre page ! Les règles de présentation varient mais, généralement, l’épigraphe se situe dans la moitié haute de la page et se justifie à droite, avec le nom de l’auteur au-dessous, précédé d’un tiret (et éventuellement le titre de l’ouvrage dont elle est tirée). Elle peut être rédigée en italiques ou en caractères romains, et dans ce cas, elle est encadrée de guillemets, sauf si elle fait trois lignes ou plus. L’interligne est simple et la police de 11 (en Times New Roman). Comme elle ne fait pas vraiment partie du mémoire à proprement dit, elle n’est pas soumise aux règles de référencement bibliographique habituelles, sauf si elle est centrale à sa thématique. Sachez enfin qu’il est possible d’en inscrire plusieurs (point trop n’en faut cependant).

Je vous offre à présent quelques exemples, selon différentes normes de présentation ; comme nous sommes en didactique du FLE, j’illustre mon billet d’un pêle-mêle de citations liées à notre champ de recherche (enseignement, francophonie, littérature, etc. ; par ordre alphabétique des noms d’auteurs), en espérant vous inspirer, et en espérant lire votre épigraphe dans les commentaires.

 

« La Société sera faite pour l’École, et non pas l’École pour la Société. »

 – Gaston Bachelard dans La formation de l’esprit scientifique

  

L’imagination n’est pas, comme le suggère l’étymologie, la faculté de former des images de la réalité ; elle est la faculté de former des images qui dépassent la réalité, qui chantent la réalité. Elle est une faculté de surhumanité.

– Gaston Bachelard dans Essai sur l’imagination de la matière

 

On devrait fonder une chaire pour l’enseignement de la lecture entre les lignes

– Léon Bloy, dans Exégèse des lieux communs

  

« Oui, j’ai une patrie : la langue française »

– Albert CAMUS

  

De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure et dont j’ai le mieux profité

– Anatole France

 

Non mais, vous avez dit UNE peignoir ? Un baignoire ? La diapason ? Le guérison ? J’ai bien entendu vous vous êtes trompé ? Ah, c’est que vous êtes un alien, vous venez d’un autre pays et vous cherchez à nous le cacher, à vous travestir en Français, en francophone, mais on est malins, on vous a deviné, vous n’êtes pas d’ici. Vous êtes d’origine allemande ? Anglaise ? Suédoise ? Je le fais moi-aussi, je l’avoue, dès que je détecte un accent dans la voix de quelqu’un je le fais, tout en sachant qu’ils en sont surement las comme moi j’en suis lasse. Ils ont subi 10 000 fois ce même interrogatoire débile, ennuyeux, blessant. Vous êtes Allemand ? Hongrois ? Chilien ? Which country ?, comme on dit en Inde.

– Nancy Huston, dans Nord Perdu (1999 : 34)[1]

  

Nos « mauvais élèves » (élèves réputés sans devenir) ne viennent jamais seuls à l’école. C’est un oignon qui entre dans la classe : quelques couches de chagrin, de peur, d’inquiétude, de rancœur, de colère, d’envies inassouvies, de renoncement furieux, de présent menaçant, de futur condamné. Regardez, les voilà qui arrivent, leur corps en devenir et leur famille dans leur sac à dos. Le cours ne peut vraiment commencer qu’une fois le fardeau posé à terre et l’oignon épluché.

 – Chagrin d’école, Daniel Pennac, éd. Gallimard, 2007, partie 2 (« Devenir »), chap. 10, p. 70

 

 Les langues sont un trésor et véhiculent autre chose que des mots. Leur fonction ne se limite pas au contact et à la communication. Elles constituent d’une part des marqueurs fondamentaux de l’identité, elles sont structurantes, d’autre part, de nos perspectives.

 – Michel Serres

 

« Les mots étrangers, sans permis de séjour, on les reconduit à la frontière linguistique. Les clandestins qui demeurent sont férocement exploités. »

– Roland Topor

 

Le but de l’enseignement n’étant plus la formation de l’esprit, mais l’acquisition du diplôme, c’est le minimum exigible qui devient l’objet des études

 – Paul Valéry, dans Variété, III.

 

We don’t need no education
We don’t need no thought control
No dark sarcasm in the classroom
Teachers leave them kids alone
Hey! Teachers! Leave them kids alone
All in all it’s just another brick in the wall
All in all you’re just another brick in the wall

– Roger Waters (The Pink Floyd)

 

Les limites de ma langue sont les limites de mon monde

 – Wittgenstein

 

 

 

 

Source :

http://documentationcinema.ca/sommaire/6-guide-de-redaction/5-4-epigraphe-exergue/

 

Note :

[1] Renvoi vers la bibliographie ; ex : Huston, N. (1999). Nord perdu. Paris. Actes Sud.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Une réflexion sur « De l’épigraphe »

  1. Jan-Mark, merci pour cette source d’inspiration! C’est passionant ce que tu as réussi à trouver!
    Pour suivre ton exemple, j’essaierai de trouver une bonne épigraphe pour mon mémoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *